| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Mes étoiles
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par Cellophane


par herbv
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Casterman

complétez cette fiche
Tome 1
ScénarioSamura Hiroaki
DessinSamura Hiroaki
CouleursNoir et Blanc
Année1995
EditeurCasterman
CollectionSakka
SérieL'habitant de l'infini, tome 1
autres tomes1 | 2 | 3 | 4 | 5 ...
Bullenote [détail]

Manji est immortel : un ver étrange introduit dans son corps guérit toutes ses blessures. Tuer est son destin de samouraï errant. En réparation des cent innocents qu'il a déjà sacrifiés pour se défendre, il s'engage à massacrer mille scélérats.

 

3 avis

coeurdepat
La première chose qui frappe en lisant ce manga, ce sont les dessins. Ils sont en effet vraiment très beaux, et en général assez travaillés. Je parle là des dessins classiques, ceux réalisés à l'aide de trames. Car ce qui est vraiment superbe, ce sont les dessins réalisés au crayon, qui sont ici inhabituellement nombreux... et en toute équité, on ne peut que les admirer...
La deuxième chose qui frappe, c'est... les dessins. Le découpage est en effet fait de telle façon que les scènes d'action sont à mon avis presque illisibles, ce que je déplore.

En ce qui concerne le scénario, tout est résumé dans l'histoire... et ça n'est pas sans rappeller "Togari". En toute franchise, ça m'a ennuyé. Manji est un samouraï, il devrait donc savoir se battre, hors à chaque combat il se fait battre (par la ruse ou le talent supérieur de son adversaire) et ne doit sa victoire qu'au fait d'être immortel. Ah. Eh bien un "héros" comme ça, ou même un anti-héros comme ça, ça ne m'intéresse pas trop...

En plus le coup de Sabato Kouroï qui s'est cousu deux têtes de femmes sur les épaules, eh bien, hum, ça fait un peu fantaisiste.
Alors il paraît que la série est excellente, et c'est peut-être bien le cas. Mais il faudra attendre la suite pour en juger, parce que ce premier tome est pour moi une réelle déception.
Djeb
Je dois dire que ce manga fut pour moi une trés agréable suprise. il fait partie des rares séries que je suis et que j'achète. J'écris mal, ainsi je vais décomposer simplement les raisons qui me poussent à le noter aussi bien.

Pourquoi j'aime ce manga :

- Le dessin. On sort du manga "classique". Ici, pas de "gros yeux", de mimiques, de traits parfaitement cleanés, d'utilisation à outrance des effets de trame. On a droit à quelque chose de vif, de dynamique, de jetté. C'est maîtrisé , composé et c'est laché. J'adore.

- L'ambiance : Tout prend place dans le Japon médiévial juste avant que le Japon ne commence à s'ouvrir sur l'étranger. On voit des scènes de vies, des restaurants, des rues, des fêtes, des costumes. Cela me semble trés crédible et plutot bien retranscrit. Les personnages ont du caractère, c'est un vrai plaisir de les voir évoluer.

- Le scénario : Bien que ce ne soit pas d'une grande originalité (un ronin qui doit expier ses fautes et se libérer de sa malédiction en tuant des bandits), j'aime la tournure que l'histoire prend. On voit un personnage qui ne souhaite qu'une chose : mourrir, s'attacher à une jeune fille et finalement à la vie. Les autres protagonistes ont aussi de belles histoires qui leurs donnent une réelle épaisseur. Le "méchant" (Anotsu) a des raisons de l'être. Les ennemis à part certains ne sont pas fous, ils ont tous une raison de suivre le chemin qu'ils ont choisi. En fait c'est terriblement réaliste, les choses ne sont pas bonnes ou mauvaises en soi, elles sont justifiées et on les accepte ou pas...

Pourquoi on peut ne pas aimer ce manga :

- La lisibilité des actions. Bien que je trouve au contraire les actions trés claires (les combats entre autres), plusieurs personnes dans mon entourage ont repproché à ce manga le manque de lisibilité. La première édition a beaucoup souffert de la traduction, et les planches retournées pour être lues dans le sens "Européen" ne sont pas étrangères à cette critique. Avec la nouvelle édition, Casterman respecte le sens de lecture original.

- C'est trés sanglant. Effectivement, mais cela me semble toujours justifié.

- Le style graphique. Oui, ce n'est pas comme un manga habituel. Ce n'est pas "propre". Tout est dessiné à la plume.

Voila, ce manga me semble être une belle exception qui vaut qu'on s'y arrête. J'espere que cette chronique vous sera utile.
rohagus
Je ne suis pas amateur d'histoires de samourais ou de ronins. A vrai dire, je suis plus habitué à des mangas de samourai comme Kaze No Sho, réalistes et basés sur une référence historique exacte. J'ai donc été surpris de l'aspect fantastique de l'Habitant de l'Infini et de ses régénérations immédiates qu'on voit dès les premières pages. Mais partant de ce principe, ok, Manji est donc un super-samourai immortel qui combat le Mal. Finalement, c'est assez classique comme type de héros.

Le dessin est bon, voire très bon. La plupart des planches et des personnages sont excellents. Seul reproche, le dessinateur privilégie parfois l'esthétique à la compréhension facile de certaines scènes de combat et j'avoue avoir souvent eu du mal à comprendre ce qu'il se passait avant d'en voir le résultat. Le résultat en question consistant le plus souvent à voir tel ou tel personnage découpé en tranches, écartelé, déchiqueté ou autre. C'est du gore sans trop de sang. J'aime très moyennement ça, d'autant que je trouve ça un peu ridicule au niveau de l'histoire de voir les gens découpés en quadrillage ou autres formes de croix de vie.

Concernant l'histoire, les personnages sont relativement bons même s'ils manquent un peu d'originalité et de profondeur. Cependant, je dois dire que je ne suis pas captivé du tout par cette suite de combats, de vengeances, de protections, de règlements de la justice, etc. C'est pas mon genre.
En outre, j'ai lu l'édition des années 1990 de Casterman et je ne sais pas ce qu'il en est dans l'édition Sakka actuelle, mais la mise en page à l'occidental était un vrai massacre : images retournées ou pas, bulles de textes inversés ou à lire en sens inverse de la logique, mauvaises traductions. Catastrophique et d'autant plus dur d'entrer dans l'histoire.

Ceux qui n'apprécient guère les histoires de samourais et de combats au sabre n'auront sans doute pas tellement de raison de tomber en extase avec ce manga.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin