| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Le Jukebox des Tops
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par rohagus


par Herbv
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Toth

complétez cette fiche
Hard Time
ScénarioAzzarello Brian
DessinCorben Richard
EncrageCorben Richard
CouleurSinclair James | Digital Chameleon
Année2002
EditeurToth
SérieHellblazer, tome 1
autres tomes1 | 2 | 3
Bullenote [détail]

1ère partie, Hard Time (Hellblazer #146) [Récit à Suivre - Début]
2ème partie, Hard Time (Hellblazer #147) [Récit à suivre]
3ème partie, Hard Time (Hellblazer #148) [Récit à suivre]
4ème partie, Hard Time (Hellblazer #149) [Récit à suivre]
5ème partie, Hard Time (Hellblazer #150) [Récit à Suivre - Fin]

Autre(s) publication(s):

Hard Time (Hellblazer #146)
dans Tome 1 (Brian Azzarello présente Hellblazer #1)
Hard Time (Hellblazer #147)
dans Tome 1 (Brian Azzarello présente Hellblazer #1)
Hard Time (Hellblazer #148)
dans Tome 1 (Brian Azzarello présente Hellblazer #1)
Hard Time (Hellblazer #149)
dans Tome 1 (Brian Azzarello présente Hellblazer #1)
Hard Time (Hellblazer #150)
dans Tome 1 (Brian Azzarello présente Hellblazer #1)

 

1 avis

Coacho
Ouh la la la la ! Attention, ce livre est glauque !
Ce n’est pas tant la présence de Richard Corben aux crayons qui veut ça. Pourtant, force est de reconnaître que ce spécialiste du dessin trash et gore est bien à sa place dans l’horreur narrée par Brian Azzarello.
Alan Moore dit le plus grand bien de cet album, dans sa conception et sa narration, et bien nous sommes servis !
Nous voilà projetés dans un univers carcéral dur et hyper violent où chacun est à sa place, dans un gang, une fratrie, ou bien est tué, soumis sexuellement, et j’en passe et des meilleures…
Toute l’organisation de cette prison semble bien huilée jusqu’à ce que débarque John Constantine…
C’est étouffant, ignoble, révulsant, et tout autre qualificatif immonde pour décrire ce livre !
Et pourtant, tout est suggéré. Les situations les plus intolérables (y’en a-t-il de plus tolérables ?) sont amenées avec talent par un scénariste déchaîné.
Et je vous assure que l’on tombe très bas, très, très bas !
En même temps, il y a une force dans ce récit qui en fait quelque chose d’inégalable.
Comme une grande folie, une orgie de vice, la violence gratuite se déchaîne, va crescendo pour un final hallucinant qui, je paraphrase Thierry Bellefroid, ne laissera vraiment pas le lecteur indemne.
Quelques fautes d’orthographe et une traduction approximative gâchent un peu le tableau mais les amateurs de sensations fortes qui secouent bien, ne devront pas hésiter un instant !


Pour info :

Les 2 autres tomes de cette série tentent de renouveler l’exercice mais restent malgré tout un ton en dessous. Moins de subtilité pour plus de violence et de carnage, Azzarello continue d’explorer la folie furieuse qui peut prendre un individu mais n’aura jamais atteint ce paroxysme étouffant de « Hard Time ».

Son voyage dans le village natal, où toute la population semble avoir perdu la tête pour survivre, nous permet de découvrir une facette peu glorieuse du cinéma hardcore, tandis que John Constantine remonte à ses origines pour faire le ménage.

Enfin, dans « Good Intentions », le tome 3 de cette série, il y a un huis-clos qui pourrait être étouffant mais là encore, ce n’est pas du niveau de Hard Time.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin