crer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Mes étoiles
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques



par nirvanael
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Casterman

compl�tez cette fiche
Les 4 As et le château maléfique
Sc�narioChaulet Georges
DessinCraenhals François
Ann�e1982
EditeurCasterman
S�rieLes 4 As, tome 20
autres tomes... 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 ...
Bullenote [d�tail]

 

1 avis

Sire Halloween
Bien que ce ne soit pas vraiment dans mes habitudes, soyons honnête : il y a des albums ou des séries qui méritent bien le nom de « daubes ». Ainsi, Georges Chaulet, bien connu pour avoir transcrit, dans les romans de la Bibliothèque Rose, les exploits de cette jeune justicière répondant au nom délicieusement spectral de Fantômette, eût été mieux inspiré en s’abstenant de s’attaquer à la BD. Il est en effet, avec le dessinateur François Craenhals, le père de l’équipe des 4 as, petit groupe de gamins unilatéraux et stéréotypés, vivant des aventures rocambolesques rythmées par des gags qui poussent le lecteur à s’interroger : "J’ai déjà lu pire, mais où ?! Peut-être dans Bec-en-Fer ?!"

Dans cette histoire, le quatuor (Lastic, Dina, Doct et Bouffi, flanqué de leur Oscar de chien) visitent un château hanté. C’est bien ! Du moins, ce serait bien si Chaulet n’accumulait, comme à son habitude, les poncifs poussifs et les réparties teintées de faux second degré. Quant au décor du château maléfique, c’est une petite merveille de kitsch dont on se demande s’il est volontaire ou non… Ah, les fauteuils en forme de fantômes en suaire et le bar-cercueil. Ils ont dû puiser leur inspiration dans le Palais de l’Epouvante d’on ne sait quelle fête foraine.

La finesse psychologique est évidemment au rendez-vous : entre la page 26 et la page 27, Dina la petite gourde (Cette série est très féministe !) passe sans transition ni explication de la couardise à la désinvolture, puis à l’intrépidité ; quant à Bouffi, castel maudit ou pas, il s’empiffre sans arrêt, puisque son cerveau de mammouth adipeux ne lui permet pas de penser à autre chose. Bref, du grand art ringard, mais les amateurs de « nanars cultes» y trouveront néanmoins largement leur compte.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin