créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Annexes de Bulledair
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par Cellophane


par Wayne
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Tonkam

complétez cette fiche
L'Histoire des 3 Adolf
ScénarioTezuka Osamu
DessinTezuka Osamu
CouleursNoir et Blanc
Année1999
EditeurTonkam
CollectionTsuki Poche
SérieL'Histoire des 3 Adolf, tome 4
autres tomes1 | 2 | 3 | 4
Bullenote [détail]

Sohei Togué a retrouvé Yukié Kaufmann. Le hasard fait bien les choses et ils vont le remercier tout au long des merveilleux moments qu'ils vont passer ensemble. Mais le bonheur est chaotique. Adolf, le fils de Yukié, est renvoyé au Japon pour récupérer les documents qui dorment depuis quelques années au pied d'un arbre centenaire. Malgré l'évidente déraison du Fuhrer, il ne remet aucunement en cause sa raison d'être, et même les esprits des juifs exterminés ne parviennent à le détourner de la voie du nazisme. Il rentre au pays pour réaliser que sa mère est mariée à un Japonais qu'il doit abattre et que son meilleur ami est fiancé à la jeune fille qu'il aime. Et il réagit en Aryen, en membre de la gestapo, insensible, monstrueux... Mais pendant ce temps, l'Allemagne s'écroule, le vent tourne et tous les protagonistes de cette terrible épopée se retrouvent confrontés à des choix cornéliens, et des événements insurmontables. Quelle est la vérité ? Quelles sont les vérités ? En existe-t-il ?

 

3 avis

CoeurDePat
Dernier tome de cette saga, l’histoire racontée est celle de la fin de la guerre, puis des débâcles allemande et japonaise, vue par les yeux des principaux personnages.
Ceux-ci semblent piégés dans leur rôle, ne parvenant plus à en sortir, et inéluctablement conduits par les évènements impitoyables que l’on connaît.
La cruauté montrée dans ce volume est grande : torture, bombardements, blessés… mais aussi idéologique et psychologique. Rarement chez Tezuka des personnages auront été aussi maléfiques. Dans « Le phénix » par exemple, les caractères sont très nuancés, et presque tous ont un côté clair et un côté obscur. Ici, c’est très nettement le côté obscur qui prédomine…
Très touffus, les évènements abondent et s’enchaînent rapidement. Ce tome entier est une longue tragédie, avec quelques petites notes d’espoir qui percent difficilement. Sa fin se prolonge bien au-delà de la fin de la guerre, jusqu’à la mort du dernier des trois Adolf, et Tezuka livre très clairement son message dans la bouche de Soheï Togué :
« J’ai décidé de l’intituler [ce livre] "L’histoire des trois Adolf". Et j’espère que tous les lecteurs le feront lire aussi à leurs enfants… qui le feront lire à leurs enfants aussi… Je voudrais que des milliers et des milliers de personnes puissent le lire. Si je peux contribuer, ne serait-ce qu’un tout petit peu, à faire réfléchir les gens au véritable sens du mot "justice", j’aurai atteint mon but. »
Il fallait être humaniste pour mener à bien un tel récit en évitant les écueils de la facilité, des bons sentiments et du politiquement correct. Tezuka l’était, et il conclut cette histoire avec un talent rarement égalé dans le monde de la bande dessinée.
pikipu
Suite et fin de l'histoire des 3 adolf.

Tezuka nous entraîne dans la noirceur d'âme d'un parfait nazi, et nous fait voir sa méfiance, sa folie et sa peur.

Comme l'on pouvait le deviner dès le premier tome, l'éducation subie en Allemagne aura eu raison du jeune Adolf, dont le meilleur ami était pourtant un juif...

Alors, que cherche à nous dire Tezuka? Que l'éducation détermine la façon de penser et les centres d'intérêts d'un individu? Que personne n'est à l'abri de l'erreur? Que personne n'est tout à fait blanc, ni tout à fait noir.

Sans aucun doute.

Et Tezuka ne peut s'empêcher de créer des parallèles, ne pouvant finir l'histoire de ces 3 Adolf là ou beaucoup l'auraient sans doute arrêtée.

Ainsi, l'excès de zèle de certains militaires Israëliens n'est-il pas à rapprocher d'une certaine façon de celui de certains tortionnaires nazis? La victime ne peut-elle pas elle aussi devenir bourreau? Y-a-t'il une hiérarchie dans l'horreur?

L'histoire des 3 Adolf ne donne aucune réponse, mais titille en nous une certitude enfouie qui donne envie de crier que l'humanité mérite beaucoup mieux que tout cela.
tcharmass
Ce dernier tome est sans conteste le plus réussi, et si l'on pouvait ressentir un certain ennui lors de la lecture du tome 2, celui-ci nous récompense de notre persévérence. A n'en pas douter, "L'histoire des 3 Adolf" est un authentique monument du 9ème art et pourtant la mise en parallèle de ces 3 Adolf (Hitler, Kamil le juif et Kauffman le germano-japonais) avait tout de l'histoire improbable, d'autant plus que la course-poursuite après les documents sur les origines secrètes d'Hitler s'étirant sur plus de 1000 pages, est un peu poussive. Mais Tezuka nous fait surtout le récit d'une période tragique sous l'angle de personnages emblématiques (les Nazis, les juifs, les japonais) en évitant tout manichéisme mais sans occulter l'horreur des évènements et des comportements. C'est d'ailleurs dans cette description crue qu'il associe avec bonheur à un dessin volontiers caricatural voire naïf que cet ouvrage prend toute sa dimension. Les bombardements américains sur le Japon rappellent "Le tombeau des lucioles" par leur aveugle cruauté; les dernières heures d'Hitler dans son bunker pour toutes hypothétiques qu'elles soient sont d'une force inégalée en BD. On termine cette saga pantelant... avec le sentiment de l'avoir vécue. Magistral!!
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin