créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Grands Prix
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par Cellophane


par herbv
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Isan Manga

complétez cette fiche
Tome 3
ScénarioOze Akira
DessinOze Akira
Année2016
EditeurIsan Manga
SérieLe disciple de Doraku, tome 3
autres tomes1 | 2 | 3 | 4
Bullenote [détail]

 

1 avis

herbv
Shota est un incapable qui, à 26 ans, se prépare à passer sans conviction le concours d’instituteur. En attendant, il anime depuis un an un atelier théâtre dans l’école maternelle de sa tante. C’est un peu par hasard, et sous l’impulsion de sa directrice de parente, qu’il découvre le rakugo, l’art de raconter des histoires à chute. De plus, il le découvre par le biais d’un de ses maîtres : Doraku. Pensant avoir trouvé sa voie, et totalement inconscient des convenances et des règles passéistes qui règnent dans ce petit monde, il n’a de cesse d’importuner ce dernier jusqu’à ce qu’il soit accepté comme zenza, c’est-à-dire apprenti. C’est alors le début d’un long et pénible apprentissage, surtout pour quelqu’un d’aussi dilettante et peu doué que lui. Pourtant, à force de courage et de détermination malgré ses nombreuses erreurs et limites, Shota, sous le nom de Doraichi, réussit petit à petit à passer tous les obstacles. Son rêve de devenir maître est encore lointain mais ne semble plus impossible à atteindre, surtout depuis qu’il a su trouver une aide imprévue et imprévisible.

Le Disciple de Doraku est un manga d’Akira Oze, toujours en cours au Japon dans la revue Big Comic Original des éditions Shôgakukan et qui comptait 14 tomes en janvier 2016. En France, Isan Manga l’édite en volume double, il s’agit donc ici des volumes 5 et 6. Le mangaka, dont c’est la première œuvre traduite dans nos contrées, n’est pas un débutant. Il est né en 1947 et a débuté dans le métier comme assistant d’Ishinomori après avoir terminé le lycée. Il a connu une première carrière durant les années 1970, marquée par un travail d’adaptateur de séries télés sous forme de bande dessinée pour des magazines TV sous un autre pseudonyme (Megumu Matsumoto). C’est à partir de 1979 et du titre Match Point (un court shôjo manga, le seul qu'il ait fait) qu’il devient un auteur complet sous le nom d’Akira Oze. Depuis plus de vingt ans, il s’est spécialisé dans le seinen, dans les magazines de prépublication Morning de Kodansha et Big Comic Original, donc. Natsuko no Sake (1988-1991, Kodansha), une série sur la fabrication du saké, est son plus grand succès et a été adapté en drama en 1994.

La première chose qui frappe en ouvrant le premier tome, c’est le dessin « old school », très inspiré par celui pratiqué dans les années 1980, c’est-à-dire assez rond, surtout au niveau des nez. Si, de ce fait, les visages ne sont pas réalistes, il n’en est pas de même des décors, qu’ils soient intérieurs ou extérieurs, urbains ou naturels, actuels ou passés. Ils sont plutôt photo-réalistes avec un gros travail sur les trames, même si ces dernières restent assez simples. La narration, elle aussi, est simple, ce qui est assez habituels avec les seinen, notamment ceux issus du Big Comic Original. La seconde caractéristique qui marque, et qui peut même irriter le lecteur, surtout s’il est occidental et individualiste, est la soumission à un maître qui aura toujours raison, même quand il est dans l'erreur. Cela fait penser à la religion, notamment aux sectes, ou à la politique. Cet aspect du manga culmine dans le tome précédent. Dans ce troisième opus, l’auteur semble partir dans une autre direction, avec peut-être une petite remise en cause du conservatisme qui règne en souverain dans le rakugo. Nous verrons comment cela va évoluer...
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin