crer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Annexes de Bulledair
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par Cellophane


par oslonovitch
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Dupuis

compl�tez cette fiche
Le Château des Ruisseaux
Sc�narioBernière Vincent
DessinPoincelet Frédéric
Ann�e2012
EditeurDupuis
CollectionAire Libre
S�rieOne-shot !
Bullenote [d�tail]

Une histoire d'amour et d'addiction, entre documentaire et fiction
Inspirée de faits réels, cette histoire à huis clos se déroule au Château des ruisseaux, un centre de traitement des addictions situé près de Soissons, dans l'Aisne.

Jean et Marie, deux jeunes toxicomanes, participent en même temps à la cure. Ici, on ne prend aucun médicament ; le groupe de parole, l'abstinence, le travail sur les émotions et l'entraide sont les principes actifs d'une guérison possible. On ne consomme pas ''juste pour aujourd'hui'', on cherche à changer ses comportements, à confronter ses émotions par l'intermédiaire du groupe. Pendant deux mois, tout ce qui représente une fuite est interdit : livre, musique, relations amoureuses. C'est là qu'apparaît le premier problème : Jean tombe amoureux de Marie, qui a d'autres soucis en tête. L'arrivée d'un troisième larron, qui va entraîner une partie du groupe dans sa chute, envenime une situation par définition fragile, où chacun a plus à perdre qu'il ne le croit.


 

1 avis

rohagus
« Le Château des Ruisseaux », c'est le nom d'un centre de thérapie de groupe contre la toxicomanie. Les accros s'y retrouvent, souvent obligés par décision de Justice, pour tenter de se libérer de leur dépendance par l'abstinence totale et la discussion ouverte avec les autres. Même les médecins et thérapeutes y sont d'anciens drogués, à même de comprendre les douleurs et difficultés des autres toxicos.

Le récit est présenté par le biais de Jean, ne se souvenant pas avoir été clean depuis l'âge de 16 ans et ayant souvent touché le fond, l'alcool et la drogue l'ayant mené de nombreuses fois aux pires bassesses, au vol et à l’hôpital. Il va passer quelques semaines au château, très circonspect au départ puis rapidement intégré au groupe et désireux de s'en sortir malgré les faibles chances que cela représente pour lui comme pour les autres.
Le résumé de l'album parle aussi d'une histoire d'amour. Celle-ci n’apparaît qu'en filigrane, elle n'est en définitive qu'envisagée sans se mettre en place, mais permet de donner plus d'humanité et de vie à un récit qui, autrement, aurait pu passer pour un austère documentaire témoignage.

Mon seul regret vient du graphisme que je n'ai pas aimé. J'avais déjà eu beaucoup de mal avec le seul autre album dessiné par Frédéric Poincelet que j'avais lu, Mon bel amour. Je trouve son style réaliste assez laid. Proche du croquis, très focalisé sur les personnages au détriment des décors, il présente pourtant à mes yeux des anatomies ratées et des visages moches et déformés. J'ai, en outre, régulièrement confondu des personnages aux visages assez proches et, paradoxalement, de toute façon changeants. Du coup, je me suis bien plus focalisé sur le texte que sur le dessin.

Ce fut tout de même une bien intéressante lecture. Malgré quelques petits passages confus au niveau de la narration graphique, elle coule de manière très fluide, apportant son lot appréciable d'informations instructives et touchantes. Alors que l'aspect proche du documentaire pouvait faire craindre un certain ennui, je n'ai pas lâché à un seul moment la bande dessinée, pris par un récit simple mais captivant.
Une bande dessinée instructive et humaine.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin