| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Bulles d'Or
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par rohagus


par CoeurDePat
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Delcourt

complétez cette fiche
Tome 5
ScénarioHirata Hiroshi
DessinHirata Hiroshi
CouleursNoir et Blanc
Année2005
EditeurDelcourt
CollectionMangas
SérieSatsuma - L'honneur des samouraïs, tome 5
autres tomes1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6
Bullenote [détail]

 

1 avis

herbv
Dans son avant-dernier volume, Satsuma l’honneur de ses samouraïs continue à explorer les différents aspects du combat entre les Tokugawa et le fief de Satsuma. Si nous continuons à suivre la construction du système de digues, cette fois-ci, c’est plutôt du côté du shogounat que se place l’auteur.

Dans un long chapitre de presque 90 pages, Hiroshi Hirata nous narre l’opposition de Kimura à la corruption généralisée des fonctionnaires chargés comme lui de la supervision des travaux effectués sur le fleuve Kiso. Elle est très révélatrice de l’état de délabrement moral de cette époque et va totalement dans le sens de l'excellente série L’arbre au soleil d’Osamu Tezuka qui dénonce aussi la corruption généralisée dans les différentes sphères du pouvoir.

Le second chapitre va encore plus loin en montrant à quel point les exigences des Tokugawa pouvaient être exorbitantes et déconnectées de toute réalité. Et on voit bien que ces exigences ont fini par se retourner contre eux : ils perdent leur pari de pousser Satsuma à la révolte, les digues ayant été réalisées, ils perdent le contrôle de l’armée levée sur leur ordre par Murogaï, etc. La description des conditions de vies des samouraïs du fief de Hatamoto montre bien qu’il s’agissait d’une société en pleine décomposition car fondée sur des bases révolues.

Le troisième chapitre nous fait brièvement revenir au sein du groupe de Satsuma envoyé sur les chantiers, avant que Chiwija préfère renoncer à son statut de samouraï, ne pouvant plus obéir aux ordres iniques du shogounat. C’est alors que travaillant en tant que simple ouvrier dans un port, il apprendra à quel point les Tokugawa avaient fait tout ce qui est possible pour pousser Satsuma à la révolte et à quel point il était important de gagner cette guerre d’un nouveau genre.

Oubliant totalement les principaux personnages du début de la série, Hiroshi Hirata nous montre à quel point le pouvoir était arrivé à un point de décadence chez de nombreux samouraïs et qu’il ne tenait que grâce à des habitudes d’obéissances profondément ancrées dans les esprits. Mais cela ne pouvait pas continuer longtemps et la défaite annoncée du shogounat contre le fief de Satsuma préfigurait l’instauration de l’ère Meiji où ces derniers allaient prendre leur revanche en étant à la tête de la révolte conduite par les samouraïs des clans du sud-ouest du pays (Satsuma, Chôshu, Hizen, Tosa) contre le pouvoir shogounal.

C’est donc un volume très politique et très riche au niveau du contenu que nous propose le mangaka, ce qui pourrait déplaire aux lecteurs à la recherche de fiers combats de sabre, et désorienter ceux assez peu au fait des problèmes politiques du Japon à cette époque de son histoire. Sans oublier qu’il n’y a toujours aucune unité de lieu, de personnages et de temps dans les trois récits proposés. Mais leur qualité, du fait d’une narration, d’un dessin qui sont toujours aussi formidables fait que ce cinquième volume, très instructif, est extrêmement plaisant à lire et d’un grand intérêt.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin