créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Annexes de Bulledair
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par Cellophane


par herbv
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Dargaud

complétez cette fiche
Je voudrais me suicider, mais j'ai pas le temps
ScénarioTeulé Jean
DessinCestac Florence
Année2009
EditeurDargaud
SérieOne-shot !
Bullenote [détail]

Une épouse et son mari voulaient une jolie petite fille à cajoler, ils ont eu un garçon tout vilain et cassé. L'enfant a grandi, cabossé, pour devenir Charlie Schlingo - improbable auteur de bande dessinée décérébrée, de blagues foireuses et de chansons branques, mort à 49 ans en 2005. Florence Cestac et Jean Teulé, qui l'ont bien connu, ont décidé de réaliser sa bio - le portrait d'un poète déglingué, une vie incroyable entre tragédie et farce énorme, et surtout un époustouflant destin d'homme.

 

2 avis

wayne
C’est l’histoire d’un enfant polio né quelques jours avant la découverte du vaccin, qui s’amuse à marcher sur les mains, porte un nom tordu suite à une erreur d’état-civil et devient dessinateur de BD grâce à Popeye… Et tout est vrai ! En effet, c’est à la biographie de Charlie Schlingo que Cestac s’attaque, semblant s’installer comme narratrice de l’histoire de la BD moderne (elle a déjà réalisé « La véritable histoire de Futuropolis »). Proche de Schlingo, elle met son dessin rondouillard au service d’un hommage posthume, avec la collaboration du dynamique Jean Teulé, autre ami de l’artiste. Le résultat est un ouvrage délicieux oscillant entre poésie, folie, humour et trashitude. Un livre qui est ce que les auteurs pouvaient faire de mieux pour rendre hommage à Charlie Schlingo, humoriste dérangé, alcoolique, suicidaire, poète du quotidien ayant élevé la vulgarité comme un art. Il pisse par le balcon, se jette sous les camions, vomit dans les restaurants… Mais même dans les moments pathétiques, le personnage est rendu sympathique. Après un dernier rire sur sa tombe, tout cela nous donne envie de découvrir l’œuvre de cet auteur atypique et marginal, mort en trébuchant sur sa chienne !
Coacho
Disparu récemment (en 2005), et trop tôt, Charlie Schlingo reste un personnage à part dans la grande histoire de la bande dessinée.
Deux personnages l’ont bien connu : Florence Cestac, par le biais des éditions Futuropolis fondées avec Etienne Robial, et Jean Teulé, auteur chroniqueur décalé. Ils ont voulu lui rendre une sorte d’hommage en guise d’adieux, et ils nous narrent sa vie et de nombreuses anecdotes.
Alors une chose est claire, la souffrance a toujours accompagné la vie du petit Ninduab. Et pourtant, il a toujours su la surmonter pour essayer de valoriser les bons côtés de la vie, de rester positif, avant que ses démons ne le rattrapent…
Je voudrais éviter de rentrer dans les détails pour vous permettre de les découvrir par vous-même à la lecture de l’album. Mais une enfance douloureuse lui a forgé un caractère tout en semant la graine de la tristesse en lui…
Cet album nous raconte donc sa vie, qu’il parcoure avec un besoin permanent de béquille, au propre comme au figuré… et je dois avouer que si le personnage avait probablement des côtés irritants, provocateurs, il nous est présenté sous un jour vraiment intéressant, attendrissant, fou, drôle, prenant, et fascinant !
Vraiment étrange, cette lecture ne vous laisse pas indifférent.
Tour à tour énervant, drôle, ce personnage un peu ours vous provoque, mais pas seulement physiquement ! Il vous interpelle et attire la sympathie, un sentiment un peu étrange de rejet et d’envie de le soutenir, preuve ultime du caractère attachant du bonhomme, et du fait qu’il n’a laissé aucune de ses connaissances indifférentes !
Et Cestac comme Teulé, par le biais de ce livre, montrent tout l’amour qu’ils lui portaient !
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin