| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Annexes de Bulledair
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par herbv


par Le Pinguin punk
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Delcourt

complétez cette fiche
Tome 8
ScénarioKanno Aya
DessinKanno Aya
CouleursNoir et Blanc
Année2010
EditeurDelcourt
CollectionMangas
SérieOtomen, tome 8
autres tomes... 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 ...
Bullenote [détail]

 

1 avis

herbv
Alors que son grand-père paternel est malade, Ryô décide contre l’avis de sa famille de déménager à 1500 kilomètres de Tokyo afin de l’aider. Ce changement déstabilise profondément Asuka qui a enfin admis ses sentiments mais aussi Jûta qui risque de perdre son sujet d’inspiration pour sa série à succès, le shôjo Love Tic. Une fois l’inévitable admis, il ne reste plus qu’à organiser une série de journées d’adieux inoubliables. Asuka, Jûta, mais aussi Kitora et Yamato, les autres membres du groupe d’amis qui s’est créé autour de notre otomen préféré vont tous s’y mettre à tour de rôle. Un peu plus tard, alors que le calme est retombé sur l’établissement scolaire, l’ennemi juré d’Asuka, le kendoka Hajime, se prépare à le vaincre au sabre. Cependant, tout cela n’est rien comparé au futur sombre qui attend notre héros.

Après une série de tomes allant du moyen au très moyen, à la limite du médiocre, ce huitième opus redresse la barre de façon spectaculaire. Il faut dire que séparer Asuka de Ryô était peut-être nécessaire pour faire avancer la partie romantique de l’histoire. Aya Kanno, l’auteure, s’en tire plutôt bien et sait nous faire vibrer avec les derniers moments avant la douloureuse séparation. Le chapitre consacré à Hajime est très amusant grâce à une parodie réussie de certains travers du shôjo manga. Malheureusement, l’adaptation française souffre une fois de plus d’une trop grande présence de termes japonais qui ne s’imposent en aucun cas. C’est un défaut typique des mangas Delcourt en général et d’Otomen en particulier, ce qui est toujours aussi agaçant. Mais le lecteur exigeant aura le temps d’oublier son irritation car la sortie des nouveaux volumes va s’espacer, la version française ayant rattrapé la japonaise.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin