| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Le Jukebox des Tops
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par rohagus


par Mael
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Glénat

complétez cette fiche
L'Epouvantail Pointeur
ScénarioOmond Eric
DessinBeuzelin Boris
Année2002
EditeurGlénat
CollectionCarrément BD
SérieOne-shot !
Bullenote [détail]

Dans un état totalitaire où l'on veut contrôler les faits et gestes de chacun, il n'est pas toujours facile de justifier la surabondante présence policière. C'est pour cela qu'on a fait appel à un épouvantail public, sorte de Jack l'éventreur de carnaval chargé de faire « BOUH » à la populace. Flanqué de son fidèle complice canin, il course les badauds, disperse en gesticulant les attroupements suspects. La joie d'un travail bien fait. Mais l'épouvantail reçoit une terrible nouvelle. Ses employeurs lui font savoir qu'ils ont trouvé plus effrayant que lui et que par conséquent ils se voient dans l'obligation de le licencier. Que peut faire l'artiste consciencieux face à la mécanique industrielle ?

 

1 avis

everland
Vous connaissez les belles histoires de Pomme d’Api ? Ce sont des petits albums pour enfants qui paraissent en kiosque, tous les mois depuis de nombreuses années, avec un général un petit scénario bien sympathique, parfois tendre ou amusant et des illustrations souvent très réussies. Le genre d’album que l’on referme avec le sourire quand, par hasard, on a l’occasion d’en lire un.

La production d’Omond et notamment « L’épouvantail pointeur » me fait penser aux « belles histoires ». Il faut reconnaître au scénariste le talent de savoir choisir ses dessinateurs : Yoann (Toto, La voleuse du père fauteuil), Alexis Nesme (les gamins) et maintenant Beuzelin… A chaque fois l’univers graphique est très fort, très réussi. Même si pour cet ouvrage, la comparaison que l’on ne peut s’empêcher de faire avec le dessin de Yoann tourne à l’avantage de ce dernier. Peu importe, et surtout pour un premier album, Beuzelin nous offre un dessin remarquable, particulièrement expressif et parfois impressionnant (notamment la folle qui hurle continuellement de terreur).

Le scénario d’Omond est bien sympathique mais n’atteint pas de sommet. Une fois encore on préférera « la voleuse du père fauteuil ». En refermant ce one shot, on a le sentiment d’avoir lu une bien belle histoire, sans grande prétention, et après tout c’est sans doute le principal : Ne cherchons pas plus que ce que l’auteur a voulu mettre. « L’épouvantail Pointeur » nous offre un moment de lecture très agréable que l’on achève, comme pour les albums de Pomme d'Api, avec le sourire.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin