créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les albums les mieux notés
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par rohagus


par washkami
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Dargaud

complétez cette fiche
La Foire aux Immortels
ScénarioBilal Enki
DessinBilal Enki
CouleursBilal Enki
Année1980
EditeurDargaud
SérieLa Trilogie Nikopol, tome 1
autres tomes1 | 2 | 3
Bullenote [détail]

 

1 avis

Thierry
Au vu du peu de nouveautés qui m'attirent ces dernières semaines (derniers mois ?), je continue de replonger dans les arcanes de ma bibliothèque. J'ai cette fois jeté mon dévolu sur la trilogie Nikopol de Bilal, et plus précisément sur son premier volume: La Foire aux Immortels.
Il me semble qu'il s'agit du premier essai de Bilal en solo sur un album complet. Il avait jusqu'alors collaboré avec Christin sur les Légendes d'aujourd'hui et réalisé de nombreux courts récits en solo. Pour son premier grand scénario, Bilal reste fidèle à son inspiration habituelle: de l'anticipation teintée de critique politique. Il tisse une intrigue complexe, composée d'histoires parallèles.
Mais qui sont les Immortels de cette foire ?
Il y a d'abord les Dieux Égyptiens, dont le vaisseau pyramidal plane en vol stationnaire au dessus de Paris. Ils ont un cruel besoin de combustible pour reprendre le voyage. Mais Horus, le plus ambitieux d'entre eux, a décidé de tirer avantage de la situation pour prendre le contrôle de ce panthéon. Attendant son heure, il s'est éclipsé dans les bas-fonds de Paris. Ce Paris de 2023 comprend 2 arrondissements: le premier arrondissement, réservé a la classe dirigeante, est ceinturé par le deuxième arrondissement, infâme cloaque ou la misère ne semble pas connaître de limite. L'installation d'un astroport a de plus amené une faune des plus bigarrée et imprévisible.
Le second Immortel, du moins espère-t-il le devenir, n'est autre que Louis-Ferdinand Choublanc, dictateur fasciste de Paris. Il espère obtenir cette faveur en échange du carburant réclamé par les Dieux. Avide de pouvoir mais bénéficiant déjà d'un pouvoir quasi absolu, il ne peut l'accroître qu'en repoussant la Mort, éternellement ou, à défaut, de quelques siècles. Bilal a pris comme modèle l'Italie fasciste pour décrire son Paris Choublancquiste. Ce dernier reprend d'ailleurs la dialectique Mussolinienne à la virgule près, comme Nikopol le fait remarquer plusieurs fois.
Alcide Nikopol est le dernier Immortel, malheureusement pour lui à son corps défendant. Il a passé les 30 derniers années à l'état de glaçon dans l'espace, sous la garde d'un androïde qui a grillé définitivement un fusible. Suite à l'atterrissage mouvemente de sa capsule, Alcide Nikopol perd un jambe et gagne un passager encombrant: Horus qui désire l'utiliser comme hôte. Aussi longtemps qu'Horus occupera son corps, Nikopol sera immortel.
A leur niveau respectif, Horus et Choublanc se battent pour le pouvoir, dans ce qu'il présente de plus malsain. Mais que recherche Nikopol ? Pas grand chose, à vrai dire. Dès son retour sur Terre, il devient le jouet des événements. Horus le "débranche" littéralement pour arriver à ses fins. De toute façon, se retrouvant 30 ans dans "son" futur, il ne comprend guère ce qui l'entoure.
Pour son coup d'essai, Bilal place la barre très haut. Même si, comme souvent, le dernier 1/3 de son scénario est marqué par une brusque accélération du rythme qui détonne avec la première partie de l'album, il réussit à composer un récit dense qu'il situe dans un univers foncièrement original, dans le prolongement de ses courts récits. L'ensemble a d'ailleurs plutôt bien vieilli, tant graphiquement que narrativement. Le style "Bilal" est déjà bien en place et se démarque déjà de la production classique. Cette "foire aux immortels" mérite indéniablement son titre de classique de la bande dessinée contemporaine.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

album

bordure
coin bordure coin