créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Vote pour Le Grand Prix de Bulledair
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par rohagus


par Eugene le jip
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Dupuis

complétez cette fiche
Les géants pétrifiés
ScénarioVehlmann Fabien
DessinYoann
CouleursDelf
Année2006
EditeurDupuis
SérieUne aventure de Spirou et Fantasio par..., tome 1
autres tomes1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 1hs ...
Bullenote [détail]

Spirou et Fantasio accompagnent Martin, un archéologue aussi passionné qu'hystérique, dans ses recherches en méditerranée. Grâce au sous-marin prêté par le comte de Champignac, ils découvrent une statue gigantesque provenant d'un navire naufragé et qui semble appartenir à une civilisation totalement inconnue à ce jour !

De retour à Champignac, nos amis voient débarquer d'un hélico le célèbre Bill Callaway, richissime archéologue aux méthodes très contestées dans la profession. Tandis que Spirou va rester fidèle à Martin, violemment opposé à toute collaboration avec Callaway, Fantasio va se laisser séduire par le milliardaire, sa jolie assistante et ses moyens colossaux.

Aidés par Thian, une jeune universitaire indonésienne spécialiste en la matière, Spirou et Martin vont remonter la piste de l'artefact jusqu'en Nouvelle-Zélande. Là-bas, ils découvrent que la statue aurait été taillée pour rejoindre Rae Kauwheke, une cité engloutie gardée, selon la légende, par des monstres géants : les " Taniwhas " qui, excités par les fouilles brutales de Callaway, les Taniwhas vont sortir des profondeurs pour se venger des humains !

 

5 avis

rohagus
Depuis le temps qu'on parle de ces one-shots hors-série de Spirou et Fantasio réalisés par des auteurs vraiment prometteurs, j'étais impatient de les découvrir. A vrai dire, je n'étais pas sûr que le premier de ces albums à paraitre me plairait vraiment car le scénario me paraissait assez bateau. Mais au final, le résultat est vraiment excellent.

Pour commencer, la maquette de ces BDs est très bonne. Ce sont de grosses BDs de 62 pages, bien solides, de très belle qualité physique et joliment présentées. Cela fait de beaux objets qui valent leur prix de 13€.

Venons-en maintenant aux Géants Pétrifiés, ce premier album paru pour le moment.
Le dessin de Yoann est bon. Ca m'a surpris en premier aperçu de voir Spirou avoir un visage proche de celui des personnages des clips de Gorillaz, mais ça lui va très bien et le rend d'autant plus expressif en cours de lecture. Le trait de Yoann manque parfois un petit peu de clarté mais au final, je trouve cette BD très bien dessinée et très agréable à lire. Il est d'ailleurs amusant de reconnaitre en Spip la forme de l'écureuil de Toto l'ornithorynque (et le personnage de Spip est franchement tordant sur certaines scènes).
Le scénario ensuite est, comme je le craignais à lire le résumé, relativement simple et plutôt prévisible. Son déroulement est correct quoiqu'assez naïf par moment et sa fin est un peu exagérée et pas réaliste du tout. Mais l'important, c'est l'excellente façon dont l'histoire est racontée, les dialogues, les personnages et leurs comportements. Les personnages sont vraiment variés et forts : le "clan" des Tolkien-Maoris, la belle et intelligente Tian, Martin le prof hystérique, etc... Ils sont tellement bien réussis que ce n'est pas rare que Spirou lui-même passe vraiment au second plan.
En outre, non seulement l'aventure de cet album est sympa mais elle est surtout vraiment marrante ! Car cette BD ne manque pas d'humour du tout : elle est même parfois hilarante, comme un très bon album humoristique. C'est très agréable de suivre avec un tel sourire et en riant aussi souvent les aventures de Spirou et Fantasio à la fois proches des héros qu'on connait si bien mais aussi assez différents, plus réalistes et plus drôles à la fois.
Le ton est résolument moderne (Spirou qui se fait mettre la main aux fesses et ouvertement draguer par une jolie Indonésienne, ça surprend un peu) et très bien rendu.

Bref, j'ai adoré ma lecture, je suis très heureux de mon achat et j'attends avec une impatience renouvelée la parution des albums à suivre.
Indy
Tout d'abord il faut souligner l'édition de qualité de Dupuis pour ce hors série, de 58 pages-et oui- ( je ne parle pas de spin-off, terme mal approprié pour cet album), un grand format qui , volontairement, dénote de la série originelle de nos deux héros.
J'ai été littéralement ravi de retrouver mes personnages fétiches au long de cette aventure : un comte de Champignac qui ne m'a jamais paru aussi représentatif de la noblesse que dans cet album, un Fantasio fort réussi graphiquement et qui reste très fier de lui voire arrogant, un Zorglub normal presque sympathique, seul le dessin de Yoann pour Spirou, himself, m'a au début rebuté. Je le trouve en effet assez raté, n'étant pas du tout familier de l'univers de ce dessinateur.
Cependant, lecture faisant, j'ai apprécié les clins d'oeil à Franquin avec le fameux sous-marin du "repère de la murène" mais surtout, j'ai adoré l'évolution des personnages à travers le scénario de Vehlmann notamment ,les rapports inédits ,entretenus tout au long de l'histoire par nos deux principaux protagonistes avec la gente féminine qui me paraissent assez, voire très réussis : imaginer un Fantasio, quasiment Gentleman farmer, succomber quasi vénalement au sexe faible est une excellente idée....et je ne parle pas de Spirou, passif ( voir la main aux fesses administrée par sa compagne indonésienne) face au charme féminin.

Une initiative excellente des éditions Dupuis, initiative renouvelée et attendue pour les deux prochains volumes signés respectivement de Tarrin et Yann, puis de Franck Le Gall.
alban
Ca ressemble à du Spirou, ça a le goût du Spirou, mais ce n’est pas vraiment du Spirou.
J’ai eu un avis mitigé pendant la lecture de ce nouvel opus. Les dialogues, avec un style actuel, m’ont dérangé et empêché de rentrer vraiment dans cette histoire.
Je n’ai pas été convaincu par le scénario qui me semble un peu tiré par les cheveux surtout à la fin et il a trop le goût de déjà vu pour que je l’apprécie.
Je suis un brin déçu mais bon ça se lit vite et facilement.
Coacho
Depuis l’arrivée de Morvan et Munuera aux commandes de la série mère, Spirou a repris du poil de la bête et, sous l’impulsion de la direction éditoriale de Dupuis, Spirou se voit offrir d’improbables one-shots de la part d’auteurs divers comme Tarrin & Yann, Frank Le Gall et, ceux d’aujourd’hui, Yoann & Vehlmann.
Tout d’abord, l’album. Il est en grand format, le cinémascope de l’aventure en BD.
Il est volumineux puisqu’il comporte 62 pages. Les cases sont larges, aérées, les planches ont l’air pleines de vie. Les 2 auteurs sont de vrais amis et leur collaboration fusionnelle se ressent durant la lecture, assez rapide il faut avouer, de cette première aventure « à part » du groom.
Oui, mais qu’est-ce qu’elle raconte cette histoire ?
Et bien il y est vaguement question de scientifiques Indiana Jonesiens qui découvrent une statue gigantesque qui semble provenir d’une antique civilisation. Voilà.
C’est un peu court mais pourtant, ils arrivent à nous faire galoper pendant les 62 pages de l’album pour nous emmener vers un Jurassic Park que l’on appréciera plutôt modérément.
Qu’est-ce qui fonctionne dans ce livre et qu’est-ce qui fonctionne moins bien ?
Je ne suis pas Gardien du Temple de l’esprit, du Mythe, de Spirou. J’ai comme tous les gens de mon âge une grande tendresse pour les Spirou de Franquin, de l’époque du « Repaire de la murène » , dont le sous-marin est utilisé dans ce nouvel épisode, ou de « L’abbaye truquée », mais je ne suis pas figé dans une posture définitive et négative concernant le personnage phare de Dupuis.
On sent d’ailleurs chez les auteurs une grande tendresse pour le groom et l’évolution qu’ils vont apporter aux personnages de la série sera purement affective.
Graphiquement, je n’ai rien à reprocher à Yoann. Son dessin est dynamique, impeccable et aussi aéré que lisible. J’ai particulièrement aimé ce qui ne plaît pas à tout le monde, c’est-à-dire le relooking des personnages, et, in extenso, leur caractérisation plus affirmée.
Spirou est plus dans l’air du temps et porte des fringues de son époque, il est bagarreur, rieur, joueur, charmeur même…
Fantasio est devenu une sorte de dandy moins gaffeur et naïf, plus posé et réfléchi, moins net dans son amitié avec Spirou…
Champignac est définitivement l’aristocrate fou et brillant avec ce look noble et, ça fait du bien de le dire, mais on entr’aperçoit un Zorglub peu de fois mais assez pour profiter de l’aura de son charisme de papier…
Spip est moins mis en avant, un peu plus bâclé, dommage…
Pour ce qui est du déroulement de l’aventure, et bien Fabien Vehlmann nous offre un cocktail détonnant qui allie plaisir et action avec ce soupçon d’humour qui permet de passer un agréable moment. Il profite de Martin pour faire passer des rires et des émotions, le transformant en Sganarelle de l’aventure, et il place quelques références cinématographiques dont une très forte pour le Seigneur des Anneaux (je ris encore du « Pour le Gondor et le Rohan » !).
En conclusion, l’aventure est vite lue, pas exceptionnelle, mais le phénomène est ailleurs.
Nous sommes forcément plus critiques mais Yoann et Vehlmann ont eu la difficile tâche d’essuyer les plâtres et d’être les premiers en lice sur le tourniquet casse-gueule de ces reprises sous forme d’aventures uniques. Je suis donc partagé entre plaisir visuel et fond de l’aventure…
Mais essayez le quand même… Moi, j’encourage le tout !
frads
Depuis que Velhmann était pressenti comme étant un potentiel repreneur de "Spirou et Fantasio", avant que le choix ne se porte, finalement, sur Morvan et Munuera, il restait tout de même un sentiment d'attente ou de frustration chez certains lecteurs dont je faisais partie.

Et voilà, tout à coup, le "Spirou et Fantasio" scénarisé par Velhmann apparait en librairie. Histoire de médire un peu, il n'était, à mon avis, pas très difficile de faire mieux que les albums du duo Morvan-Munuera, ce qui pouvait laisser présager beaucoup de bonnes choses de ce nouvel opus inaugurant une série de... hors-séries réalisés par des auteurs différents à chaque fois.

C'est un fait, Velhmann et Yoann ont fait mieux que Morvan et Munuera. Mais, comme dit précédemment, ce n'était pas très difficile.

En effet, si le dessin de Yoann a beaucoup plus de charisme que celui de Munuera, l'histoire, et l'ensemble, sont relativement décevants. On a une aventure basée sur des thèmes on ne peut plus éculés, et le développement très conventionnel (mais néanmoins tout à fait admissible, hein!) de l'histoire n'est pas là pour le bonifier.

Concernant les personnages, les principaux sont plutôt bien campés, mais ils semblent trop respecter un cahier des charges de bonne tenue. Quant aux nouveaux personnages, ils sont tellement bateau que l'on comprend pourquoi le gros de l'histoire se passe au grand large. Du gros homme d'affaire véreux à la troupe de voyous bêtes à manger du foin, en passant par les meufs canons pour aguicher les héros, on se croirait dans un ou l'autre mauvais dessin animé de France 2. C'est probablement cet aspect de l'album qui m'a le plus refroidit.

Ceci dit, il est clair qu'il n'est pas très évident de réinventer une série aussi riche que Spirou et Fantasio en un album. Et puis, après tout, Yoann apporte beaucoup avec son joli dessin, et l'histoire tient tout de même la route.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin