| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les derniers ajouts
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par Cellophane


par Gillix
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Dupuis

complétez cette fiche
Les Chasseurs de l'aube
ScénarioHausman René
DessinHausman René
CouleursHausman René
Année2003
EditeurDupuis
CollectionAire Libre
SérieOne-shot !
Bullenote [détail]

Kanh, le chasseur taciturne, et sa tribu vivent sous la coupe de Hozha, la femme sage qui leur assure la protection et la clémence de la nature. Reeh parcourt les terres, accompagnée de son père, Mah, jusqu'au jour où ce dernier meurt. Et jusqu'à ce qu'elle rencontre Kanh. Kanh, dont un mal inconnu dévore la poitrine au premier regard, prend sous son aile la sauvageonne et la recueille au sein de sa tribu. Sans savoir que son geste va briser l'harmonie qui règne chez les Goure Hanes. Car, si l'amour existait déjà dans ces temps reculés, d'autres sentiments moins amènes prédominaient : la colère, la jalousie, la haine... et la vengeance.

 

1 avis

coeurdepat
Cet album est assez surprenant, au niveau graphique en premier lieu. Hausman a un style qui lui est complètement particulier, mais même pour lui, cet album-ci surprend.

De par les incrustations en médaillon et les cases en surimpression tout d'abord. Simple détail, mais atypique. De par le ton clair du dessin ensuite : dans certaines planches, on a l'impression d'avoir un fond lumineux. Le dessin en général est lui aussi un peu plus clair que ce que Hausman fait d'habitude... un simple coup d'oeil au Prince des écureuils permet de voir que dans ce dernier les couleurs étaient un peu plus vives, les traits plus marqués, donnant un dessin plus compréhensible et affirmé.

Car en effet il m'a fallu un effort assez important pour lire cet album... J'ai été obligé de me concentrer sur chaque image pour en voir les éléments... Assez étrange comme impression...
Ajoutons à cela que le mouvement, les actions, est retranscrit de façon très statique, et l'on obtient des scènes parfois difficilement lisibles. La plus marquante étant celle de l'ourse : j'ai dû m'y reprendre à trois fois pour déterminer ce qui s'était passé, pour finalement être obligé d'attendre la suite pour comprendre...

Alors oui, le dessin dans l'ensemble est beau, et les animaux assez fascinants (ah, le nez de l'ourse ne me paraît pas réaliste... mais bon, c'est un ours des cavernes...), mais il ne va pas sans poser problème.

L'histoire quant à elle est basée sur un vieux ressort : la peur de l'autre, l'arrivée d'un étranger dans un groupe, le tout reporté au temps des cavernes, avec en plus un soupçon de chamanisme et d'animisme. Le résultat est comme souvent dans ces cas-là assez prenant, et malgré certains passages plus lents que d'autres, on reste fasciné d'un bout à l'autre.

Par contre, ce livre est pire que le Silmarillon en ce qui concerne les noms ! Il y a Kanh, Hozha, Onha, Gaït, Reeh, Mah, Dzah, Zarg, etc. Et ce sans compter les noms et périphrases bizarres. Alors s'y retrouver tient un peu du miracle... C'est dommage parce qu'on est obligé de revenir en arrière pour relire un ou plusieurs passages... Bref, le plus simple est de relire le tout.

Ah, et grosse erreur de vocabulaire : "rituels de purification" dans la bouche d'un homme des cavernes qui n'a jusque là articulé que des mots de deux syllabes, c'est un peu gros...

A part ça, on retrouve ce mélange d'amour et de cruauté qu'il y avait dans "Le prince des écureuils", et qui participe pour beaucoup dans la fascination que suscite cet album. Car si dans l'ensemble mes remarques peuvent paraître négatives, il n'en reste pas moins que "Les chasseurs de l'aube" est une bonne lecture, et qui mérite un bon 3,5.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin