| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Annexes de Bulledair
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par herbv


par Coacho
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Gallimard

complétez cette fiche
Mes quatorze ans
ScénarioMikaélian Lucie | Boëzec Jeanne
DessinChetteau Lisa
CouleursChetteau Lisa
Année2023
EditeurGallimard
SérieOne-shot !
Bullenote [détail]

 

1 avis

rohagus
A trente ans, Lucie Mikaelian a retrouvé le journal intime de ses quatorze ans où elle parlait très ouvertement de sexe, de ses envies et de tout ce qu'elle ressentait dans sa vie autour de ça, de ses amies et des garçons. Elle a alors utilisé ce message issu de son passé pour analyser la manière dont s'est construit sa propre sexualité d'adulte, et elle l'a tout d'abord présenté sous la forme d'une podcast avant de s'associer avec Jeanne Boëzec et Lisa Chetteau pour l'adapter en bande dessinée. Elle y livre du coup les paroles directes et crues de celle qu'elle était adolescente, avec ici et là quelques petites réflexions de la femme qu'elle est devenue.

Je l'avoue sans honte : j'ai lu cette BD comme un voyeur. Ma motivation : découvrir le quotidien intime d'une adolescente et sa découverte de son corps et de la sexualité, et la comparer à mes propres expériences. Car forcément, à cet âge là, un adolescent garçon ne voit que son côté des choses et le pendant féminin est un pur mystère. Que n'aurais-je pas donné à cette époque pour pouvoir lire un journal intime aussi direct sur le sujet que celui-là ?

Sur la forme, c'est un mélange, plutôt bien fait, des paroles a priori directement issues du journal intime et d'une mise en scène plus globale de la vie de l'héroïne telle que l'autrice s'en souvient. Le dessin est simple, facile à lire et il se permet une mise en page libre et variée qui fonctionne bien. Ça se lit comme un roman graphique fluide, le récit de toute une année scolaire, celle de troisième pour l'héroïne.
Et c'est d'ailleurs ce qui m'a surpris ici. Je vais faire mon vieux réac mais en troisième, j'étais hyper loin d'avoir les préoccupations de l'héroïne : à l'époque, je n'avais même pas encore embrassé de fille et la chose m'attirait tout en me faisant peur. Elle, au contraire, sort déjà avec des garçons et surtout veut vraiment passer à l'acte... et le fera au final de manière très assidue... Certes on dit que les filles sont plus matures que les garçons, mais les garçons avec qui elle fait ça sont eux aussi en troisième ou seconde. Du coup, cela donne à mes yeux un étonnant mélange entre des préoccupations et des actes que j'attribuerais plus à une vieille lycéenne, et des réactions et comportements sociaux de pré-adolescente, certaines de ses amies n'ayant même pas encore leurs règles.
De sexe, on en parlera souvent mais on n'en verra aucune scène autre que les moments d'après sous les draps : désolé pour les voyeurs frustrés sur ce plan-là. Mais on en apprendra beaucoup sur les envies et obsessions de l'héroïne et probablement de nombre de filles comme elles. Et on ressentira ce rappel qu'à l'adolescence ce besoin de passage à l'acte est autant une poussée hormonale qu'une pression sociale : il faut l'avoir fait pour être intégré et devenir une vraie femme ou un vrai homme. Trop la honte si tu n'es jamais sorti avec personne ! Trop la honte si tu es encore vierge !
Tout cela est présenté avec sincérité et une certaine légèreté. On reconnait les travers de l'adolescence, les idées préconçues, l'immaturité et les changements brutaux d'avis et de passions. Rien n'y est sombre même si tout n'est pas toujours rose pour l'héroïne. Et on en ressort instruit sur sa propre adolescence et son rapport à la sexualité à l'époque.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin