créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Pilote
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par herbv


par rohagus
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Glénat

complétez cette fiche
Tome 1
ScénarioAgi Tadashi
DessinOkimoto Shu
CouleursNoir et Blanc
Année2008
EditeurGlénat
CollectionSeinen
SérieLes Gouttes de Dieu, tome 1
autres tomes1 | 2 | 3 | 4 | 5 ...
Bullenote [détail]

Lorsque Yutaka Kanzaki, oenologue mondialement connu, décède, le monde du vin est en émoi. En effet, le maître possède l’une des plus extraordinaires caves dont on puisse rêver. Shimizu Kanzaki, le fils du maître, lui, n’est en rien un amateur de vin. Employé de brasserie, il fut même plutôt rebelle à ce père tant obsédé à lui faire découvrir les arômes des vins, qu’il finit par l’en dégoûter. Tout le contraire de son frère, le sombre Issei, fils adoptif du maître, qui a suivi une brillante carrière de sommelier. À qui reviendra la cave de Yutaka Kanzaki ? Le testament du maître est clair : à celui des deux frères qui résoudra 12 énigmes sur 12 vins, et découvrira quel est ce 13e et mystérieux vin, inconnu de tous, et que le maître surnomma « les gouttes de dieu ». Une chasse au trésor en forme d’enquête policière va opposer les deux frères aux caractères et parcours opposés.

 

1 avis

herbv
Superbement présenté au public et à la presse par les éditions Glénat lors du Salon du livre de Paris 2008, Les Gouttes de Dieu est une série publiée dans l’hebdomadaire Morning des éditions Kôdansha. Toujours en cours, ce manga compte pour l’instant quinze volumes et connaît un grand succès en Asie, notamment au Japon et en Corée du Sud. Centrée sur le vin, le récit nous fait plonger dans le monde de l’œnologie mondial de façon ludique.

Shizuku Kanzaki, fils de Yutaka Kanzani, un œnologue mondialement réputé, se retrouve à devoir retrouver les douze grands crus qui le conduiront au meilleur des vins, les Gouttes de Dieu, afin de pouvoir toucher l’important héritage paternel. Malheureusement pour notre jeune héros, juste avant de décéder, son père a adopté un jeune œnologue de génie, Issei Tomine, afin de lui imposer une concurrence féroce dans cette véritable course au trésor. La première étape consiste à réussir à décrire de la meilleure manière un vin lors d’une dégustation en aveugle afin de pouvoir habiter dans la demeure familiale, et, accessoirement, démontrer sa capacité à répondre aux conditions pour hériter. Heureusement pour Shizuku, il est rapidement assisté par Miyabi Shinohara, une jeune, jolie et talentueuse apprentie sommelière.

Sur cette base extravagante, les deux auteurs des Gouttes de Dieu nous plongent dans une aventure rythmée, trépidante parfois lorsque le temps pour réussir à trouver tel ou tel vin est limité ,où l’humour, le didactisme et l’action se mélangent avec bonheur. Si on réussit à faire abstraction de certaines situations plutôt abracadabrantes, une emphase parfois un peu hors de propos et des personnages assez improbables, toutes choses qui se révèlent être nécessaires pour réussir à construire une histoire prenante et donner une certaine vivacité au récit. Il en résulte une lecture des plus plaisantes et on tourne la dernière page avec l’envie de savoir comment Shizuku et Miyabi vont réussir à sortir victorieux de leur confrontation avec le patron de cette dernière. Ainsi, on ne fait pas attention à une narration tout à fait classique et un dessin, très soigné, efficace mais peu vivant, plutôt sans originalité.

S’il est trop tôt pour savoir si Les Gouttes de Dieu connaîtront le même succès en France qu’au Japon, il faut reconnaître que Glénat a réussi mettre ce manga en évidence grâce à une communication particulièrement bien étudiée. Cette série concrétise de façon réussie l’arrivée il y a quelques mois de la nouvelle direction chargée du département manga. Outre une impression réussie, un point noir coutumier chez cet éditeur, et un nouveau papier bien supérieur à celui habituel, sans oublier une belle jaquette mise en valeur par l’utilisation de vernis sélectifs, ce qui est à la mode actuellement, Glénat a su ne pas s’arrêter au contenant et a réalisé un contenu de qualité avec une traduction agréable et une adaptation graphique réussie. On ne peut donc que féliciter l’éditeur pour cette réussite et souhaiter que le niveau de qualité de ce titre devienne la norme pour l’ensemble de sa collection manga, même si cela induit une petite hausse de prix.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin