créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Bulles d'Or
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par rohagus


par Cellophane
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Les Humanoïdes Associés

complétez cette fiche
Racines Electriques
ScénarioMorvan Jean-David
DessinNesmo
Année2005
EditeurLes Humanoïdes Associés
SérieRonces, tome 1
autres tomes1 | 2 | 3
Bullenote [détail]

Dans un monde retro futuriste, un homme à l’apparence étrange débarque dans une megalopole.
Physique imposant, look inquiétant, démarche maladroite. Cet homme vient de quitter son village pour la première fois et son premier contact avec la ville est un choc.
Comme il ne s’exprime pas, la raison de son voyage reste un mystère. Seule certitude : tous ceux qu’il a rencontrés depuis qu’il est en ville sont morts dans d’atroces souffrances juste après l’avoir croisé, massacrés dans des circonstances inexpliquées.

Le commissaire Édouard Mornières, 39 ans, conjugue sa vie professionnelle avec des problèmes personnels pour le moins indigents (son fils le déteste, sa femme le méprise).
Être serviable qui fait tout pour les autres, il préfère se taire que de faire des vagues. Cette attitude invisible alliée à d’indéniables qualités d’enquêteur lui ont valu de monter en grade régulièrement dans la police. Dans son travail, il ne laisse rien passer.

Toutes les pistes mènent vers cet étranger que tout désigne comme un coupable idéal…

 

1 avis

Coacho
Et voilà encore un album signé JD Morvan !
Et oui, « Encore ! » diront les détracteurs de cet intéressant et prolifique scénariste.
Et JPP dirait « Camembert les tracteurs ! » parce que cet album ne faillit pas à la règle Morvan qui consiste à créer un univers riche, incroyable, improbable, et à mettre un soupçon de grand classique derrière et réussir à nous accrocher à chaque fois !
D’abord, la prise de risques et donc la rencontre avec Nesmo sur BDParadisio.
Ayant élu domicile sur ce site formidable, je ne pouvais qu’être satisfait qu’un jeune auteur puisse être repéré sur celui-ci. Mais il fallait assurer par la suite…
Ma première impression fut liée au visionnage du clip de Thomas Fersen et son « Hyacinthe » dessiné par Sfar… On y retrouve cette ambiance étrangement glauque et sous-terraine qui est celui de l’album « Racines électriques ».
Cet univers, aux forts relents steampunk, nous conduit d’une campagne à une ville froide et glauque du Rhône, qui est peut-être Lyon.
Vous allez me demander pourquoi j’affirme une telle énormité, je vous répondrai juste que l’information se situe en case 5 de la page 32 avec cette immatriculation automobile « 3292 XY 69 ». Ben oui, je ne suis pas medium quand même !
On suit alors une sorte de géant doux et apparemment benêt, sorte de Lenny moderne que Steinbeck aurait volontiers prêté à JD Morvan, qui s’aventure dans cette ville qui le désarçonne. Et, toujours en apparence, ce géant, privé de la lumière et du soleil, sème la mort, sauvagement, sur son passage…
Ce thriller fantastique est vraiment oppressant et haletant et d’une grande richesse visuelle.
Tout d’abord, et comme il devient habituel chez ce scénariste, le découpage est minutieux, précis, et se permet le luxe d’éliminer tout texte superflu, un peu comme une suggestion évidente de l’histoire, une façon de faire très japonaise en fait.
Mais alors que l’on pourrait se croire perdu, on est au contraire bien guidé sur un rail précis, mais tout en sentant bien plus perceptiblement l’étrange et l’irréel qui émane de ce conte moderne.
Opposition entre ombre et lumière ? Entre végétal et métal ? Entre vice et vertu ?
C’est ce que le commissaire Mornières, à l’extrême opposé du héros classique du genre, rongé par une vie intime désastreuse et un manque évident de charisme, devra découvrir dans le sillage d’un être énigmatique et souffrant que notre perception classique jugerait comme schizophrène.
Les cadrages sont étourdissants, et augmentent l’impression claudicante de ce géant paysan, les dessins sont vifs, vitaminés, captivants, et les couleurs idéales pour rendre cette ambiance étouffante. Bref, c’est une vraie réussite graphique pour un premier album.
Encore une histoire riche, fouillée, intrigante, qui donne envie d’en savoir plus, toujours plus… Argh… Il est travaillé, fou, mais fort ce Morvan !
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin