créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les derniers ajouts
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par rohagus


par ingweil
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure MonoChat
Violette couleur, pas violette fleur, ni Violette et Bidouille.
lanjingling
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Blutch

Bandes Dessinées : auteurs, séries, et toutes ces sortes de choses... ]


retour forum
Pages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10

NDZ, 03.11.2011 à 15:47340821
Fred Peeters a souvent témoigné à propos de la génèse de R.G. qui n'était pas piquée des vers non plus: Dragon fournissant des trames, des trognes et pas beaucoup plus (en quelques entretiens express) et qui est en bonne (et due) place sur la couverture (garantie "vécu" et "véridique" et "plus vrai que vrai" - "vu à la télé")... et qui, au final, fait arrêter la série car les orientations scénaristiques prises par Peeters ne lui plaisaient pas...

Je ne pense pas que l'on puisse rapprocher les diverses aventures que sont la création de ses oeuvres. Tout le monde a le droit, et doit exiger, d'être à sa place. Libre choix aux auteurs et aux autres. Je suis très proche de la vision d'Appollo.

Sans blague, resserrez les rangs, arrêtez de rigoler, avec un foutoir pareil, une telle foire d'empoigne, on se croirait dans un labo en train de discuter de l'ordre des auteurs pour une publication :))

longg, 03.11.2011 à 15:35340819
Ça vaut le coup de revenir ici tiens, ça me fait super rire ce craquage complet et inexplicable de homard interne :)

Appollo, 03.11.2011 à 11:53340817
On s'en fiche de la cuisine interne des auteurs, le fait est que "Quai d'Orsay" crédite bien un Lanzac et "Rancho Bravo" un Capron, donc Jean-Louis a raison.

Mr_Switch, 03.11.2011 à 11:10340816
Alors JLouis est éditeur/auteur dont scénariste,
InternalLobster, Laurent Colonnier, est auteur lui-même,
accessoirement Wandrille est éditeur/auteur dont scénariste.
J'aurais donc peine à croire que chacun négligerait le rôle d'un scénariste en bande dessinée.

Que certains scénaristes soient généralement oubliés dans les discussions, c'est certain

L'oubli pour ''Rancho Bravo'', c'est du vécu. Rien à redire.
Pour Quai D'Orsay, l'exemple n'est sans doute pas le plus représentatif, donc il est inutile de s'étriper dessus. Lanzac est un Monsieur X. Est-il seul dans ce corps ? Existe-t-il vraiment ? Sans doute, mais comme l'explique Thierry, a-t-il fait un scénario ou Blain a-t-il scénarisé d'après des entretiens ? Lanzac et son anonymat étant en soi une accroche pour Quai D'Orsay, l'exemple en devient particulier.

Fabcaro est un scénariste reconnu.
Pourtant, Fabrice Caro n'est pas vraiment le scénariste de ce livre. Il n'en reste pas moins un auteur à part entière.

Thierry, 03.11.2011 à 9:43340815
veuillez ignorer ce qui précède, c'est plein de fautes :o)


Non mais là, InternalLobster soulève quand même un point qui n'est pas anodin. Il existe différentes manières de livrer un scénario. Cauvin livre des storyboards très élaborés. Charlier préférait les scénarios manuscrits très détaillés. Mais dans ces cas, le scénariste participe déjà activement au découpage parce que son écriture prend en compte la spécificité de la bande dessinée. Cela n'empêche pas le dessinateur de modifier ce que bon lui semble.
Mais dans des cas où le dessinateur part d'un matériau brut qu'il doit s'approprier et transposer en bande dessinée, le dessinateur devient co-scénariste, voire seul scénariste. Par exemple, dans Bellagamba de Cabanes et Klotz, ce dernier fournissait une nouvelle a Cabanes qui s'occupait de tout le découpage et de la réécriture des dialogues pour l'album. Klotz peut-il être crédité comme scénariste à part entière ou doit-il partager la paternité du scénario avec Cabanès ? Ou ne devrait-on pas plus simplement parler d'un scénario de Cabanès basé sur une histoire originale de Claude Klotz ?
Guibert a recueilli les souvenirs de Alan Ingram Cope pour 'la guerre d'Alan', et il les a remis en forme pour ses livres. Mais il ne crédite jamais Alan Ingram Cope comme co-scénariste. Pourtant, son apport est au moins aussi important que celui de Claude Klotz dans Bellagamba. L'exemple est spécieux parce qu'il s'agit d'un récit biographique (dans le chef de Guibert) et autobiographique si on attribue la co-paternité des livres à Alan Ingram Cope. Pour en revenir à Blain, la couverture de 'En cuisine avec Alain Passard' ne mentionne pas Alain Passard en tant que co-scénariste. C'est un peu la même situation qu'avec Guibert. Dans les deux cas, il s'agit de récits 'autobiographiques' dont le sujet (Alan Ingram Cope et Passard) sont exclu du processus créatif pour n'être que de simples sujets, justement, alors que pour Quai d'Orsay, il s'agit d'une fiction. Sauf qu'ironiquement, Quai d'Orsay est un récit à clé basé sur l'expérience personnelle de Lanzac, donc aussi dans une certaine mesure dans le champ de l'autobiographie, certes déguisée.

Thierry, 03.11.2011 à 9:39340814
Non mais là, InternalLobster soulève quand même un point qui n'est pas anodin. Il y a différente manières de livrer un scénarion. Cauvin livre des storyboards très élaborés de Cauvin. Charlier préférait les scénarios manuscrits très détaillés. Mais dans ces cas, le scénariste participe déjà activement au découpage parce que son écriture prend en compte la spécificité de la bande dessinée. Ce la n'empêche pas le dessinateur de modifier ce que bon lui semble
Mais dans des cas où le dessinateur par d'un matériau brut qu'il doit s'approprier et doit transposer en bande dessinée, le dessinateur devient co-scénariste. Par exemple, dans Bellagamba de Cabanes et Klotz, ce dernier fournissait une nouvelle a Cabanes qui s'occupait de tout le découpage et de la réécriture des dialogues pour l'album. Klotz peut-il être crédité comme scénariste à part entière ou doit-il partager la paternité du scénario avec Cabanès ? Ou ne devrait-on pas plus simplement parler d'un scénario de Cabanès basé sur une histoire de Claude Klotz ?
Guibert a recueilli les souvenirs de Alan Ingram Cope pour 'la guerre d'Alan', et il les a remis en forme pour ses livres. Mais il ne crédite jamais Alan Ingram Cope comme co-scénariste. Pourtant, son apport est au moins aussi important que celui de Claude Klotz dans Bellagamba. L'exemple est spécieux parce qu'il s'agit d'un récit biographique (dans le chef de Guibert) et autobiographique si on attribue la paternité des livres à Alan Ingram Cope. Pour en revenir à Blain, la couverture de 'En cuisine avec Alain Passard' ne mentionne pas Alain Passard en tant que co-scénariste. C'est un peu la même situation qu'avec Guibert. Dans les deux cas, il s'agit de récits 'autobiographiques' dont le sujet (Alan Ingram Cope et Passard) sont exclu du processus créatif pour n'être que de simples sujets, justement, alors que pour Quai d'Orsay, il s'agit d'une fiction. Sauf qu'ironiquement, Quai d'Orsay est un récit à clé basé sur l'expérience personnelle de Lanzac, donc aussi dans une certaine mesure dans le champ de l'autobiographie, certes déguisée.

JLouis, 03.11.2011 à 9:15340811
À "Jetemmerdeconnardvatefairefoutre": ?????
Sergent ! Répondez ! Est-il encore en vie ? Comment ? La tête a été touchée ? Malheur… Il va devenir difficile de communiquer avec lui… Apparemment, il a perdu toute forme de cohérence. Il ne comprend même plus ce qu'on lui dit: on déplore que les scénaristes aient été oublié dans la conversation et il fait comme si on lui reprochait d'avoir dit du mal de Christophe Blain !
Sergent, vous croyez qu'il souffre ? On ferait peut-être mieux de l'achever, non ? Oui, je sais, nous manquons de cartouches…

chrisB, 03.11.2011 à 8:01340809
Je ne suis pas modérateur, juste un habitué, et pas loin d'être un ancien, que le temps passe ma bonne dame...mais des interventions de ce calibre n'ont pas pas leur place ici (je ne dis pas qu'elles ont forcément une ailleurs).

Qui prévient InternalLobster que son compte a été usurpé par un ado prépubère en pleine crise hormonale ?

InternalLobster, 03.11.2011 à 1:16340808
Mais je t'emmerde connard va te faire foutre!
En plus tu es d'une mauvaise foi crasse, je disais dans mon intervention
"alors que Blain est un dessinateur prodigieux, sa narration est géniale et ses scénarios sont très bons (voire géniaux sur Quai d'Orsay). "
Alors va chier.

JLouis, 02.11.2011 à 22:54340807
Ne jouons pas sur les mots. L'erreur, c'est que Lanzac n'est même pas cité. Point. On ne va quand même pas pousser le vice jusqu'à trouver des excuses pour ne pas citer le type? Mais rabaisser son rôle ne fait finalement qu'illustrer ce que je disais. Quant à Capron, heu, hahaha.

InternalLobster, 02.11.2011 à 22:11340806
Il n'y a pas d'erreur JLouis, si Quai d'Orsay est bien co-signé, Blain n'est pas l'illustrateur du scénario de Lanzac.
Lanzac a raconté sa propre histoire à Blain au sein du ministère, fournissant anecdotes, mimant les personnages, affinant le langage (c'est son métier), mais la mise en forme, la narration on les doit à Blain plus qu'à Lanzac, un peu comme le tandem Boileau/Narcejac, l'un inventant l'histoire, l'autre l'a rédigeant.

Thierry, 02.11.2011 à 10:07340786
JLouis :
Au fil de cette discussion, j'apprends que Christophe Blain a signé avec "Quai d'Orsay" un scénario génial (InternalLobster) et que "Rancho Bravo" figure parmi les meilleures histoires de Blutch (Wandrille). C'est amusant de voir ici défendue l'importance du scénario alors même que s'exprime, par une erreur d'attribution banale, un désintérêt profond pour les scénaristes, éternels faire-valoirs de la bd. Le scénariste de "Quai d'Orsay" s'appelle Lanzac, celui de "Rancho Bravo", JL Capron. Eh oui.

de simples moignons...

JLouis, 01.11.2011 à 10:28340777
Au fil de cette discussion, j'apprends que Christophe Blain a signé avec "Quai d'Orsay" un scénario génial (InternalLobster) et que "Rancho Bravo" figure parmi les meilleures histoires de Blutch (Wandrille). C'est amusant de voir ici défendue l'importance du scénario alors même que s'exprime, par une erreur d'attribution banale, un désintérêt profond pour les scénaristes, éternels faire-valoirs de la bd. Le scénariste de "Quai d'Orsay" s'appelle Lanzac, celui de "Rancho Bravo", JL Capron. Eh oui.

Kais, 26.10.2011 à 20:21340715
NDZ :
Je retente.

Kaïs, je sais que tu lis le sujet, dis-nous ce que tu penses de "Pour en finir...". Tape trois coup pour dire "ok c kool je kiff grave tcheublu".


Yo komment que tu sais que je lis ce sujet? tu sais que je suis fan des tuniques bleues?
En tt cas je savais pas que ct basé sur un peronnage réel qui etait un dessinateur de bd en vrai. Et Chesterfield aussi y fait des BD?
en tt cas g jamais lu ces bd a blutch, c'est trop vieillo
en meme temps si ca date de la guerre de recession...

NDZ, 26.10.2011 à 18:20340714
Je retente.

Kaïs, je sais que tu lis le sujet, dis-nous ce que tu penses de "Pour en finir...". Tape trois coup pour dire "ok c kool je kiff grave tcheublu".

NDZ, 26.10.2011 à 13:00340710
wandrille :
Pierre :
Mais puisque tu sembles l’avoir apprécié, il serait préférable plutôt que tu nous donnes quelques bonnes raisons de lire cet album.


C'est juste : je l'ai apprécié.

J'ai aimé justement ce tiraillement et ce constat sans indulgence pour soi-même de cette impossibilité de se détacher du cinéma.

J'ai aimé cette séquence un peu suréaliste sur ce cinéaste que je n'aime pas beaucoup (euphémisme) et qui pèche des poissons qui se desseche, j'ai aussi aimé l'omniprésence de la femme, non de l'actrice, mais de l'amante qui semble être à la fois la raison et la fascination bestiale de l'auteur.

Ses références me paraissent en fait inutiles et fastidieuses, mais ce qui est important ce n'est pas tant leur succession mais l'image de l'auteur prisonnier, incapable de s'échapper d'une fascination finalement plus sclérosante que constructrice qui est, à mon sens, une métaphore du fan, d'un être qui arrête de vivre sa vie pour vivre dans la référence de l'œuvre d'autres gens.


Que ça vienne de la part de Blutch me parait d'autant plus fort qu'il s'agit, je trouve, d'un très grand auteur, et que ce constat d'échec, car c'en est un, est d'autant plus dramatique.


Blutch écrivait justement dans le fameux entretien de cet ouvrage dans la "nouvelle bande dessinée" qu'il fallait se libérer de tout cela, inventer des choses propres... Il échoue et ce livre-échec me parait d'autant plus touchant pour cela. Est ce à dire que c'est la fin d'une œuvre de Blutch, comme la Fontaine de Duchamp avait pu être la fin d'une certain recherche de la création artistique... je ne sais pas, je ne crois pas, car peut-être que ce livre, il a eu besoin de le faire pour se libérer de cela, justement.


Pour moi ce livre est important car Blutch ne s'y répète pas. Du moins pas par rapport à ses œuvrew antérieures. Car au sein du livre, il y a une certaine redondance des procédés. Il sort quelque chose de dur et de pas agréable au niveau de ce qu'il offre de cet auteur. Et en cela, j'ai trouvé que ce livre n'était pas plaisant, mais pas mauvais.


Je comprends que ça déçoive, après je ne trouve pas non plus l'album fabuleux et, indéniablement, je préfèreraist toujours des choses comme le petit Christian et aussi (et surtout) Blotch, qui sont des merveilles de narration et d'humour.



Si je peux ajouter aussi un coup de poignard, mais qui ne concerne pas directement l'auteur,je trouve l'objet assez hideux. La couverture n'en est pas une, simple aggrandis d'une des cases, les typos sont d'un illustratif honteux (ah la typo estampillée "cinéma" eurk eurk ) ce jaune canardcriard bouh... sans oublier le fameux dos rond à la mode pour le "roman graphique" que j'aime pas trop trop, mais bon, les goûts, les couleurs, les dos ronds...


Pas trop éloigné de la lecture de wandrille (y compris, pour une fois, sur la couverture? et sa typo?).

Blutch est en interviouve sur telerama.freuh pour ceusse qui veulent un aperçu condensé faiblement commenté.

wandrille, 25.10.2011 à 20:33340697
Pierre :
Wandrille peut donc se montrer constructif quand il s'en donne la peine ? J'essaierai de m'en souvenir ...


Et puis tu pourrais essayer de faire pareil et tout, ce serait super.

Cobalt 60, 25.10.2011 à 6:36340667
wandrille :
Si je peux ajouter aussi un coup de poignard, mais qui ne concerne pas directement l'auteur,je trouve l'objet assez hideux. La couverture n'en est pas une, simple aggrandis d'une des cases, les typos sont d'un illustratif honteux (ah la typo estampillée "cinéma" eurk eurk ) ce jaune canardcriard bouh... sans oublier le fameux dos rond à la mode pour le "roman graphique" que j'aime pas trop trop, mais bon, les goûts, les couleurs, les dos ronds...


Je suis entièrement d'accord ! C'est une misère cette couverture.

Pierre, 24.10.2011 à 22:23340665
Wandrille peut donc se montrer constructif quand il s'en donne la peine ? J'essaierai de m'en souvenir ...

Ses impressions de lecture tendraient plutôt à confirmer mes réticences mais elles me donnent malgré tout envie de lire l'ouvrage, histoire de voir si son titre n'est qu'une simple figure de style ou bien un véritable programme artistique.

SydN, 24.10.2011 à 16:56340655
InternalLobster :
SydN :
Pourquoi toujours séparer dessin et scénario?

Pas toujours, mais dans certains cas il y a l'un ou l'autre à sauver. De Crécy par exemple, son dessin est absolument génial, mais ses histoires n'ont aucun intérêt et sa narration est assez quelconque, alors que Blain est un dessinateur prodigieux, sa narration est géniale et ses scénarios sont très bons (voire géniaux sur Quai d'Orsay). On trouve aussi des auteurs dont les histoires sont passionnantes et les dessins quelconques, mais tant qu'ils sont efficaces et servent l'histoire, ça passe.


Donc tu réalises tout de même une dichotomie entre les deux, comme 95% des lecteurs de BD lambda... L'important c'est pas le dessin dans son coin, ni le scénario à part, non c'est l'approche globale. Un auteur qui aura une aproche intéressante sera toujours plus passionant a mes yeux qu'un virtuose, et ce malgré toutes ses potentielles maladresses. Je n'ai rien contre la virtuosité, j'en suis moi-même admiratif, mais je m'en méfie. Alors que la personnalité et l'inventivité me fascinent. En celà Blutch me semble plus passionant que Forest. Même si c'est difficile de comparer deux genres et deux époques différentes. Mais comme tu as fait toi-même cette comparaison plus bas, je me le permet ;)
Je ne compare pas à Blain ou a De Crecy, car les deux ont aussi une approche différente et donc interessante.
Après, je ne cherche pas à te faire changer d'avis, bien évidemment que tu as le droit de ne pas aimer Blutch. Ce que je trouve dommage c'est que ton argumentation du dessin d'un côté et du scénar de l'autre me parait sans grand intérêt. Tu semble passer à côté de l'approche artistique de Blutch pour te concentrer sur une dimension absolument formelle de son travail, et ce de façon absolument subjective.
En gros, je ne comprend pas la pertinence d'un "les dessins de Blutch sont caca" et "les dessins de Blain son bôôô".

Le seul moment où l'ont peu à mon sens séparer scénar et dessin, c'est quand les deux parties ont été réalisées par des personnes différentes...

wandrille, 24.10.2011 à 16:01340647
Pierre :
Mais puisque tu sembles l’avoir apprécié, il serait préférable plutôt que tu nous donnes quelques bonnes raisons de lire cet album.


C'est juste : je l'ai apprécié.

J'ai aimé justement ce tiraillement et ce constat sans indulgence pour soi-même de cette impossibilité de se détacher du cinéma.

J'ai aimé cette séquence un peu suréaliste sur ce cinéaste que je n'aime pas beaucoup (euphémisme) et qui pèche des poissons qui se desseche, j'ai aussi aimé l'omniprésence de la femme, non de l'actrice, mais de l'amante qui semble être à la fois la raison et la fascination bestiale de l'auteur.

Ses références me paraissent en fait inutiles et fastidieuses, mais ce qui est important ce n'est pas tant leur succession mais l'image de l'auteur prisonnier, incapable de s'échapper d'une fascination finalement plus sclérosante que constructrice qui est, à mon sens, une métaphore du fan, d'un être qui arrête de vivre sa vie pour vivre dans la référence de l'œuvre d'autres gens.


Que ça vienne de la part de Blutch me parait d'autant plus fort qu'il s'agit, je trouve, d'un très grand auteur, et que ce constat d'échec, car c'en est un, est d'autant plus dramatique.


Blutch écrivait justement dans le fameux entretien de cet ouvrage dans la "nouvelle bande dessinée" qu'il fallait se libérer de tout cela, inventer des choses propres... Il échoue et ce livre-échec me parait d'autant plus touchant pour cela. Est ce à dire que c'est la fin d'une œuvre de Blutch, comme la Fontaine de Duchamp avait pu être la fin d'une certain recherche de la création artistique... je ne sais pas, je ne crois pas, car peut-être que ce livre, il a eu besoin de le faire pour se libérer de cela, justement.


Pour moi ce livre est important car Blutch ne s'y répète pas. Du moins pas par rapport à ses œuvrew antérieures. Car au sein du livre, il y a une certaine redondance des procédés. Il sort quelque chose de dur et de pas agréable au niveau de ce qu'il offre de cet auteur. Et en cela, j'ai trouvé que ce livre n'était pas plaisant, mais pas mauvais.


Je comprends que ça déçoive, après je ne trouve pas non plus l'album fabuleux et, indéniablement, je préfèreraist toujours des choses comme le petit Christian et aussi (et surtout) Blotch, qui sont des merveilles de narration et d'humour.



Si je peux ajouter aussi un coup de poignard, mais qui ne concerne pas directement l'auteur,je trouve l'objet assez hideux. La couverture n'en est pas une, simple aggrandis d'une des cases, les typos sont d'un illustratif honteux (ah la typo estampillée "cinéma" eurk eurk ) ce jaune canardcriard bouh... sans oublier le fameux dos rond à la mode pour le "roman graphique" que j'aime pas trop trop, mais bon, les goûts, les couleurs, les dos ronds...

InternalLobster, 24.10.2011 à 15:37340644
SydN :
Pourquoi toujours séparer dessin et scénario?

Pas toujours, mais dans certains cas il y a l'un ou l'autre à sauver. De Crécy par exemple, son dessin est absolument génial, mais ses histoires n'ont aucun intérêt et sa narration est assez quelconque, alors que Blain est un dessinateur prodigieux, sa narration est géniale et ses scénarios sont très bons (voire géniaux sur Quai d'Orsay). On trouve aussi des auteurs dont les histoires sont passionnantes et les dessins quelconques, mais tant qu'ils sont efficaces et servent l'histoire, ça passe.

Wandrille: Je n'ai pas dit que Blutch était un mauvais dessinateur, faudrait être con pour penser ça, c'est un très bon dessinateur, c'est juste que je trouve ça très moche et inintéressant, et sa narration doit être bonne puisque j'ai lu presque tous ses albums, alors que beaucoup de bd tombent des mains dès les premières pages. J'aimais bien les premières pages qu'il a faite dans Fluide, avec un style proche de Daniel Billon ou Searle, après ça part en couille, les Blotch sont immondes, le plaisir du moche pour le moche.

SydN, 24.10.2011 à 12:45340642
ah ui, comment ai-je pu oublié le petit christian? J'ai adoré les deux volumes !
Mais c'est vrai que je ne suis pas attiré par ce qu'il a fait chez Futuro...

NDZ, 24.10.2011 à 11:43340641
Et que pense Raïs Kader de Blutch? Telle est la question.

SydN, 24.10.2011 à 9:52340635
InternalLobster :
Je suis hors jeu, je ne suis pas un "ancien adorateur", j'ai toujours trouvé ça assez moche et scénaristiquement inintéressant.


Pourquoi toujours séparer dessin et scénario?
Certaines oeuvres (BD, film, littérature...) sont admirables et racontent beaucoup de choses (tout un tas émotions notamment) sans avoir de scénario. A mon sens il faut plus se baser sur l'approche globale: est-elle bonne? interessante? personnelle? plutôt que sur "alors est-ce que c'est bien dessiné, et est-ce que le scénario est bien ficellé?"
On s'en fout, et Blutch à longtemps eu cette personnalité unique et ce ton légèrement surréaliste qui fascine tant ses fans.
Après personellement je n'ai jamais été un admirateur (même si j'aime beaucoup Péplum et Blotch), mais je respecte car je trouve que c'est un auteur qui a vraiment quelque chose...

Pierre, 24.10.2011 à 9:49340634
Wandrille, ta présentation des faits est plaisante mais elle est fausse. Je ne tiens pas à être associé à un quelconque lynchage d’un auteur que j’apprécie énormément, y compris pour certain de ses défauts (notamment le côté "moche" de son trait). En quoi cela te défrise tant que l’on puisse s’interroger tout haut sur l’intérêt du nouveau livre de Blutch ? Cela est-il de nature à remettre en cause ton échelle des valeurs ? Mais puisque tu sembles l’avoir apprécié, il serait préférable plutôt que tu nous donnes quelques bonnes raisons de lire cet album.

wandrille, 24.10.2011 à 9:34340633
Oui, ça se sent que c'est plus authentique...

La réponse idoine dans ce cas étant "les goûts et les couleurs gnagnagna".

Cela dit, Blutch, Rancho Bravo, au niveau scénario c'est très drôle et efficace. Quant au dessin, bon, là, on est dans le ressenti total, parce que, quand même, on peut difficilement nier que ce type là dessine.

Mais je comprends ton sentiment devant le concert de louange sur un truc qui te passe au dessus (ou en dessous, ou à côté) : j'ai le même avec Moebius ou Tezuka.

Mais attention, hein, tu sais que la mode de détruire ce qu'ils adorent passent très rapidement chez nos gentils thuriféraire et que demain, ils viendront te demander des comptes pour ce que tu as pu lâcher dans la fenêtre qui s'est ouverte.

InternalLobster, 24.10.2011 à 2:38340629
Je suis hors jeu, je ne suis pas un "ancien adorateur", j'ai toujours trouvé ça assez moche et scénaristiquement inintéressant.

wandrille, 24.10.2011 à 2:19340628
Tiens alors ça y est, c'est la saison de Blutch, la chasse est ouverte, lequel de ses anciens adorateurs aura les mots les plus durs pour dire qu'en fait, le type est nul ? le concours est lancé.


Premier sang pour abasourdi, mais Pierre se lance aussitôt dans la course. alors qu'intervient un concurrent de poids qui met la barre très haut...

Vite les amis, c'est le moment des comparaisons honteuses, atteignions vite ce point Godwin qui n'en peut plus d'attendre !

Glotz, 24.10.2011 à 2:08340627
Lol.

InternalLobster, 24.10.2011 à 1:12340626
Blutch ça n'a jamais eu aucun intérêt, mais vous ne vous apercevez que maintenant. Graphiquement ça n'évolue pas, c'est toujours du sous-Forest moche (alors que Forest est un dessinateur génial lui), ça avait râler un gros con qui dessine une bonne soeur que je dise ça (ils bossaient tous les deux chez Fluide faut dire), mais il faut se rendre à l'évidence, ce style utilise des codes des années 60 sans rien y apporter. Et je ne parle pas des scénarios (quand il y en a).

Pierre, 23.10.2011 à 21:08340619
lanjingling :
Pierre :
C'est la première fois depuis longtemps
oxymore du mois


L'absurdité de ce début de phrase est assez vertigineuse, j'en conviens. Mais le plus formidable est que je me sois malgré tout fait comprendre.

Plus sérieusement, donnez-moi envie de lire ce bouquin et expliquez-moi s'il apporte quelque chose à Péplum, Mitchum ou Vitesse Moderne. Car après la Volupté et la Beauté ça me paraît à première vue une sorte de régression ...

Pour Aba Sourdi: tu as plutôt bonne mémoire. Je me suis efforcé de retrouver la citation, ça donne ça:

"DAYEZ - ...Depuis une bonne dizaine d'année il y a toute cette tendance qui fait de la bd comme du "cinéma de papier", en jouant la surenchère dans les découpages spectaculaires, dans la mise en scène, etc.

BLUTCH - Pour moi la bande dessinée est un moyen d'expression qui a sa spécificité propre. A nous, auteurs, de la trouver et pas besoin de singer les tics du ciné. D'ailleurs le ciné, c'est tellement anecdotique, illustratif et descriptif que ça reste limité. C'est le XIXe siècle! Une bande dessinée réussie est plus abstraite, plus mystérieuse. C'est plus beau."

Relire cette déclaration me semble étrange, aujourd'hui que je regarde plus de films que je ne lis de bandes dessinées (autre temps...). Il y a d'abord cette attaque de mauvaise foi contre le cinéma, curieuse de la part d'un auteur qui est un cinéphile invétéré et qui en a nourri son oeuvre (au point que c'est que certains lui reprochent), preuve que le cinéma est une formidable machine à fantasmes. Quand bien même parlerait-il du cinéma de 2002, cela ne veut rien dire. Et puis il y a cette réflexion "A nous auteurs de trouver la spécificité propre à la bande dessinée...", force est de constater qu'en dix ans, il n'y a pas eu d'avancée notable (de là sans doute mon désintérêt progressif pour ce médium) et c'est tout à l'honneur de Blutch d'avoir contribué à cet effort de définition, d'exploration et de dépassement de la bd.

Aba Sourdi, 22.10.2011 à 10:46340588
Je trouve cette lassitude cohérente : de la même manière que Blutch n'en peut plus de l'importance du cinéma pour lui, nous n'en pouvons plus non plus de son influence sur lui. Enfin c'est mon cas en tout cas, depuis assez longtemps. Son Oeuvre pourrait être vraiment étrange et mystérieuse si elle n'était pas si référentielle, c'est dommage. Et je pense que lui-même regrette cela, il avait laissé entendre qu'il recherchait le mystère en bande dessinée, ce que le cinéma ne permet pas selon lui (je me souviens que dans l'entretien du livre "La Nouvelle Bande Dessinée" il déclamait même emphatiquement "mais le cinéma c'est le XIXème siècle ! une BD sera toujours plus subtile !", si quelqu'un peut retrouver la citation exacte ça doit être ça en gros). Ça le fait carrément chier de traîner tout ce bagage, c'est là qu'on voit toute la différence avec un parodiste, heureusement.

chrisB, 22.10.2011 à 10:14340587
Et toujours se méfier de ces bonnes vieilles figures de style !! cette facon de concilier l'inconciliable...

lanjingling, 22.10.2011 à 3:16340584
Pierre :
C'est la première fois depuis longtemps
oxymore du mois

wandrille, 21.10.2011 à 18:26340574
tu veux dire que c'était mieux avant ?

Pierre, 16.10.2011 à 18:48340515
C'est la première fois depuis longtemps que je n'ai pas envie de lire le nouveau bouquin de cet auteur. En refermant l'ouvrage dont je venais de faire défiler les pages sous mes doigts, m'est alors venu cette sorte de blasphème: "pour en finir avec Blutch".

astroJR, 04.10.2011 à 20:18340354
Blutch est sur France Inter en ce moment même, l'invité de Kathleen Evin dans l'humeur vagabonde.

Moi, 01.08.2011 à 23:14339192
Au fait, je suppose que tout le monde est au courant, mais tant qu'on y est : "Pour en finir avec le cinéma" est prépublié dans "Libération" (en noir et blanc) pendant tout l'été.

Seccotine, 01.08.2011 à 12:40339182
Annonce de la soirée Ciné-BD avec Blutch le 6 septembre au MK2 Quai de Loire : l'occasion de rencontrer Blutch pour discuter de Pour en finir avec le cinéma mais aussi de voir le film Le Flic se rebiffe de Burt Lancaster ...
Vidéo du Ciné-BD

Thierry, 01.08.2011 à 9:03339174
quelqu'un saurait pourquoi ?
Bizarre que Blutch, qui fut de la première fournée du nouveau Futuropolis, et qui peut être considéré comme un de ses piliers, publie un livre initialement prépublié sur le blog de futuro à la concurrence.

Gijom, 01.08.2011 à 1:58339173
Ce ne sera pas chez Futuropolis.

BLUTCH - Pour en finir avec le cinéma

Gijom, 01.08.2011 à 1:55339172
Ce ne sera pas chez Futuropolis.

BLUTCH - Pour en finir avec le cinéma

Allister Baudin, 31.03.2010 à 21:52330366
insolite : Blutch face à Depardieu dans la bande annonce de Mammuth, à 00:30.

Thierry, 24.03.2010 à 12:11330170
ben c'est vachement bien, même en relecture

Pierre, 29.11.2009 à 18:41326942
Thierry :
Il y a quelque chose de jouissif dans Blotch. La vanité absolue de ce personnage s'oppose délicieusement sa médiocrité toute aussi absolue. En relisant cette série, je comprends meiux certaines références aux auteurs de Fluide, amis Blotch vaut plus que pour son côté référentiel, somme toute anecdotique. Méchamment drôle


Blotch c'est le Achille Talon de la nouvelle bande dessinée.

Glotz, 25.11.2009 à 21:49326847
Bah c'est bien le cinéma.

abasourdi, 25.11.2009 à 18:15326837
Mouais, si c'est encore pour nous parler de cinoche c'est pas top... :(

Glotz, 25.11.2009 à 17:50326834
Blutch revient à la bande dessinée ! Ô Joie !

Thierry, 25.11.2009 à 15:22326814
après

voici

lanjingling, 05.11.2009 à 18:09326144
chrisB :
Poppopop Resnais a toujours été bon !! et il a le merite d'avoir tracé sa propre route, et de la tenir encore 50 ans après :o)
ouais, mais lui, et d'autres cineastes d'un age plus que venerable - manuel de oliveira, chris marker, rohmer, moebius pour ne citer que les premiers me venant a l'esprit - parviennent en vieillissant a traiter tout sujet avec la plus gracieuse des legeretes...ou a mettre toute la gravite necessaire dans un sujet ou un traitement en apparence frivole ; la grande classe, la quadrature du cercle de l'echelle de jacob
longg :
lanjingling :
les cineastes, c'est le contraire des auteurs de bd, plus ils vieillissent,plus ils deviennent bons...


Tu veux dire que Crumb, Moebius ou Will Eisner sont devenus moins bons, par exemple?
non, c'etait juste pour mettre un peu de lewis trondheim dans le sujet blutch...

longg, 05.11.2009 à 9:50326132
lanjingling :
les cineastes, c'est le contraire des auteurs de bd, plus ils vieillissent,plus ils deviennent bons...


Tu veux dire que Crumb, Moebius ou Will Eisner sont devenus moins bons, par exemple?
Moi, je les admire de dessiner toujours aussi bien voire de tracer d'autres voies (moebius) à leur âge.

chrisB, 05.11.2009 à 8:05326130
Poppopop Resnais a toujours été bon !! et il a le merite d'avoir tracé sa propre route, et de la tenir encore 50 ans après :o)

lanjingling, 05.11.2009 à 2:15326129
Le PBE :
effer :
C'est Blutch qui a fait l'affiche du dernier film de A Resnais?

Oui.
les cineastes, c'est le contraire des auteurs de bd, plus ils vieillissent,plus ils deviennent bons...

Le PBE, 04.11.2009 à 17:13326123
effer :
C'est Blutch qui a fait l'affiche du dernier film de A Resnais?

Oui.

effer, 04.11.2009 à 16:29326120
Le PBE :

C'est Blutch qui a fait l'affiche du dernier film de A Resnais?

Le PBE, 04.11.2009 à 8:52326110

graffica, 22.02.2009 à 10:18318842
[citer auteur=graffica]VIVE BLUTCH

A VOIR SUR http://graffica.cigogne.org/

Thierry, 12.02.2009 à 11:30318547
Il y a quelque chose de jouissif dans Blotch. La vanité absolue de ce personnage s'oppose délicieusement sa médiocrité toute aussi absolue. En relisant cette série, je comprends meiux certaines références aux auteurs de Fluide, amis Blotch vaut plus que pour son côté référentiel, somme toute anecdotique. Méchamment drôle

graffica, 06.02.2009 à 21:03318370
VIVE BLUTCH

A VOIR SUR

http://graffica.cigogne.org/images/graffica.cigogne.org/BLUTCH%20copieBLOG.jpg

abasourdi, 04.02.2009 à 14:38318271
Autant "La beauté" m'a un peu laissé perplexe (ptet parce que je suis pas assez "dessin"), autant j'ai trouvé "C'était le bonheur" excellent et très accessible, donc je suis surpris qu'il soit moins bien bullenoté. Tout y est, pourtant. Chapeau !

wandrille, 04.02.2009 à 12:23318265
Xavier :


Pas possible, ils ont déjà tous été réservés pour les prochains "Petit Spirou".


Le titre du prochain petit spirou c'est, je crois,

"cale ta buche à la dame"

non ?

Xavier, 04.02.2009 à 11:55318262
wandrille :
david t :
ainsi qu'un livre avec patrice leconte dans la très éphémère collection «c'est pour offrir» (si ça les intéresse, j'ai d'autres suggestions de noms de collection foireux pour caster: «laissez tomber», «vous voulez rire?», «tout le monde s'en fout», sans oublier «le coin du soldeur»).


"Plaisir d'offrir", "plus, ça serait trop", "sauvez un arbre", "dites le avec des fleurs", "le vrai goût du terroir"...


Pas possible, ils ont déjà tous été réservés pour les prochains "Petit Spirou".

wandrille, 04.02.2009 à 11:32318261
david t :
ainsi qu'un livre avec patrice leconte dans la très éphémère collection «c'est pour offrir» (si ça les intéresse, j'ai d'autres suggestions de noms de collection foireux pour caster: «laissez tomber», «vous voulez rire?», «tout le monde s'en fout», sans oublier «le coin du soldeur»).


"Plaisir d'offrir", "plus, ça serait trop", "sauvez un arbre", "dites le avec des fleurs", "le vrai goût du terroir"...

Anoeta, 04.02.2009 à 11:02318258
beuzno :
à thierry : peplum a été très mal prépublié par "à suivre" des planches ont été "oubliées"!!!


Ce n'est pas la première fois que ça leur arrivait. Une page du Cahier bleu avait aussi été oubliée. Mais bon pas une page importante, juste la page ou l'héroine retrouve le fameux cahier !

longg, 03.02.2009 à 19:25318243
david t :
ainsi qu'un livre avec patrice leconte dans la très éphémère collection «c'est pour offrir»


D'ailleurs les illus sont très bien, les textes de leconte auraient pu être intéressants mais trop de manière dans l'écriture, dommage

beuzno, 03.02.2009 à 19:04318242
à thierry : peplum a été très mal prépublié par "à suivre" des planches ont été "oubliées"!!!

david t, 03.02.2009 à 17:45318237
ainsi qu'un livre avec patrice leconte dans la très éphémère collection «c'est pour offrir» (si ça les intéresse, j'ai d'autres suggestions de noms de collection foireux pour caster: «laissez tomber», «vous voulez rire?», «tout le monde s'en fout», sans oublier «le coin du soldeur»).

Thierry, 03.02.2009 à 16:16318231
Smiley_Bone :
NDZ :
Smiley_Bone :
Oh en principe tout auteur n'ayant pas encore été publié chez un grand éditeur doit s'y trouver.:o)


tu veux dire chez Casterman ?


Euh Blutch n'a jamais été publié chez Casterman. Ah mais oui suis-je bête il a été édité par le nouveau futuropolis, tout s'explique.^^


prépublié dans (A Suivre) quand même

Smiley_Bone, 03.02.2009 à 15:51318228
NDZ :
Smiley_Bone :
Oh en principe tout auteur n'ayant pas encore été publié chez un grand éditeur doit s'y trouver.:o)


tu veux dire chez Casterman ?


Euh Blutch n'a jamais été publié chez Casterman. Ah mais oui suis-je bête il a été édité par le nouveau futuropolis, tout s'explique.^^

Pages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10

retour forum

bordure
coin bordure coin