créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Annexes de Bulledair
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par herbv


par herbv
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Cornélius

complétez cette fiche
Ice Haven
ScénarioClowes Daniel
DessinClowes Daniel
Année2006
EditeurCornélius
CollectionSolange
SérieOne-shot !
Bullenote [détail]

 

2 avis

pessoa
Une intrigue policière : dans une bourgade américaine, un enfant disparaît. Meurtre, enlèvement, accident ? Peu importe finalement car ceci n’est qu’un prétexte, pour Clowes, à dépeindre quelques membres de cette « communauté ».

C’est assez classique, finalement, ces portraits de groupe de petites villes américaines où on a l’impression que tout le monde se morfond dans un ennui tout juste troublé, de temps à autres, par un tragique fait divers. On pense à Short cuts de feu Altman ou à Ghost World du même Daniel Clowes. C’est même tellement classique qu’on a l’impression de connaître ces communautés mieux que les villages de chez nous…

Mais les américains savent faire du « classique » à la perfection. Ice Haven est absolument maîtrisé et terriblement prenant. On s’identifie à pratiquement tous les personnages, hommes, femmes, enfants, adultes.
Le dessin est froid mais ça ne fait qu’augmenter la force du texte et le suspense (qui n’est pas seulement lié à l’intrigue policière). Clowes s’est ajouté une contrainte en guise d’exercice de style : la ligne graphique change d’un chapitre à l’autre selon le personnage présenté, le tout formant une parodie de magazine de comics. Hommage d’un néoclassique aux auteurs classiques ? Peut-être. L’épilogue de l’aventure nous est donné par un critique de bandes dessinées. Ca a peut-être un sens, ou bien n’est-ce qu’une manifestation d’humour à froid ?

A vous de voir, à vous de lire.
Coacho
Encore un album qualifié de majeur qui me laisse perplexe...
Une fois encore, le travail des maquettistes est irréprochable, le format est beau, le papier de qualité, mais le travail de traduction a été quant à lui moins à la hauteur…
Après les nombreuses coquilles lues dans NonNonBâ, en voilà encore dans Ice Haven.
Le « mais on le gamin a réapparu » case 2 de « David Goldberg est vivant » me gène car Cornélius, qui se veut être une sorte de figure de proue de l’édition indépendante, reproche tout un tas de choses à certains auteurs ou autres éditeurs, mais il faudrait être soi-même irréprochable pour pouvoir juger des autres.
Sinon, pour le fond de l’histoire, basée sur des faits réels, j’avoue que le cynisme et la froideur de la restitution des sentiments m’a laissé, oserai-je le dire, de glace !
Décidément peu convaincu par ce genre de forme, je me rends compte ne pas être la cible privilégiée de Daniel Clowes.
Récits courts (parus à l’origine en revue) qui ont une construction que j’ai du mal à assimiler pour profiter pleinement du rendu, certaines pages sont toutefois très bonnes.
Mais l’ensemble m’a paru globalement ennuyeux et je suis donc sûrement une fois de plus passé à côté du sujet… Mais tout de même… « Majeur » quoi ! Dommage pour moi…
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin