créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Mes Ă©toiles
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par Rohagus


par ramones
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

ďż˝ Milan

compl�tez cette fiche
Tome 1
Sc�narioKinutani Yu
DessinKinutani Yu
CouleursNoir et Blanc
Ann�e2007
EditeurMilan
CollectionKanko
S�rieShion, tome 1
autres tomes1 | 2
Bullenote [d�tail]

Un périple aventureux et poétique, situé dans un univers fantastique. Dans chaque chapitre, Shion affronte des monstres ou des dieux, voyageant pour accomplir son destin. À la fin du chapitre, il écrit un poème et chante. Son père a passé un pacte avec un démon quand Shion avait 8 ans. Il a échangé son âme contre pouvoir et fortune et a mangé l’oeil de son fils pour attester de son engagement, et s’est ensuite mué en un monstre que Shion doit affronter.

 

1 avis

herbv
Shion est un troubadour surnommé "Le paladin" qui voyage sans but apparent de lieux en lieux à travers un monde médiéval fantastique. Qui est-il ? Que cherche-t-il ? Personne en dehors de mystérieux dieux ne le sait. C’est ainsi qu’en quatre chapitres, autant d’aventures du baladin nous sont narrées, dévoilant petit à petit les enjeux de l’histoire.

La première chose qui frappe l’esprit du lecteur lorsqu’il ouvre ce premier volume de Shion est le graphisme, très différent de ce qu’on a l’habitude de voir dans les mangas. En effet, aucune trame n’est utilisée, les effets de matière et de volume sont rendus par des hachures, comme dans les années 1970. Les codes graphiques de la bande dessinée japonaise ne semblent pas non plus utilisés : pas de mentons pointus, pas de grands yeux, très peu de symboles graphiques habituels au genre. En fait, on ne peut pas s’empêcher de penser à Caza tellement le dessin de Yu Kinutani, le mangaka, semble en être une recopie servile, quoiqu’en moins anguleux. A ce niveau, on ne peut plus parler d'hommage à l’auteur français célèbre dans les années 1970-1980. Si un tel graphisme peu surprendre le lecteur japonais ou le fan occidental de manga des années 2000, et éventuellement charmer si on aime le dessin figé, ceux un peu au fait de la bande dessinée franco-belge n’y verront que repompage sans talent. On a l'impression de lire une bande dessinée des années 1970 du célèbre magazine Metal hurlant : tout dans le graphisme, rien dans le scénario.

La seconde chose qui s’impose ensuite, c’est l’inintérêt total de l’histoire dans laquelle le lecteur est immédiatement plongé, sans clé de lecture. En effet, cela demande un grand travail sur la narration pour que la réussite soit au rendez-vous. Malheureusement, il y a tout d’abord une mauvaise gestion du récit au niveau de la narration graphique, la gestion de l’ellipse n’est absolument pas maîtrisée, ce qui fait qu’on est souvent perdu d’une case ou d’une page à l’autre. Ensuite, les personnages sont totalement artificiels, absolument pas fouillés et ont un comportement qui n’est jamais crédible. Il est possible que l’auteur se soit dit que ça leur donnerait une aura de mystère mais dans ce cas, c’est raté. Enfin, aucune ficelle, aucune facilité scénaristique ne nous sont épargnées afin de sortir le héros, souvent totalement dépassé par les événements, de la situation dans laquelle le mangaka l’a placé. Il en résulte des histoires froides, figées, ne permettant pas d'y rentrer et devenant très rapidement agaçantes devant une telle médiocrité généralisée, à moins que ça soit l’ennui qui attende le lecteur bon public.

La dernière chose que l’on retient, c’est le travail de Kanko, l’éditeur, sur ce titre. La traduction, pompeuse, avec des dialogues parfois ridicules, peu fluides, colle parfaitement avec la narration et l’ambiance, renforçant ainsi le travail graphique déplorable de l’auteur. Est-ce un effet volontaire collant au texte original ? Laissons le bénéfice du doute au mystérieux adaptateur surnommé "Milan" dans les crédits. L’adaptation graphique est réussie même s’il s’agit d’un sous-titrage des onomatopées et non pas d’un remplacement intégral. Le choix des polices pour les récitatifs et les dialogues, le travail sur les onomatopées est tout à fait correct, reprenant le style graphique original. Kana, l’éditeur numéro un en francophonie, devrait prendre exemple sur un tel travail. L’impression est, elle aussi, tout à fait réussie, même si les aplats noirs ne sont pas toujours bien saturés, car un juste équilibre dans l’encrage a été trouvé afin de ne pas gâcher le dessin. Enfin, le papier est agréable, pas trop transparent.

Dommage qu’une belle fabrication soit au service d’une œuvre d’une quasi-totale nullité. Malheureusement, l’auteur confirme qu’il est un médiocre après Leviathan, une série sans intérêt publiée par Asuka, et les japonais ne semblent toujours pas capables de nous proposer une œuvre de fantasy de qualité. Cela semble devoir rester la spécialité des romanciers américains. Espérons quand même que le second et dernier volume relève le niveau mais il est difficile d’être optimiste.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin