| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Annexes de Bulledair
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par Cellophane


par herbv
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© L'An 2

complétez cette fiche
Liberté
ScénarioLocard Younn
DessinGrouazel Florent
Année2019
EditeurL'An 2
SérieRévolution, tome 1
Bullenote [détail]

 

1 avis

Thierry
Raconter la Révolution Française à hauteur humaine, voilà l'ambition de cette trilogie réalisée à quatre mains par Florent Grouazel et Younn Locard. Les auteurs, passés par la prestigieuse Académie Saint Luc de Bruxelles, décident donc de faire l'impasse sur toute l'imagerie traditionnelle attachée à cette période.

Dans cet épais premier tome qui couvre les mois de mai à octobre 1789, le lecteur ne passera que peu de temps dans les salons de Versailles, à assister à des conversations entre intellectuels. Il ne passera pas 50 pages à assister à l'héroïque prise de la Bastille. Il n'assistera pas à des heures de séances fiévreuses des États Généraux. Dans une interview, les auteurs évoquent d'ailleurs une scène de La vie de Brian, lorsque Jésus délivre à la foule un sermon enflammé et que, passé le troisième rang, l'assemblée ne comprend plus rien. Derrière l'humour de cette scène, les Monty Python illustraient pourtant l'inaudibilité d'un message perdu dans la masse de la foule, dans tout son bruit, ses contradictions, sa complexité. Il n'est pas possible de raconter la Révolution Française comme un enchaînement simple d'événements. Il s'agit au contraire d'un bouillon de culture, d'une multitude d'incidents qui ont causé une déflagration de par leurs concordances. Pour illustrer ce phénomène, Grouazel et Locard ont préféré s'attacher à des anonymes, plutôt qu'aux témoins historiques habituels. Necker, Louis XVI, Robespierre... ne font que passer, souvent à l'abri de leur carrosse.

Le récit s'intéresse plutôt à des personnages banals parmi lesquels se côtoient une gamine des rues, un noble Breton monté à Paris à l'occasion des États Généraux, un journaliste-pamphlétaire qui est prêt à tout pour discréditer ceux qui remettent en cause l'ordre établi... Il y a aussi une volonté très claire de rendre leur place aux femmes, souvent grandes oubliées de l'Histoire, soit ignorées, soit transposées en symbole désincarné. Une scène me semble d'ailleurs être une relecture ironique de l'imagerie de Marianne sur sa barricade. Certains sont partie prenante dans la Révolution. D'autres y sont farouchement opposés. D'autres encore vont progressivement se laisser séduire... Chacun apporte sa sensibilité particulière, permettant de saisir la complexité de l'époque et les enjeux qui s'y rapportent. Cette fresque tente donc, autant que possible de ne pas être partisane, même si on sent que le cœur des auteurs penche plus vers le peuple que vers l'aristocratie, accrochée à ses privilèges. De cette multitude de points de vue se dessine un portrait forcément contradictoire du Paris de 1789.

Il faut d'ailleurs souligner la qualité de la narration de Révolution, qui démontre une belle fluidité pour passer de l'un à l'autre, sans perdre le lecteur. La dimension chorale du récit est parfaitement gérée et le contexte historique est suffisamment clairement exposé sans tomber dans le pensum. S'il y a quelques moments de flottement, l'ensemble reste toujours extrêmement agréable. Par contre, si les scènes de foule sont étonnantes, le traitement des visages est parfois plus faible, ce qui pose parfois quelques problèmes pour identifier quelques personnages. C'est le principal bémol à adresser à cet album.

Plus qu'une simple évocation historique, Révolution s'interroge sur la manière dont les gens se sont approprié les événements. Comment ils ont dû apprivoiser les promesses et les déceptions de cette période. Comment ils en sont venus à choisir un camp, à subir ou agir. Ce questionnement demeure universel et trouve encore écho de nos jours.

Fauve d'Or surprise à Angoulême cette année, on comprend mieux à la lecture ce qui a séduit le jury. Derrière un aspect assez classique, Révolution étonne par sa maîtrise et son ambition narrative. Sans cette distinction, je n'aurais sans doute pas lu cet album... C'est un achat impulsif chez un marchand de journaux en plein confinement. Il en avait plusieurs exemplaires. Surpris de le trouver là, j'ai sauté le pas. Bien m'en a pris.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin