créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Pilote
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par rohagus


par Thierry
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Le Lombard

complétez cette fiche
Ciudalia
ScénarioGenet Frédéric
DessinGenet Frédéric
Année2018
EditeurLe Lombard
SérieGagner la guerre, tome 1
Bullenote [détail]

 

1 avis

rohagus
Jean-Philippe Jaworski est un excellent écrivain français. J'avoue avoir savouré avec délectation sa verve littéraire et l'élégance de son imaginaire dans ses aventures se déroulant dans les Vieux Royaumes. Benvenuto Gesufal est son héros le plus connu, apparu tout d'abord dans la nouvelle « Mauvaise Donne » du recueil Janua Vera, puis dans sa suite, le livre le plus célèbre actuellement de l'auteur, le fameux Gagner la Guerre. Ce sont ces deux histoires, l'une servant de prologue à la seconde, qui sont adaptées en bande dessinée par Frédéric Genêt.

L'action se déroule dans un monde de fantasy médiévale où l'aspect fantastique est très discret, composé de quelques rares sorciers et d'encore plus rares et lointaines espèces non humaines. L'univers de Benvenuto Gesufal, c'est la cité de Ciudalia, une ville rappelant fortement Venise où les intrigues politiques et les meurtres sont monnaie courante. Ce n'est pas un gentil paladin ni un brave héros au cœur pur. C'est un ancien soldat devenu tueur à gages sans scrupules. Et pas de grande quête pour notre héros, pas de monde à sauver... Bien au contraire, c'est avant tout sa peau qu'il doit sauver pour ensuite évoluer dans les sphères dangereuses des manipulations politiques et militaires.

C'est là une belle adaptation. Je suis immédiatement tombé sous le charme de la superbe couverture du premier tome, formidable peinture dont on ne finit pas d'admirer les détails et la lumière. Les planches sont moins soignées sur le plan graphique mais elles sont de bonne facture. Les décors sont toujours beaux, les personnages un peu moins à mon goût mais ils restent réussis. La mise en scène est claire : j'ai été surpris de constater à quel point leur représentation par Frédéric Genêt est proche de l'image mentale que je m'en faisais à la lecture du roman. Est-ce parce Jaworski a si bien décrit ses lieux et protagonistes ou est-ce par que son univers partage un imaginaire commun aux lecteurs, fait de cités italiennes et de spadassins ?

Je l'ai dit plus haut, le scénario des aventures de Benvenuto Gesufal est très bon. Mais sa transposition en BD l'est-elle aussi ? Eh bien oui, ça passe bien. Le découpage est correctement fait, le déroulement de l'intrigue est clair et le rythme est bon. Forcément, même en 64 pages par album, le contenu se doit d'être un peu plus épuré par rapport à la version roman. Il en ressort quelques passages légèrement trop rapides pour que l'ambiance qu'on pouvait sentir à la lecture du livre ressorte pleinement - je pense par exemple à l'arrivée dans la maison du maître assassin ancien protecteur de Benvenuto, ou encore à l'intensité du dialogue final qui va sauver la vie du héros - mais je suis globalement satisfait. Et j'ai surtout hâte de découvrir comment, après ce premier tome racontant la nouvelle « Mauvaise Donne », les 4 ou 5 tomes suivants vont raconter Gagner la Guerre.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin