créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les albums les mieux notés
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par herbv


par rohagus
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© L'Association

complétez cette fiche
Le voyage
ScénarioBaudoin Edmond
DessinBaudoin Edmond
CouleursNoir et Blanc
Année1996
EditeurL'Association
CollectionCiboulette
SérieOne-shot !
Bullenote [détail]

 

2 avis

MR_Claude
Simon a la tête qui éclate... Elle est à ciel ouvert. Ses petits tracas, son boulot, Paris, tout ça l'encombre, l'oppresse. Et aujourd'hui c'est trop, ça déborde, d'un seul coup, pour rien, un chat... Alors il fuit. Femme, fils, travail, Paris, il laisse tout, et prend le train... au hasard. C'est le début du voyage. Pour connaître la liberté, l'amour, la vie...

Attention, commentaire très personnel. Il s'agit du premier album de Baudoin que je lis, et c'est une "claque". Tout simplement parce que j'ai le sentiment qu'il me parle directement, tout cela résonne en moi de manière assez étrange et troublante. J'aurais presque du mal à la conseiller tellement c'est personnel, parce que je suis incapable de dire si d'autres vont retrouver les mêmes choses que moi... Mais je conseille quand même bien entendu :o)
Difficile de décrire ce type de bandes dessinées. Tout y est traité avec légèreté, avec une apparente simplicité qui impressionne. Le dessin, tout d'abord. Le trait de Baudoin peut sembler, au premier abord, lorsqu'on feuillette simplement, assez "chargé", peu lisible, mais il suffit de s'y plonger pour se rendre compte que la lecture est extrèmement aisée. Tout est fluide, en peu de traits, Baudoin réussit à faire passer toutes les émotions qu'il désire. Certaines cases sont tout simplement magnifiques, et je reste admiratif devant certaines trouvailles graphiques qui contribuent à la magie, à la poésie de l'ensemble.
Le scénario, s'il est "classique" dans le sujet traité (tout plaquer et vivre la petite aventure, au coin de la rue, celle où demain n'existe pas), est fortement original par la manière. Comme pour le dessin, tout est léger, les silences sont nombreux, Baudoin développe ses personnages par petites touches subtiles, en s'appuyant beaucoup sur le dessin, qui en dit déjà beaucoup. C'est un voyage initiatique qu'il nous livre ici, mi-réel, mi-rêvé. Une jolie histoire, de somptueux dessins, beaucoup de poésie, de légèreté, un peu de romantisme, mais sans lourdeur, ni insistance.... tout ça se lit d'une traite, un petit sourire au coin des lèvres, et la tête dans les étoiles de Simon/Pitou au moment de tourner la dernière page....
jmmelo
Simon vit à Paris. Sa femme, son fils, son travail, son chat. Simon en a par-dessus la tête, ça déborde. Mais il ne le voit pas encore.
Un matin, autour du petit déjeuner, Simon et sa famille prépare leurs vacances, mais Simon est ailleurs ; il le sait, qu’il a besoin de vacances ; son chat lui rappelle que sa tête est comme un félin en cage, que son esprit est emmuré dans le quotidien. Simon a besoin d’un voyage, mais pas de ces vacances…
Simon va être en retard au bureau, il embrasse son fils et quitte son domicile, descend l’escalier étroit et blafard de son immeuble, il sort, le gris du ciel de Paris s’engouffre dans sa tête. Le métro ; Les gens ; Le bureau ; Simon craque, il besoin d’air, il n’ira pas travailler aujourd’hui !
Dans les rue de Paris, aujourd’hui Simon voit différemment, il entend les gens, les clochards, les passants, les flâneurs. Tous, par une parole, un geste, le pousse au voyage. Direction gare de Lyon, pour le premier train : Simon fuit le gris et les nuages de sa vie à Paris pour le ciel dégagés du sud de la France. Simon va voir briller ses étoiles, et peut-être même en plein jour!

Edmond Baudoin nous raconte donc l’histoire de Simon, citadin perdu dans sa vie des villes. Simon a besoin de se retrouver, de retrouver ses valeurs, la nature, la solitude, l’amitié simple, l’amour juvénile. Le sud, la mer, la montagne. Chaque étape de son voyage est une étape pour sa quête personnelle.
Pour raconter son histoire Baudoin s’affranchi au maximum du texte, et utilise les possibilités du média bande dessiné pour, dans une même case faire interagir les deux voyages simultanés de Simon : Simon est représenté la tête ouverte, extériorisant pour le lecteur ses pensées ou son état d’esprit, mais cette tête ouverte est aussi la porte d’entrée pour que son environnement le pénètre ou l’avale. L’histoire très statique car intérieure est rendu dynamique, d’une part par le voyage physique de Simon mais surtout par le dessin de Baudoin, auteur préférant rendre le mouvement plutôt que le réalisme d’une scène. On y retrouve aussi quelques traces du cinéma expressionniste allemand, permettant aussi de comprendre la confusion de Simon. Ainsi au fil des pages on est emporté progressivement dans le tourbillon qui secoue Simon. Jusqu’au calme après la tempête. Et nous aussi quand on referme le livre, on se sent mieux. La tête moins pleine.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin