créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les derniers ajouts
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par Mael


par rohagus
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure MonoChat
naoko
e m
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Andreas (je suis nul en jeux de mots donc j'en mets pas !)

Bandes Dessinées : auteurs, séries, et toutes ces sortes de choses... ]


retour forum
Pages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6

effer, 21.04.2006 à 16:19249654
Marie :
effer :
Marie: merci d'avoir mis mon post dans la bonne rubrique...

Je me suis permise car j'espérais un petit développement. Voilà qui est fait, merci pour ta réponse très intéressante :)

effer :
Andréas dessine souvent ce type de personnages, ici, ce sont les brigadistes qui sont un peu caricaturés par rapport aux espagnols: je pense qu'ainsi Andréas veut les rendre encore plus dérisoire par rapport à l'enjeu du conflit.


Je n'avais jamais envisagé les anciens personnages d’Andreas sous cet angle. Effectivement, ils sont souvent présentés de manière à être perçu clairement dès la première apparition par l’attitude, le physique ou les dialogues (quand il y en a). Pour arriver à ce résultat l’auteur doit évidemment utiliser des codes reconnus par tous, donc des stéréotypes. Je dois reconnaître que l’effet est très percutant au point que ses personnages en deviennent presque désincarnés.

Sans doute oui, dans Quintos a t-il voulu privilégier le message de son récit aux dépends de ses personnages, comme des petites marionnettes pathétiquement humaines qui s’imaginent avoir un quelconque libre arbitre.
Mais sur ce coup ça me semble un peu too much, trop facile, trop convenu.
Même si le résultat dans son ensemble est impeccablement cohérent :)

L'image et le visuel, personnages, découpage, décors priment souvent sur le texte chez Andréas, d'où une représentation des personnages, comme tu le remarques qui est codée.
Cela est nécessaire dans les séries aux développement complexe de l'auteur, comme Rork, Arq ou Capricorne, mais peut sembler " facile" pour Quintos, au récit résolument réaliste et pessimiste, je le conçoit, quoique cela ne me dérange pas, car je suis habitué au style semi-réaliste de l'auteur.
Il est vrai qu'avec un dessinareur au style réaliste, l'histoire aurait prise une force encore plus noire.

Marie, 21.04.2006 à 16:07249651
effer :
Marie: merci d'avoir mis mon post dans la bonne rubrique...

Je me suis permise car j'espérais un petit développement. Voilà qui est fait, merci pour ta réponse très intéressante :)

effer :
Andréas dessine souvent ce type de personnages, ici, ce sont les brigadistes qui sont un peu caricaturés par rapport aux espagnols: je pense qu'ainsi Andréas veut les rendre encore plus dérisoire par rapport à l'enjeu du conflit.


Je n'avais jamais envisagé les anciens personnages d’Andreas sous cet angle. Effectivement, ils sont souvent présentés de manière à être perçu clairement dès la première apparition par l’attitude, le physique ou les dialogues (quand il y en a). Pour arriver à ce résultat l’auteur doit évidemment utiliser des codes reconnus par tous, donc des stéréotypes. Je dois reconnaître que l’effet est très percutant au point que ses personnages en deviennent presque désincarnés.

Sans doute oui, dans Quintos a t-il voulu privilégier le message de son récit aux dépends de ses personnages, comme des petites marionnettes pathétiquement humaines qui s’imaginent avoir un quelconque libre arbitre.
Mais sur ce coup ça me semble un peu too much, trop facile, trop convenu.
Même si le résultat dans son ensemble est impeccablement cohérent :)

effer, 19.04.2006 à 16:54249449
Marie :
effer :
Quintos par Andréas.
Andréas lache ses deux séries Capricornes et Arq pour plonger dans un récit ancré dans l'histoire sanglante de la guerre d'Espagne. Ils sont 7 dont 5 des brigades internationales désignés pour aller en renfort ( dérisoire à 7) à travers la sierra, soutenir les Républicains assiégés dans un village. Leur camion est bombardé et leur deux chefs espagnols sont tués. Mauvais début pour le récit et les survivants. Andréas dresse dans une histoire d'un pessimisme rare, le portrait de ses étrangers ( un américain, un belge, une française et un allemand) venus combattre aux côté des républicains contre le fasciste Franco. Livrés à eux mêmes avec leurs vieilles armes, ils sont dans la situation où les barrières tombent. C'est à la motivation des protagonistes que s'intéresse l'auteur dans un scénario type ( 10 petits nègres) et là également, il ne nous dresse pas le portrait de héros de la cause, nous ne sommes pas chez Emingway. Le récit est sec comme la sierra traversée par la petite escouade, et comme toujours servie par un superbe dessin d'Andréas et de sa coloriste s'attardant sur des visages expressifs en gros plan avec un découpage un peu plus classique que celui auquel il s'adonne en général dans ses autres séries.
Un one shot dur et sans concession, 4 balles!



Oui, dans Quintos, Andreas maîtrise son récit avec une efficacité remarquable. Certains lui reprochent d’être trop souvent nébuleux, mais ici sa narration évacue le superflu et va à l’essentiel. C’est tranchant et effectivement, sans aucune illusion.
Mais pourquoi diable présenter des personnages caricaturaux et stéréotypés à ce point? Je suppose qu’il avait ses raisons, mais ça me laisse un peu perplexe.


Marie: merci d'avoir mis mon post dans la bonne rubrique...
Andréas dessine souvent ce type de personnages, ici, ce sont les brigadistes qui sont un peu caricaturés par rapport aux espagnols: je pense qu'ainsi Andréas veut les rendre encore plus dérisoire par rapport à l'enjeu du conflit.

Marie, 18.04.2006 à 19:06249337
effer :
Quintos par Andréas.
Andréas lache ses deux séries Capricornes et Arq pour plonger dans un récit ancré dans l'histoire sanglante de la guerre d'Espagne. Ils sont 7 dont 5 des brigades internationales désignés pour aller en renfort ( dérisoire à 7) à travers la sierra, soutenir les Républicains assiégés dans un village. Leur camion est bombardé et leur deux chefs espagnols sont tués. Mauvais début pour le récit et les survivants. Andréas dresse dans une histoire d'un pessimisme rare, le portrait de ses étrangers ( un américain, un belge, une française et un allemand) venus combattre aux côté des républicains contre le fasciste Franco. Livrés à eux mêmes avec leurs vieilles armes, ils sont dans la situation où les barrières tombent. C'est à la motivation des protagonistes que s'intéresse l'auteur dans un scénario type ( 10 petits nègres) et là également, il ne nous dresse pas le portrait de héros de la cause, nous ne sommes pas chez Emingway. Le récit est sec comme la sierra traversée par la petite escouade, et comme toujours servie par un superbe dessin d'Andréas et de sa coloriste s'attardant sur des visages expressifs en gros plan avec un découpage un peu plus classique que celui auquel il s'adonne en général dans ses autres séries.
Un one shot dur et sans concession, 4 balles!



Oui, dans Quintos, Andreas maîtrise son récit avec une efficacité remarquable. Certains lui reprochent d’être trop souvent nébuleux, mais ici sa narration évacue le superflu et va à l’essentiel. C’est tranchant et effectivement, sans aucune illusion.
Mais pourquoi diable présenter des personnages caricaturaux et stéréotypés à ce point? Je suppose qu’il avait ses raisons, mais ça me laisse un peu perplexe.

effer, 20.02.2006 à 17:33242876
Thierry :
commande a l'occasion des 500 ans de la decouverte de l'Amerique, cet album est sans doute un des moins aboutis d'Andreas, de son aveu meme. Il s'est visiblement beaucoup documente et tend a tout restituer dans on scenario. Il entremele donc plusieurs destins: un vieux marchand qui confesse une faute terrible, un homme attendant son sacrifice, une jeune servante decouvrant la verite sur ses origines nobles... mais pour rester dans le moule des 46 planches, chaque intrigue est extremement reduite, et aucune ne va reellement jusqu'a son terme. Reste que graphiquement, Andreas realise quelques tres belles planches. Son travail sur les couleurs est particulierement lumineux. 3 plumes

Ah, voila un album que je ne connais pas...

Thierry, 19.02.2006 à 18:40242798
commande a l'occasion des 500 ans de la decouverte de l'Amerique, cet album est sans doute un des moins aboutis d'Andreas, de son aveu meme. Il s'est visiblement beaucoup documente et tend a tout restituer dans on scenario. Il entremele donc plusieurs destins: un vieux marchand qui confesse une faute terrible, un homme attendant son sacrifice, une jeune servante decouvrant la verite sur ses origines nobles... mais pour rester dans le moule des 46 planches, chaque intrigue est extremement reduite, et aucune ne va reellement jusqu'a son terme. Reste que graphiquement, Andreas realise quelques tres belles planches. Son travail sur les couleurs est particulierement lumineux. 3 plumes

Le PBE, 01.02.2006 à 11:42240577
Quintos. Un nouvel Andreas en mars chez Dargaud Long Courrier avec la (jusqu'ici) coloriste Isa Cochet au scenario (clic).

stany, 07.01.2005 à 10:06189057
il y a des fans de andreas en hongrie?? je me sens seul....

Thierry, 05.10.2004 à 9:32176055
'tain, va falloir que je lise ce forum maintenant. Pas de chances que je sois malade :o(
Hier, j'ai relu Cromwell Stone parce que je suis persuade que si je mattaque comme au au 'testament', je vais plus rein comprendre, meme si j'ai deja relu les 2 premiers des dizaines de fois.

Marie, 04.10.2004 à 1:04175813
>> Heu...je déteste les maths et pourtant Andreas est certainement un de mes auteurs favoris (si ce n'est mon auteur préféré), comme quoi...:o)

Dans le fond ce n’est pas surprenant car l’univers mathématique est un outil définitivement abstrait (a de rares exceptions comme la géométrie, et encore…) alors que le monde d’Andreas garde toujours un ancrage dans le concret. Comme lorsque l’on joue avec un casse-tête, on sait que la solution existe et qu’il n’y a plus qu’à la trouver.
C’est la cohérence dans le désordre, l’ordre dans le chaos, mais aussi la folie dans la raison.
Je crois que si on devait représenter le style d’Andreas on prendrait un labyrinthe avec sa structure complexe et symbolique, sa perte des repères dans un monde pourtant palpable et son avancée vers l’inconnu aux choix multiples.
Bref, si on n’aime pas les labyrinthes on ne peut pas aimer Andreas :o)

C’est illusoire de vouloir établir un profil type de ses lecteurs mais peut-être y a-t-il malgré tout quelques affinités, comme un tempérament méthodique et curieux. Personnellement j’éprouve pas mal de fascination pour ces auteurs qui mélangent architecture et fantastique (Andreas, Tsutomu Nihei (Blame!) Schuiten, etc.) et ce n’est sûrement pas un hasard .

>> Pour ce qui est de ses réçits, je les crois plus proches de l'ésotérisme, voir de l'hérmetisme que des mathématiques.

Dans le même ordre d’idée il y a un passage assez amusant dans « Andreas, une monographie » ou il explique qu’il a toujours l’impression d’exprimer dans ses albums autre chose que ce qu’il vit :
"Dans ma vie quotidienne je suis quelqu’un de relativement pragmatique, j’aime bien bricoler, j’ai un sens pratique qui ne ressort pas du tout dans mes histoires. Les fans que je rencontre s’attendent toujours à rencontrer quelqu’un de très mystérieux, de sombre, qui s’y connaît en sciences occultes. Alors que je n’en ai rien à cirer, je ne suis pas du tout comme ça. Mais quelque chose s’exprime dans mes histoires, je ne sais pas…"
(page 87)

>> Ce qui me plaît aussi énormement dans son oeuvre c'est qu'il a su digérer le fantastique anglo-saxon du début XXè, le comics, et bien d'autres choses pour en faire son truc et ça, c'est un régal.

Oui oui ! En littérature il y a eu Lovecraft bien sûr et puis les dessinateurs américains, mais aussi Moebius, Jijé et ..Breccia. Et comme tu dis il a sorti de ce bouillon d’influences une recette tout à fait personnelle digne des grands chefs :o)

>> Si tu argumentes un peu tu as même le droit de dire que Baudoin dessine comme une savate et que DeCrécy doit avoir un Parkinson.

Rhôôô quand même pas !
Bon, j’avais sorti cette phrase au sujet des autobiographies un peu comme une boutade et je ne m’attendais pas à cet intérêt ^^ ;
Ceci dit je le pense sincèrement même s’il est évident que ce n’est pas toujours vrai, dans ce genre plus qu’ailleurs chaque œuvre a son style personnel. Le problème c’est que je n’ai pas une grande connaissance du sujet puisque c’est un genre qui ne m’attire pas beaucoup (logique !) mais j’essaierai d’exprimer humblement ( et avec prudence ;o) ) quelques réflexions à l’endroit que me conseille Daiboken ( après avoir révisé ma matière )

>> Il n'y a qu'un seul auteur qu'il est interdit de critiquer sur les forums, ou même d'émettre une simple réserve, sous peine de le voir rappliquer pour t'insulter...

Ah ben zut …
;o)))

vacom, 01.10.2004 à 21:13175553
Marrant le parallèle Andreas - Maths. J'ai fait pas mal de maths dans le secondaires mais plus du tout depuis quatre ans et j'ai tout oublié. D'ailleurs tout ce qui m'y fait penser me rebute, littéraire convaincu je suis :))

Et pourtant j'adore Andreas... Allez savoir pourquoi, peut-être parce qu'il a la faculté de tout structurer et de tout compliquer, chose que je serai toujours incapable de faire. Peut-être parce qu'il parvient à être froid et que je n'y arrive pas. Pour moi j'ai l'impression que Andreas c'est un peu tout ce qui est le plus éloigné de moi, de ce que je suis, et que c'est ça qui m'attire.

Sur ce, je prends trois vallium et j'arrête :))

daiboken, 01.10.2004 à 15:27175509
>> Quant à donner des noms, bien sûr, pourquoi pas (effectivement, y'en a un qui déclenche des réactions incontrôlées (incontrolables), ici comme ailleurs), juste, je vais faire le chiant (normal je suis chef ici), si c'est dans ce sujet, autant que ça ait un peu de rapport à Andreas, sinon on peut reprendre un sujet existant, ou en créer un.

Marie pourrait enchainer ici

MR_Claude, 01.10.2004 à 15:19175506
Andreas et les maths? je sais pas...
Moi j'aime bien ça, je suis un scientifique à la base (et même ailleurs qu'à la base, en fait), mais j'aurais plutôt la même impression que Weissengel.
Cyrrus/Mil, qui fonctionne comme un puzzle (mais du genre y'a une pièce devant toi, et le reste éparpillé un peu partout dans le jardin), je l'ai lu plusieurs fois, j'ai jamais compris la même chose (jamais tout compris peut-être aussi :o) ), mais je me laisse porter par lunivers mis en place, même si je ne le vois qu'en "touriste".
Je pense que c'est comme ça qu'il faut prendre le fameux "tout ne doit pas être expliqué" dit par Andreas lui-même. Ce qui pourrait être pris comme une pirouette facile ("ouais, je te mets des machins bien prise-de-tête dans mes bd pasque ça fait intelligent, mais en fait faut pas chercher une signification, c'est juste pour épater"), est plutôt pour moi une façon de mettre l'accent sur ce qu'Andreas juge essentiel: l'univers mis en place.

Quant à donner des noms, bien sûr, pourquoi pas (effectivement, y'en a un qui déclenche des réactions incontrôlées (incontrolables), ici comme ailleurs), juste, je vais faire le chiant (normal je suis chef ici), si c'est dans ce sujet, autant que ça ait un peu de rapport à Andreas, sinon on peut reprendre un sujet existant, ou en créer un.

daiboken, 01.10.2004 à 14:09175475
>> Je ne suis pas encore tombée sur la tête! vu que c'est le genre qui a le plus de fans si j'ai le malheur de donner des exemples je vais me faire atomiser par tout le forum :)))

Ben non, y a pas de raisons.
C'est souvent enrichissant de se confronter à des réactions diverses et parfois carrément antagonistes, à partir du moment où elles sont argumentées.
Et plus personnellement, c'est toujours intéressant de discuter avec toi par forums interposés...


Altair, 01.10.2004 à 14:05175471
Bon ben je vais abandonner mes théories foireuses sur Andreas et les mathématiques alors ^__^

compte supprimé . 01.10.2004 à 13:45175459
vu que c'est le genre qui a le plus de fans si j'ai le malheur de donner des exemples je vais me faire atomiser par tout le forum

Si tu argumentes un peu tu as même le droit de dire que Baudoin dessine comme une savate et que DeCrécy doit avoir un Parkinson.

Il n'y a qu'un seul auteur qu'il est interdit de critiquer sur les forums, ou même d'émettre une simple réserve, sous peine de le voir rappliquer pour t'insulter...

Weissengel, 01.10.2004 à 13:45175458
>> En fait j'ai toujours eu l'impression qu'Andreas avait peu de chance de plaire à qui n'aime pas les mathématiques : l'utilisation incessante de la géométrie dans son dessin, le côté "casse-tête" à remttre dans l'ordre des histoires, les codes à déchiffrer...

Heu...je déteste les maths et pourtant Andreas est certainement un de mes auteurs favoris (si ce n'est mon auteur préféré), comme quoi...:o)
Ce que j'aime chez lui, c'est sa façon de synthtiser un dessin qu'il avait académique au début (faut voir ses planches du 9è rêve ou les premières histoires Rork, fortement influencées par Bernie Wrighston).
Il est parvenu à trouver son propre code graphique (au même titre qu'un Trondheim, dans un style totalement opposé).
Pour ce qui est de ses réçits, je les crois plus proches de l'ésotérisme, voir de l'hérmetisme que des mathématiques.
J'y retrouve plutôt l'univers mental et personnel d'un auteur...alors tenter d'appliquer à ça une tentative d'explication logique ou rationnelle me semble un peu vain...enfin, ça ne m'interesse pas. :o))
Ce qui me plaît aussi énormement dans son oeuvre c'est qu'il a su digérer le fantastique anglo-saxon du début XXè, le comics, et bien d'autres choses pour en faire son truc et ça, c'est un régal.

En tous cas, merci à Andreas d'exister! :o))

Marie, 01.10.2004 à 13:35175454
>> J'appourve pegase47 et daiboken : Marie, lance-toi !!!

Je ne suis pas encore tombée sur la tête! vu que c'est le genre qui a le plus de fans si j'ai le malheur de donner des exemples je vais me faire atomiser par tout le forum :)))

Mais il y a quelques points sur lesquels j'aimerais revenir... je repasserais ce soir :o)

Altair, 01.10.2004 à 13:23175452
J'appourve pegase47 et daiboken : Marie, lance-toi !!!

compte supprimé . 01.10.2004 à 13:18175448
Non je ne citerais pas de noms :o)

Dommage c'est ce qui rendrais cette discussion encore plus intéressante, même si hors sujet.

Altaïr: c'est noté pour Arq

Daiboken: je ne lis pas les forums de BDP consacrés aux cités obscures ou à Andreas mais comme toi j'aime vraiment bien les cités obscures. Je n'ai pas tout lu mais certains albums comme la tour ou la fièvre d'Urbicande m'avaient vraiment beaucoup plu. Le coté énigme un peu gratuite d'Andreas devient plutôt interne et inhérent à la structure du récit dans les cités obscures dont la narration est le plus souvent...très claire.
En résumé à la fin d'un album d'Andreas je peux assez souvent me sentir super con, et cette sensation m'énerve au plus haut point, mais ne va pas jusqu'à me donner envie de relire très en détail l'album. Jamais eu ce sentiment avec les Cités Obscures.
Sinon ta section du lycée ressemble à un bac C ou maintenant S pour un français.


daiboken, 01.10.2004 à 12:57175443
>> Je n'aime pas tellement les jeux scientifiques par exemple, donc reconstituer les puzzle d'Andreas je ne trouve pas ça extrêmement palpitant. Mais je conçois très bien que certains adorent ça.

C'est un peu pareil que les lecteurs des Cités obscures qui prennent plaisir à élaborer des myriades de suppositions sur le monde des Cités à partir d'informations microscopiques.
Ce style de discussions, comme sur les sujets dédiés sur BDP, ça me passe complètement au-dessus de la tête mais je conçois aussi très bien que certains adorent ça.
Pourtant, j'aime lire les albums de la série.

>> Par exemple je trouve pas mal de sentiments passionnés dans les histoires réputées "froides" d'Andreas

Pareillement, dans certains albums des Cités obscures, je ne trouve pas la froideur que certains décrivent.
Des lecteurs différents doivent réagir à des choses différentes dans ces albums. C'est vraiment une question de sensibilité.

>> par contre les récits du genre autobiographique à la sensibilité à fleur de peau ou à grosses charges émotionnelles me font fuir. C'est sûrement faux mais ils me donnent toujours l'impression d'un monde fermé, étouffant et rempli d'autosatisfactions hypocrites.
>> Non je ne citerais pas de noms :o)

Même si c'est un peu hors-sujet, tu devrais. :))

Par exemple, on parlait ce matin dans un autre sujet des comics de Mattt Konture, je défie à quiconque d'y trouver quelque chose rempli d'autosatisfactions hypocrites.

Et puis, passer par soi-même dans son cheminement d'ouverture au monde, n'est-ce pas appliquer au mieux le "Connais-toi toi même et tu connaîtras l'Univers et les Dieux" de Socrate ?

Marie, 01.10.2004 à 12:37175439
>> Je n'aime pas tellement les jeux scientifiques par exemple, donc reconstituer les puzzle d'Andreas je ne trouve pas ça extrêmement palpitant. Mais je conçois très bien que certains adorent ça.

Oui ça doit-être cela qui rebute ceux qui n'accrochent pas à Andreas. Mais si l'on adore les énigmes et casse-têtes (scientifiques ou mathématiques) les récits déstructurés de cet auteur deviennent fascinants.

C'est franchement une attirance naturelle que l'on ressent ou pas, même si l'on peut faire une démarche intellectuelle pour le comprendre.
Par exemple je trouve pas mal de sentiments passionnés dans les histoires réputées "froides" d'Andreas, par contre les récits du genre autobiographique à la sensibilité à fleur de peau ou à grosses charges émotionnelles me font fuir. C'est sûrement faux mais ils me donnent toujours l'impression d'un monde fermé, étouffant et rempli d'autosatisfactions hypocrites.
Non je ne citerais pas de noms :o)

daiboken, 01.10.2004 à 11:54175434
>> C'est à dire que je distingue complètement la pratique des maths et la lecture de livres "littéraires", je ne dois pas faire fonctionner ces deux parties de mon cerveau en même temps. Je n'aime pas tellement les jeux scientifiques par exemple, donc reconstituer les puzzle d'Andreas je ne trouve pas ça extrêmement palpitant. Mais je conçois très bien que certains adorent ça.

Pareil.
Ceci dit, je ne pratique pas vraiment les maths, mais ça me plaisait plutôt pas trop mal à l'école (j'étais en section math et sciences fortes en secondaire - ces termes veulent-ils dire quelque chose pour un français?).

Altair, 01.10.2004 à 11:50175432
Je te suis assez sur le "manque de chaleur et d'émotion" des albums d'Andreas. C'est mon principal reproche à son encontre.
Du coup tu devrais peut-être tester Arq, qui n'a pas ce défaut.

compte supprimé . 01.10.2004 à 11:43175429
J'aime bien les maths puisque j'en fais encore un peu profession mais je ne suis pas trop fan d'Andreas , dont j'admire pourtant le graphisme et la science du découpage mais dont je déplore le manque de chaleur et d'émotion qui se dégagent de ses albums. De ceux que j'ai lu en tout cas, c'est à dire Rork et le triangle rouge (et fantalia et le donjon monster). Il me semble aussi que cet auteur se complait parfois à la complication inutile.

C'est à dire que je distingue complètement la pratique des maths et la lecture de livres "littéraires", je ne dois pas faire fonctionner ces deux parties de mon cerveau en même temps. Je n'aime pas tellement les jeux scientifiques par exemple, donc reconstituer les puzzle d'Andreas je ne trouve pas ça extrêmement palpitant. Mais je conçois très bien que certains adorent ça.

Altair, 01.10.2004 à 11:13175419
En fait j'ai toujours eu l'impression qu'Andreas avait peu de chance de plaire à qui n'aime pas les mathématiques : l'utilisation incessante de la géométrie dans son dessin, le côté "casse-tête" à remttre dans l'ordre des histoires, les codes à déchiffrer...

Cobalt60 et Daiboken, vous aimez les maths ? ;o)))

daiboken, 01.10.2004 à 10:41175409
>> >> Personnellement, "Cromwell Stone", ça me fait le même effet qu'une boite de valium avant d'aller me coucher... :)))

>> là j'ai tendu le bâton pour me faire battre ;o)
>> Pfff! vile provocation que je méprise... :oþ

C'est pas une provocation, juste le constat d'une incompréhension. :)))
Je ne doute pas un seul instant qu'Andreas soit un auteur important, mais y a quelque chose qui me rebute dans les quelques albums que j'ai lus de lui.
Faudra que je réessaie un jour parce que ça me chiffonne cette histoire...

Marie, 01.10.2004 à 10:35175405
>> Personnellement, "Cromwell Stone", ça me fait le même effet qu'une boite de valium avant d'aller me coucher... :)))

là j'ai tendu le bâton pour me faire battre ;o)

Pfff! vile provocation que je méprise... :oþ

daiboken, 01.10.2004 à 10:20175402
>> Esthétiquement "Cromwell Stone" n’est pas une œuvre chaleureuse et intimiste mais un délire grandiose de graphiste qu’il faut appréhender planche par planche. On peut trouver cela époustouflant... ou tape à l’œil, tout dépend de sa sensibilité bien sûr, mais aussi de ses attentes et de ses habitudes de lecteur.

Personnellement, "Cromwell Stone", ça me fait le même effet qu'une boite de valium avant d'aller me coucher... :)))

Marie, 01.10.2004 à 0:32175378
>> La deuxième chose est que tu fais une confusion que la plupart des gens font aussi entre figuration juste et académisme.
Non non, pour moi la distinction est claire. J’ai utilisé ce terme que parce qu’il avait été utilisé dans un post précédent.
Cette "figuration juste" est d'ailleurs une chose à laquelle je suis très sensible, mais visiblement pas dans les mêmes cas de figure que toi :oþ

<>> la pertinence du degré de transgression dépend de la connaissance et de la maîtrise que l'artiste a acquises dans les différents composantes de son art.
Oui oui je suis entièrement d’accord. J’ai toujours pensé qu’avoir une formation de base classique la plus éclectique possible permet d’aller beaucoup plus loin par la suite et ce avec une liberté que n’ont pas ceux qui n’ont pas pris cette peine. Bien sûr, encore faut-il être capable de se détacher de cet encadrement si rassurant ;o)

Pour en revenir à Andreas, il y a assez d’exemple qui prouvent que cet auteur connaît la structure d’un pied ou d’une chaussure, donc il est bien possible si il y a erreur qu’effectivement cette représentation ne l’intéresse pas à ce moment là. Comme le disait Altair ce qui est intéressant dans Cromwell Stone "c’est le rendu esthétique global, l'harmonie de l'ensemble" et non pas les détails anatomiques de corps déjà déformés avec le style très personnel de l'auteur. A l’inverse une erreur de perspective dans les éléments du décor aurait été beaucoup plus choquante.
Esthétiquement "Cromwell Stone" n’est pas une œuvre chaleureuse et intimiste mais un délire grandiose de graphiste qu’il faut appréhender planche par planche. On peut trouver cela époustouflant... ou tape à l’œil, tout dépend de sa sensibilité bien sûr, mais aussi de ses attentes et de ses habitudes de lecteur.

Personnellement le point de vue d'Andreas me convient parfaitement même si je reconnais que ses personnages humains ne sont pas toujours réussis .Mais une BD c'est aussi tellement d'autres choses ...

Tu viendras nous donner tes impressions après ta lecture? :o)

Cobalt 60, 30.09.2004 à 15:18175310
Je suis quand même étonnée que l'on critique un auteur de Bd parce qu'il ne respecte pas les drapés et l'anatomie académiques (?) surtout si son but n'est pas de faire du dessin réaliste.

Marie, si tu le permets, cette simple phrase appelle plusieurs commentaires.
Comme toute création, l'œuvre d'Andreas peut se juger et s'apprécier à différents niveaux et de différents points de vue. Pour ma part, je m'en suis tenu à l'aspect graphique. Je laisse à ceux qui connaissent en profondeur l'œuvre d'Andreas le soin de décortiquer et d'exposer un point plutôt qu'un autre.
La deuxième chose est que tu fais une confusion que la plupart des gens font aussi entre figuration juste et académisme. L'académisme c'est faire entrer sa pratique artistique dans des règles et s'en tenir à elles. Les établir comme des lois à ne pas transgresser. Cela peut être très rassurant !
Quand on choisit le dessin figuratif, on s'inscrit qu'on le veuille ou non dans un mode de représentation codifié. Un personnage par exemple se reconnaît à ses proportions, au fait qu'il possède des membres indentifiables au premier coup d'œil. Une perspective au fait qu'un immeuble est plus grand qu'un être humain, à moins que celui-ci soit au premier plan, etc.
A partir de ce fait établi, l'artiste qui refuse l'académisme s'autorise divers degrés de transgression de ses règles.
Mais la pertinence du degré de transgression dépend de la connaissance et de la maîtrise que l'artiste a acquises dans les différents composantes de son art.
Cela n'a rien à voir avec la vitesse d'éxécution du dessin. Au bout d'un moment, le dessinateur a une connaissance tellement intime de l'anatomie, par exemple, que la courbe juste sort naturellement de son outil qu'il s'agisse d'un croquis rapide ou d'un dessin très élaboré. En clair quand Andreas se plante dans la perspective d'un pied, c'est que cela ne l'intéresse pas de s'attarder sur sa représentation. Ce que je peux concevoir. Mais quand il couvre ce même pied de hachures pour rendre son volume et ses ombres et qu'il ne sait manifestement rien de l'architecture interne d'un pied ou d'une chaussure, là je trouve qu'il cherche à se faire plaisir au détriment d'une honnête démarche artistique vis à vis de son lecteur. J'ai presque envie de dire qu'il persiste dans son erreur. Certes, on peut passer outre, mais le dessin n'en demeure pas moins faux pour autant. Et par conséquent, on peut tout à fait le signaler, pour ouvrir les yeux de quelques lecteurs peut-être moins attentifs à ce genre de choses mais ouverts à d'autres points de vue.
D'ailleurs, si j'ai emprunté Cromwell Stone à Altaïr c'est bien pour en dépasser l'aspect formel et m'intéresser à autre chose.
Mais je vais arrêter là mon radotage.

Daïboken, tes propos n'engagent que toi. ^_^


Marie, 30.09.2004 à 13:55175298
>> Et on sent dans l'excellentissime dernier tome d'Arq (le 7) qu'il prend plaisir à dessiner des personnages à l'anatomie caricaturée, comme si ça le déchargeait de quelque chose qui le rase d'habitude.
C'est évident depuis le début,il le reconnait modestement lui même . De toute façon, comme tout auteur réellement créatif Andreas à une interprétation personnelle de l'esthétisme et c'est évidemment ce qui est intéressant. Que ça plaise ou pas est une autre histoire.

Je suis quand même étonnée que l'on critique un auteur de Bd parce qu'il ne respecte pas les drapés et l'anatomie académiques (?) surtout si son but n'est pas de faire du dessin réaliste .

(Hum, je ne faisais que passer, mais quand on parle d'Andreas je ne peux pas résister ^^ )

daiboken, 30.09.2004 à 13:45175297
>> Bon c'est sûr, quand on a entendu de vive voix le même discours quelques jours auparavant, ça aide ! ^_^

Tant qu'à continuer dans le HS (de toute façon, j'ai rien à dire sur Andreas), en vrai, c'est quand même une crème, hein, ce Cobalt 60... !!! :)))

Cobalt 60, 30.09.2004 à 13:41175295
Bon c'est sûr, quand on a entendu de vive voix le même discours quelques jours auparavant, ça aide !

Vous êtes témoins qu'Altaïr essaie de me faire passer pour un radoteur aux yeux de Daïboken.
Pas de quoi être fier Altaïr.

Altair, 30.09.2004 à 13:03175286
Pour revenir au graphisme d'Andreas, je crois que si en effet pas mal de ses BDs (et de plus en plus) contiennent des "erreurs" (je parlerais plutot de tics) au niveau de l'anatomie des personnages et des drappées, c'est qu'à mon avis le dessin académique intéresse peu Andreas.
D'ailleurs dans ses oeuvres les plus soignées on ne retrouve quasiment plus ces erreurs (je pense notamment au triangle rouge, Coutoo était également un bon exemple). Et on sent dans l'excellentissime dernier tome d'Arq (le 7) qu'il prend plaisir à dessiner des personnages à l'anatomie caricaturée, comme si ça le déchargeait de quelque chose qui le rase d'habitude.


Andreas, on sent qu'il prend son pied en utilisant la géométrie dans ses cadrages et ses découpages, en expérimentant des rendus différent (Hachures ou ligne claire, crayons de couleur ou aquarelle, etc...). Bref, ce qui l'intéresse, c'est plus le rendu esthétique global, l'harmonie de l'ensemble.


Daiboken : tssss tu n'as pas honte de railler mes talents de détective ? ^___^
Bon c'est sûr, quand on a entendu de vive voix le même discours quelques jours auparavant, ça aide ! ^_^

compte supprimé . 30.09.2004 à 12:01175280
Je crois que personne n'a cité Fantalia(magic-Strip), très belle bd muette d'Andreas, pas facile à comprendre(merci Quentin de BDP) et surtout très rare ,totalement sous coté au BDM car hyper recherché par les fan d'Andreas, quelque soit l'état. Existe aussi en portfolio (encore plus rare).

daiboken, 30.09.2004 à 10:35175271
>> Perspicace Altaïr. :o))

Pas très compliqué, tout de même, hein... :)))

Cobalt 60, 30.09.2004 à 10:31175268
Perspicace Altaïr. :o))

Altair, 30.09.2004 à 9:32175261
C'est vrai qu'Andreas a certains "tics" de dessin, mais pour moi amplement compensés par son art du cadrage et de l'utilisation de la géométrie... Question de goût, sans doute ^_^

Cobalt 60 ton discours me rappelle furieusement quelqu'un... je me trompe ? ;o)

MR_Claude, 29.09.2004 à 19:18175186
c'est de coutoo.

Justement, je ne suis pas sur qu'il ait "un" style, rien a voir entre le dessin très maniéré de Cromwell Stone et d'autres que j'ai pu citer.

Cobalt 60, 29.09.2004 à 19:15175183
Une belle image en effet !
Tout se tient, la pers est juste, mais c'est la spécialité d'Andres. Le drapé est correct et l'anatomie également. De quel album cette image est-elle issue ?
En fait, mon message concernait surtout Cromwell Stone qui est d'un tape-à-l'œil achevé au niveau graphique.
J'ajoute que je ne réduis pas Andreas à un style, bien qu'il en ait forcément un comme tout artiste qui se respecte. Je voulais faire une mise au point sur son dessin. En ce qui concerne ses histoires, si je n'y comprends pas grand chose, je veux bien y voir une certaine ambition d'auteur et une indéniable cohésion.
Il me paraissait juste néamoins de signaler ce qui pour moi constitue des défauts rhédibitoires.

Mr_Switch, 29.09.2004 à 19:08175181
>> t'aurais pus mettre "Andreas, yeah, toi" comme titre (entre et assié toi)

Ca fait tres Boody Lapointe (Andréas, c'est toi...)^^

MR_Claude, 29.09.2004 à 17:52175150
ça me paraît un peu hâtif, 1)de réduire le dessin d'andreas a un style 2)de lui faire porter les pires défauts du monde.
Sans avoir l'oeil d'un expert, ses personnages tiennent debout, n'ont pas des bras ou des cous démesurés, etc... De plus il est pour moi autant caricaturiste que réaliste, d'où les traits carrés à l'extrème et autres...



je ne vois pas là de véritable erreur de dessin, de hachures surnuméraires, de cache-misère, etc... certes le cadrage est là pour impressioner (mais c'est le but pour une illu pleine page, non?) mais c'est aussi très lisible.

rien à voir avec le dessin d'un rork, ou de la fin de Mil, ou de l'histoire courte "l'ours" parue dans pavillon rouge (peut-être dans le futur Dérives #2)...

Cobalt 60, 29.09.2004 à 17:23175149
Perso, j'accroche pas à Andreas essentiellement à cause du dessin. Pour moi, ce type dessine comme un pied et utilise tous les artifices possibles pour cacher ses monstrueuses lacunes en anatomie et en drapés.
Il va passer des dizaines d'heures à chercher à embellir par des hachures, dont la minutie égale celle d'un graveur du 19ème siècle, des dessins complètement foireux ou bien à les dissimuler dans des cadrages alambiqués. Pour ma part, je trouve tous ces efforts assez pathétiques : il déploit une énergie considérable à résoudre de faux problèmes.
Il suffirait qu'il se foute devant une glace cinq minutes, qu'il regarde, par exemple, comment est fait un pied en perspective dans une chaussure et il aurait appris quelque chose qui lui servirait pour toute sa carrière. Ça me scie vraiment.
Mais bon, ça marche pour lui apparemment et au bout d'un moment, je suppose qu'il n'est plus possible de revenir en arrière. Andreas me paraît prisonnier de son style.

cubik, 29.09.2004 à 14:37175124
j'ai deja dit bonjour au maitre, et il m'a repondu
donc, ca ne m'impressionne plus >)

Guewan, 29.09.2004 à 12:57175073
ah j'l'savais !
spece de moule périmée, tu peux pas te taire ? =)

frads, 29.09.2004 à 12:54175072
y'a guegue qu'est à 2m d'Andreas là

abelthorne, 29.09.2004 à 10:50175036
Pour t'aider dans ton rapport, tu peux aussi lire la monographie d'Andreas (éditée chez Mosquito).

pko, 29.09.2004 à 9:18175006
>> et là, on a à peu près tout cité. On repasse dans une semaine, et on ramasse les copies, pko :o)

ok ça roule ! Pour le rapport une centaine de pages ça ira ?
(merci pour tous vos commentaires ... maintenant il ne me reste plus qu'a lire ^^)

Thierry, 29.09.2004 à 8:44175005
et j'en profite por rappeler l'addresse de l'excellent site de quentin qui regorge de raretes sur Andreas:
http://quentin.ebbs.net/andreas/

Thierry, 29.09.2004 à 8:43175004
la caverne du souvenir, j'en ai vu a la fanc de bruxelles
le triangle rouge, ca se trouve certainement chez Jaunes a bruxelles itou.

cubik, 28.09.2004 à 22:18174992
tiens, en parlant de la caverne du souvenir, ca se trouve facilement??
parce que ca m'etonnerait qu'a moitie que ce soit la bd que je recherche depuis des annees sans me souvenir de son titre

MR_Claude, 28.09.2004 à 22:14174991
et là, on a à peu près tout cité. On repasse dans une semaine, et on ramasse les copies, pko :o)

lyaze, 28.09.2004 à 22:12174990
Tout à fait d'accord avec ce qui a été dit précédemment, Arq et Rork sont vraiment incontournables pour découvrir Andreas.
Bon, j'ai une faiblesse pour Cyrrus/Mil mais c'est vrai que c'est un peu tordu...
Sinon, pour ceux qui aiment les légendes celtiques, il y a aussi "la caverne du souvenir", c'est pas un des meilleurs, mais c'est plaisant dans son genre.

Weissengel, 28.09.2004 à 21:54174984
Mes avis totalement objectifs sur l'oeuvre du Maïtre:
-Cromwell Stone, Coutoo, Mobilis: Très très bon!

-Arq, Rork, Capricorne: chefs-d'oueuvre

-Le reste: du très bon au bon en passant par le déroutant et l'intéressant.
:o)))))

abelthorne, 28.09.2004 à 21:36174980
Même avis sur Mobilis : très bon.

cubik, 28.09.2004 à 21:28174978
moi mobilis, j'ai bien aime
c'est vraiment bien foutu

Eugène le jip, 28.09.2004 à 21:15174976
Y a aussi Azteques, chez delcourt (épuisé or not ?), un peu confus au niveau scénar mais bon, ça oblige une relecture, voire plus.
Avec Cyrus-Mil, j'ai un peu de mal, j'ai pas tout compris à la première lecture et à la 10ème c'est pas plus clair.

vacom, 28.09.2004 à 20:49174973
Et Mobilis, ça donne quoi? Moi je suis fan d'Andreas depuis que j'ai découvert Arq. J'ai enchainé sur Capricorne et Le cimetierre des cathédrales et Cyrrus-Mil. Pour Mobilis, c'est Durieux au dessin et je trouvais que ca avait de la gueule. Ca vaut le coup?

abelthorne, 28.09.2004 à 20:14174970
[Smiley_Bone] Euh pour Rork ce n'est pas exactement comme décrit plus pas que ça s'est passé entre l'éditeur et l'auteur. Le Lombard lui avait proposé de faire un album-double, et Andreas avait refusé parce que cette pagination ne permettait pas à l'album d'être diffusé partout...

Ah bon ? J'avais lu (interviews, forums...) qu'au contraire Andreas avait prévu de faire deux albums, mais que ça n'avait finalement as été possible (ou que l'éditeur le lui avait proposé puis s'était rétracté), l'obligeant à condenser les deux albums en un seul.

MR_Claude, 28.09.2004 à 19:48174967
oui, enfin, ça veut dire qu'il fallait qu'il termine sur le septième, album double ou pas.

Smiley_Bone, 28.09.2004 à 19:38174966
Euh pour Rork ce n'est pas exactement comme décrit plus pas que ça s'est passé entre l'éditeur et l'auteur. Le Lombard lui avait proposé de faire un album-double, et Andreas avait refusé parce que cette pagination ne permettait pas à l'album d'être diffusé partout...

NDZ, 28.09.2004 à 19:09174959
Ok, merci Claude pour les précisions, je me disais aussi que le dessin était "bizarre" pour du Andreas... mais comme je l'ai lu il y a des lustres, je ne pouvais vérifier (l'ayant emprunté).

MR_Claude, 28.09.2004 à 18:38174950
Hmmm, Styx n'est "que" encré par Andreas, les dessins de base sont de Foerster. Certes son encrage est reconnaissable (notamment quand il se met aux hachures). Mais c'est sympathique, oui, dans l'univers habituel de Foerster.

NDZ, 28.09.2004 à 18:36174948
Sinon, il y a "Styx" en signé chez lombard, one-shot (assez rare pour le remarquer chez Andreas) scénarisé par Foerster. Certes ça ne casse pas trois pattes à un canard, mais j'ai trouvé ça plutôt sympa... surtout au niveau des décors si je me souviens.

J-C, 28.09.2004 à 18:12174935
tout Andreas est bon à lire mais il est vrai que certaines de ses oeuvres sont d'un accès pas évident. ça dépend aussi de l'heure de la journée et de tes dispositions personnelles.

pour l'anecdote, il faut noter qu'il a aussi écrit un scénario d'une BD dessinée par Berthet : "Morte Saison".

At'chao !

pko, 28.09.2004 à 18:01174931
Un truc qui m'a particulièrement plu dans Cromwell Stone c'est sa manière de dessiner des lieux "étranges" pour lesquels on peut ressentir une espèce d'angoisse ou de pression ... et ça juste en une ou deux cases (je pense notamment aux premières cases de la maison, que Cromwell Stone va louer, dans le 1er tome).
Le dessin est vraiment super intéressant de ce point de vue là (pour cette ambiance plus proche du songe/cauchemard que de la réalité).

(c'est juste un avis hein ;p)

MR_Claude, 28.09.2004 à 17:59174930
précision, c'est 7 tomes (et pas 8) pour Rork (le dernier étant effectivement 'baclé' pour cause que le lombard a demandé à Andreas d'en finir et il a un peu précipité la fin).

Tant qu'on y est, vu que moi j'ai commencé par les trucs courts:
-Dérives: un recueil de nouvelles, chacune écrite par un scénariste extérieur, pas toutes indispensables, permet de voir une certaine étendue de la palette graphique d'andreas. Un deuxième est toujours en préparation.

-Révélations posthumes. Suite de nouvelles, écrites par Rivière, toutes en rapport avec un écrivain célèbre.

-Le triangle rouge, comme dit Altair, plutôt casse-tête.

-Cyrrus-Mil: casse-tête là aussi, mais du genre à donner une interprétation différente à chaque lecture (moi "on" (une grande connaisseuse du bonhomme :o) ) m'a fait commencer par ça. ça fait un peu mal, mais on n'en meurt pas, j'ai même cherché à continuer :o) ).

-Raffington Event: là aussi personnage apparaissant dans Rork. C'est une suite de petites enquêtes fantastiques.

-Et donc, Coutoo... bah, j'ai une chronique dessus :o)

abelthorne, 28.09.2004 à 17:57174928
Pour le moment, il n'y a pas énormément de "mystères inexpliqués" dans Arq (du moins, pas avec suffisamment d'indices pour faire avancer le schmilblick). C'est essentiellement Rork qui est étudié sous toutes les coutures sur BDP.

pko, 28.09.2004 à 17:53174925
Merci à vous 2 :)
Ca me conforte dans mon idée pour Arq !

Concernant les forums BdP j'y jetterais surement un coup d'oeil ... mais après arq alors ;)

Pages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6

retour forum

bordure
coin bordure coin