créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Annexes de Bulledair
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par Mael


par Coacho
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Tonkam

complétez cette fiche
Tome 1
ScénarioTezuka Osamu
DessinTezuka Osamu
CouleursNoir et Blanc
Année2000
EditeurTonkam
CollectionTsuki Poche
SérieLe Cratère, tome 1
autres tomes1 | 2
Bullenote [détail]

 

2 avis

MR_Claude
"Le cratère" est un recueil de nouvelles, et, comme souvent avec ce type d’album, le résultat est assez inégal. La plupart de ces nouvelles se basent sur un élément "fantastique", qui vient perturber une situation de départ banale, classique, et qui est exploité tour à tour sur un mode tragique ou humoristique, laissant à Tezuka tout loisir de développer les thèmes qui lui sont chers : humanisme, pacifisme…
Le dessin de Tezuka, peut en rebuter certains, c’est évident. Amis allergiques à « Astroboy », passez votre chemin ! Et pourtant… Pourtant il s’agit d’un dessin faussement simpliste, très caricatural, parfois à la manière des vieux strips américains. Certains décors sont en revanche très fouillés, et certaines cases sont traitées d’une manière graphique très différente, jouant sur les textures, les perspectives, le découpage, la mise en page… Tezuka, c’est bien plus que des visages et des corps caricaturalement simplistes. C’en est même parfois assez étonnant de trouver un personnage grotesque, à vocation comique outrancière, au beau milieu d’une scène beaucoup plus sérieuse. Les personnages de Tezuka, ce sont des clichés, des archétypes : le héros a une tête de héros (il a même très régulièrement le même prénom, en plus de la même tête), jeune, brillant ; les méchants sont méchants et cela se voit (certaines "gueules" se retrouvent dans d’autres œuvres comme L’histoire des 3 Adolf), les jeunes filles sont toujours fragiles et pleines d’amour, etc…

Un autre que Tezuka aurait bien du mal à sortir quelque chose d’une telle accumulation de clichés, mais sa grande force est là, justement. Dans les meilleures nouvelles, il fait mouche. C’est plein d’humanisme, mais pas manichéen, pleins de bons sentiments mais pas mièvre, caricatural, mais pas lourd. Tezuka ne trompe pas son lecteur, ses personnages ont un profil psychologique évident, les situations sont claires, on sait où il nous emmène mais on aime ça.
Dans les moins bonnes nouvelles, cela retombe un peu, par manque d’inspiration et par une certaine tendance à la facilité.

Inégal dans l’ensemble, avec donc une note moyenne au final (2.5 aurait été parfait, ce sera 3 parce que j’aime bien Tezuka), un recueil d’où je retiendrais principalement "Double drame", qui ouvre l’album sur une nouvelle à l’atmosphère noire et tragique, "L’homme qui fondait", histoire fantastique dont l’intérêt réside aussi sur la vision que Tezuka a du Japon au sortir de la 2nde guerre mondiale, "Les 3 intrus", récit clairement humoristique et léger ayant pour cadre une invasion extra-terrestre (j’aime beaucoup quand Tezuka se caricature en tant qu’intervenant dans ses propres histoires, c’est comme ça, faut pas chercher… ;o) ), "Le serpent à deux têtes", qui traite du racisme avec suffisamment de tact et de sensibilité pour ne pas sombrer dans la caricature trop évidente.
A lire pour compléter l’œuvre de Tezuka, si l'on a apprécié le reste.
everland
Tezuka est souvent comparé à Hergé pour l'influence qu'il a exercé sur le manga. C'est l'un des premiers auteurs stars de ce médium et encore aujourd'hui l'un des plus traduits en France.

Le cratère est un recueil de nouvelles (en 2 tomes) qui n'ont rien à voir les unes avec les autres mais dont le personnage principal est toujours le même.

Le point de départ est souvent identique : un évènement improbable chamboule l'existence d'un personnage on ne peut plus banal auquel on s'identifie facilement. Les nouvelles sont parfois tragiques (le héros meurt régulièrement), parfois amusantes, souvent gentillement moralisatrices.

Alors évidemment le trait a vieilli et le langage graphique a évolué depuis Tezuka mais j'ai pris beaucoup de plaisir à lire ces deux recueils. C'est inégal et loin d'être indispensable mais ça se lit plus facilement et avec plus de plaisir que bien des "best-sellers" franco-belge de cette époque !
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin