créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les derniers ajouts
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par Cellophane


par Gillix
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Fluide Glacial / Audie

complétez cette fiche
La nouvelle virilité
ScénarioSattouf Riad
DessinSattouf Riad
Année2006
EditeurFluide Glacial / Audie
SériePascal Brutal, tome 1
autres tomes1 | 2 | 3 | 4 | 5
Bullenote [détail]

La France, le futur proche... Dans une société ultra-libérale dirigée par Alain Madelin, un homme particulièrement viril porte une gourmette en argent au poignet et une paire de baskets Torsion 1992 aux pieds. Cet homme, pour qui survivre est un loisir, et faire ce qu'il veut un passe-temps, a choisi la route enflammée de la liberté individuelle.
Cet homme, c'est Pascal Brutal.

Autre publication:

La fin de Pascal Brutal dans Ferraille Illustré 25 (Ferraille #25)

 

1 avis

NDZ
Je sais reconnaître quand j'ai tort. Riad Sattouf est parfois drôle. Et pas seulement quand il atomise la rondelle du fiston Delerm à coups de tabouret Casto dans Jérémie 3.

Et cette fois, "Y'a tout c'qui faut" et je pense avoir trouvé ce qui n'allait pas (pour moi) dans Jérémie. C'est que c'est une tambouille périlleuse que de faire du socio, du tendre, du qui touche et qui frappe. Du rigolo et du pamphlet. Et puis vint Pascal Brutal. Un type qui était déjà né dans Jérémie, par intermittences, par fulgurances. Et quand Sattouf ne fait pas dans la finesse de la chronique des jeunes adultes qui se cherchent - mais plutôt dans celle qui se dézingue les neurones à coups de disquettes 3"½ qui partent en fumées - hé bien il fait dans l'anticipation parodique, outrancière et sociale. Et du coup, ça marche.

Le postulat de base est hilarant, et source de tout le reste - il est d'ailleurs rappelé dans les superbes modulations du générique : l'ultralibéralisme sauvage * est plus que triomphant sous le règne d'Alain Madelin. Et comme ça, Sattouf rénove la figure du beauf de Cabu (et de Renaud), il pointe sans mal et avec humour les travers (de porc) de notre société (de porcs), comme l'anticipation originelle: nous "éloigner" chronologiquement du présent pour mieux le dénoncer.

Et Sattouf transcende sa fascination pour la bêtise et la vulgarité, sans y tomber, sans s'y vautrer, sans la complaisance que l'on pouvait parfois sentir dans Jérémie. 100% trash et potache (potrash?), on évite les écueils comme Pascal slalome en moto avec aisance. La sensibilité rarement juste de Jérémie fait place à la sensiblerie moderne de Pascal Brutal, qui chiale devant des photos de chatons kawaii. Tout semble logique dans ce qu'il nous montre des futurs degrés de l'échelle darwinienne de notre évolution, ceux qui partent dans le négatif. Et là, on a de la science prédictive digne de Paco Rabane.

Le culte de l'image transpire à la vue des symboles du bon goût que sont la gourmette et les Addidas Torsion 1992. Le sexisme et l'homophobie de mise ne sont que façade et ça en retourne plus d'un. Le langage, pierre angulaire du commerce et de la communication - les com's - est enfin remis sur un piédestal avec le phrasé populaire transcendé par les sms et avec les traductions omniprésentes des poèmes d'Eminem et consorts, les nouveaux évangiles.

Pour résumer, on est sans cesse dans le mauvais goût mais on a trouvé le cousin de M Ferraille, de Plageman et de Bill Baroud qui dénonce la France, et ça fait du bien. Le SuperDupont du 21ème siècle. A partir dans l'outrance et l'absurde, comme ont pu le faire récemment Winshluss, Larcenet ou Bouzard, on a de la parodie qui nous montre le réel. Avec bonheur et horreur.

Je vais jeter un coup d'oeil à la suite, bien que l'on me mette en garde et que j'ai bien peur que le concept ne tienne pas sur la longueur **. La longueur, dirait Pascal, c'est ma différence. Mon avantage.


* wild, comme le grand ouest, et d'ailleurs, Pascal est "Né pour être sauvage" comme pourrait le chanter Delerm, ce "grand loup des steppes" (selon Dennis H.)

** malheureusement c'est le cas, la suite est bien moins percutante, bien moins drôle
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin