créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Annexes de Bulledair
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par herbv


par karine
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© L'Association

complétez cette fiche
Simplismus
ScénarioVanoli Vincent
DessinVanoli Vincent
Année1995
EditeurL'Association
CollectionCiboulette
SérieOne-shot !
Bullenote [détail]

 

1 avis

oslonovitch
La première chose qui frappe à la lecture de ce récit onirique, c'est le dessin de Vanoli, très singulier, vraiment à part dans la production actuelle. Les dégradés de gris attestent d'une réelle maîtrise du noir et du blanc et d'une perspicacité peu commune pour traduire les profondeurs sur des planches parfois minuscules. Le trait de Vanoli m'a rappelé les peintres expressionnistes allemands dans la veine de Ludwig Meidner, au début du XX° siècle. En plus le décor choisi semblable à une ville minière nordiste (grise donc par analogie!) renforce encore cette fibre expressionniste germanique que l'on ressent. Autant dire de suite qu'on aime ou qu'on n'aime pas, perso j'ai trouvé ça très attirant, intrigant car peu commun en BD mais franchement réussi, bref en un mot comme en cent j'ai aimé!

En fait le point faible que j'ai trouvé dans cet album concerne plutôt la fluidité du récit. Le début est vraiment bien rythmé, intéressant, avec l'idée du transfert d'angoisse (par lavage de cerveau des hommes, on retire leur angoisse et on les transfère à des nains) plus que prometteuse. En outre le colonel Whistler qui plante et cultive des pierres dans son jardin, voilà un personnage peu banal qui mérite l'attention. Mais Vanoli se perd un peu par la suite, tout devient très évanescent à l'image d'ailleurs du héros éponyme, le benêt du village: Simplismus. Ses décisions ou absences de décisions se suivent sans une réelle cohérence, qui est en partie due au petit format de cet album, et cette histoire aurait mérité d'être développé sur une dizaine de planches supplémentaires. Il faut également noter la fin très artificielle (en tous les cas artificielle par rapport à la dimension onirique qui accompagne tout l'album) qui casse une part de la magie qu'on ressent à la lecture de cet album.

A côté de ça, quelques scènes sont somptueuses et la découverte de Vanoli reste pour moi une agréable surprise.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin