| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Le Jukebox des Tops
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par Cellophane


par rohagus
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Terrenoire

complétez cette fiche
Ducon
ScénarioBertoyas Jean-Michel
DessinBertoyas Jean-Michel
CouleursNoir et Blanc
Année2005
EditeurTerrenoire
SérieOne-shot !
Bullenote [détail]

TerreNoire réédite une des premières bd de JM Bertoyas racontant le parcours d'un jeune garçon (appelé « ducon » par son père alcoolique) qui essaye de se faire un peu moins chier dans la vie...

On le voit se faire balourder par sa copine La Face « Putain… quand je pense que j'ai couché avec ce mec ! », être pote à la vie à la mort avec un dissident sac de jute trasheur. ..

Un gros bordel graphique comme d'habitude avec Bertoyas, où cette fois-ci les dessins à la Pim Pam Poum sont bouffés par des rebords de cases pirates et autres ellipses graphiques qui parasitent la lecture autant qu'elles lui donnent de l'épaisseur.

 

1 avis

L M
JM Bertoyas, grand spécialiste de la BD pas normale, livre ici son livre le plus construit – il faut préciser que tout son travail apparaît comme une grande entreprise de déconstruction des codes ; ce « ducon » est un de ses premiers livres (il auto-publie la plupart), ce qui explique peut-être son très relatif « classicisme » (!!!). Ici, il arrive à rendre très réelle l’histoire de ce petit gars nerveux dont on ne distingue jamais vraiment les formes du visage, sujet à toutes les tuiles possibles par excès d’enthousiasme ou d’inexpérience : un vrai récit d’apprentissage, en somme…
On est cependant sans arrêt sur le fil du lisible et de l’abstraction formelle (feuilleter le livre n’en dit pas grand-chose ou rien du tout). Un peu partout des traits de rebords de cases virtuelles ou saoules ; les personnages comme leurs textes ont des coulures ou des pointillés (sortes d’embranchements électriques) sur le visage ; les traits d’avant plan, d’arrière plan, de bulles, de rebords de case, sont enchevêtrés comme dans une dimension inconnue ; les situations s’enchaînent selon des desseins impénétrables (ce n’est pourtant rien en comparaison de « comix » plus récents, qui enchaînent quasiment de case en case les situations et la manière de le faire ahurissantes – Princesse, paru chez les Requins Marteaux, est déjà plus déglingué, mais on peut supposer que ce travail de déconstruction va s’amplifier jusqu’à, peut-être, une magnifique abstraction qu’on supposerait incompréhensible mais pourtant irrésistiblement drôle).
Du coup, il y a là une fraîcheur totale, une fascination comparable à certaines lectures d’enfance inintelligibles ; pour beaucoup dû à l’absence quasi-totale de référence - les emprunts à la « petite Lulu » ou autres, carrément décalqués, sont quand même largement « transcendés » et il n’en reste vraiment pas grand-chose qui pourrait nous faire savoir sur quel terrain on est.
L’humour à priori débile est contrecarré par la difficulté qu’il peut y avoir à le lire, la simplicité bonne enfant des personnages est balancée par de pleines pages de citations de Karl Marx, l’amusement n’y sacrifie pas à l’édulcoration (beau et rare rendu des sujets « prolétariat », « alcoolisme » et « enfance pourrie », entre autres) ; trop bizarre, trop « artistique » pour être « populaire », mais sans doute trop rural ou gros sabot pour plaire à un milieu artistique habitué à plus de classe. Loin de se vautrer devant la télé, les personnages de Bertoyas semblent être conscients que leurs quelques libertés peuvent servir à autre chose, et tentent d’en profiter au maximum. Très réjouissant, y compris pour les gros blasés : chapeau.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

album

dition
spciale
bordure
coin bordure coin