| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Le Jukebox des Tops
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par herbv


par Hellzapoppin
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Treize Étrange

complétez cette fiche
Private Jauques
ScénarioRicard Sylvain
DessinGaultier Christophe
CouleursGaultier Christophe
Année2004
EditeurTreize Étrange
CollectionAlbums
SérieLe Cirque Aléatoire, tome 1
autres tomes1 | 2 | 1hs
Bullenote [détail]

Entre Les Mystères de l’Ouest et La Ligue des Gentlemen Extraordinaires, Le Cirque Aléatoire se situe dans la veine des aventures noires et fantastiques du début du XXe siècle.
Composé des personnages « monstrueux » (cf. Freaks) tels la femme à barbe, l’homme caoutchouc, l’homme-animal ou les frères souplesse, le Cirque Aléatoire se donne en spectacle partout à travers le monde. Mais en réalité ses membres sont des agents du gouvernement français chargés d’enquêter sur des affaires mystérieuses ou surnaturelles.
Ainsi, dans ce premier volet, cette bande d’aventuriers est envoyée dans le petit village de Jauques, au centre de la France. Là-bas, depuis plusieurs années, la population n’est plus composée que de personnes âgées et tous les curés de la région disparaissent les uns après les autres… Il sera rapidement question de secte, de machination politique et de champignons hallucinogènes !

 

1 avis

CoeurDePat
On ne sait pas trop à quoi s'attendre en lisant ce tome. Les auteurs ont précédemment réalisé deux albums très noirs et cyniques ("Banquise" et "Kuklos" pour ceux qui ne les connaîtraient pas); or, le ton est ici nettement différent.

Déjà le sujet global rappelle assez fortement "Les mystères de l'Ouest", avec une scène en particulier (pages 24 et 25) qui pourrait littéralement y avoir sa place (Arthur et Gordon en train de discuter du problème dans leur wagon, bien installé dans un fauteuil).

Ensuite, chose complètement nouvelle, le ton est parfois humoristique, avec ça et là quelques touches carrément drôles ! On pourra déjà remarquer que les Silencios s'appellent Marcellus et Wallace. Ca ne vous dit rien ? T'as essayé de baiser Marcellus Wallace ! Et il se trouve que Marcellus Wallace n'aime baiser qu'avec sa femme, Mme Wallace. Eh oui : "Pulp Fiction". :) Autre exemple, la scène avec le ministre au début, par moment franchement drolatique et parfois complètement nonsensical. Ou encore page 17, la petite vieille à vélo qui se prend un caillou sur la tête, je ne sais pas vraiment pourquoi, mais cette case m'a bien fait rire. Et que dire de la scène de l'autopsie ! Lisez-la ! :D

L'histoire est donc d'une nature bien différente des ouvrages précédents... Je la trouve peut-être un peu trop classique par certains côtés; on n'est jamais vraiment surpris ni complètement absorbé. Elle a plus un goût de feuilleton que de one shot. On reste donc un peu sur sa faim concernant les personnages, leur histoire et leurs motivations...

Côté dessin, eh bien c'est du Gaultier. On aime ou pas, moi j'aime. Les planches sont dessinées entièrement au crayon, puis scannées et foncées sous Photoshop. Le résultat est réellement personnel. En tout cas, les scènes avec la caverne sont superbes, et il me semble que des efforts importants ont été faits sur l'aspect dynamique et mouvements.
Chose étrange, l'album me paraît très grand. Alors qu'il s'agit d'un grand format tout ce qu'il y a de plus standard. En tout cas cela donne une impression favorable à la lecture.

Alors voilà. J'ai d'abord été un peu mitigé, du fait de la différence par rapport aux albums précédents, mais au final je trouve ça pas mal du tout.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin