créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les derniers ajouts
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par rohagus


par NDZ
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Dargaud

complétez cette fiche
Britney Forever
ScénarioBourhis Hervé
DessinSpiessert Rudy
Année2004
EditeurDargaud
CollectionPoisson Pilote
SérieLe Stéréo Club, tome 1
autres tomes1 | 2 | 3
Bullenote [détail]

 

3 avis

Gilles
Vous vous souvenez d'Hervé Bourhis et de son prix René Goscinny obtenu en 2002 pour Thomas ou le retour du tabou ? Et bien le voici de retour accompagné cette fois de Rudy Spiessert pour un nouvel album de la collection Poisson Pilote de Dargaud.

Dans Britney forever, on découvre Guy, un fan de bon vin et de jazz qui a un peu de mal à vivre sa cinquantaine. Sa femme le trompe régulièrement et il a du mal à communiquer avec son adolescente de fille. Celle-ci ne jure que par Britney, la princesse de la pop. Mais contre toute attente, Guy se découvre une obession pour cette jeune chanteuse et sa chanson "Love you like a dolphin". S'en suit une histoire dynamique et très drôle que je vous laisse découvrir.

Dans la même veine que des albums comme Corps à corps de Mardon, de Monsieur Jean de Dupuy et Berberian ou Les pauvres aventures de Jérémie de Riad Sattouf, cet album est très frais et se lit comme une menthe à l'eau. Les dessins et les couleurs sont très maîtrisées et on trouve même quelques effets de narration graphique très adroits.

Certains pourront trouver cet album très dans l'air du temps (au niveau des dessins comme du scénario) - et ce n'est peut-être pas faux - mais il serait dommage de bouder le plaisir que nous offrent Bourhis et Spiessert.
herbv
Le petit dernier de la famille "Poisson Pilote" met en scène une galerie de personnages qui ont tous comme point commun d’apprécier, d’une façon ou d’une autre, la musique. Le Stéréo Club est une petite boutique de musique dans laquelle se croisent ces personnages. Dans ce premier album nous découvrons Guy, csp+ comme on dit, quadra, parisien, sale caractère, divorcé qui apprécie le jazz et le bon vin (il s’occupe même d’un cercle d’amateur de jazz et de vin). Un tantinet collectionneur, il est surtout pétri de certitudes, notamment en matière de musique dont il est un spécialiste. Jusqu’au jour où son adolescente de fille lui fait écouter sa chanteuse à la mode préférée, une certaine Britney. Insupportable pour Guy qui est totalement allergique à ce genre de musique mielleuse, évidemment. Evidemment, c’est ce qui devrait se passer… Mais de façon totalement imprévisible, Guy commence à s’intéresser de façon quasi obsessionnelle à cette Britney, allant jusqu’à commettre des actes insensés. Guy perd alors la tête jusqu’au dénouement final…

Sur un ton très humoristique, ce tome nous présente Guy, un personnage de BoBo qui prend conscience de la vacuité de ses passions qui finissent par tourner en rond, victime de la routine et de l'usure du temps. Crise de la cinquantaine aidant, il va remettre en question ses passions en devenant fan extrême de Britney, découverte grâce à la fille de son épouse, une ado de notre époque. Tout en restant légers, les auteurs, par de nombreuses petites moqueries, piques et autres remarques, nous amènent à nous questionner sur les bienfaits ou les méfaits de l'intellectualisation et du contrôle de nos passions, sur l'usure du temps de ces mêmes passions qui amène à brûler un jour ce que l'on a adoré la veille, sur les effets de mode, sur la jalousie qui peut être là où on ne l'attend pas, sur les communautés de fans, sur le retour à un comportement adolescent (c'est à dire plein de vie et d'impulsivité) qui peut arriver à un certain âge... Il s'agit d'une oeuvre plus riche qu'il n'y parait, qui pourra interpeler les moins jeunes d'entre nous et amuser les plus jeunes. Pour ma part, elle m'a parlé à plusieurs niveaux, notamment sur le sujet de l'usure de certaines passions et de la nécessité de se ressourcer pour retrouver une certaine fraîcheur. En plus, les influences de Dupuy et Berberian sont énormes (jusque dans le dessin) mais parfaitement exploitées, ce qui ne pouvait que me plaire.
pikipu
Youpi un nouveau poisson pilote! Difficile de ne pas y faire attention.

Le dessin est très sympa, à mi chemin entre le Dupuy et Berberian de monsieur Jean et le Blain d'Isaac le pirate. Je regarde le contenu furtivement chez Gibert, l'album est d'occasion, je souris à un gag, sans plus, mais j'aime beaucoup le dessin, je suis confiant, il y a 45 pages que je ne connais pas...

Britney for ever aurait pu être une bonne bédé. L'histoire d'un illustre critique de jazz, français dans toute sa splendeur, est d'emblée sympa. Mais un sujet, aussi attrayant soit-il, ne fait pas un bon album, même s'il est servi par un dessin qui s'avère de plus en plus attachant au fil de la lecture. Ce qui est vrai pour le cinéma l'est aussi pour la bande dessinée.

Les personnages sont trop caricaturaux, sans consistance, on n'adhère pas.

Je ne sais pas ce qui me fait croire à chaque fois qu'un poisson pilote est une bédé sûre. A force que la collection s'étoffe, il y a de plus en plus d'albums très bof. Celui-ci en fait partie. Hervé Bourhis est une fois de plus tombé à côté. Thomas ou le retour du tabou m'avait pourtant mis une énorme puce à l'oreille.

Pour moi, ce sera désormais sans Hervé Bourhis.

For ever. Sans tabou.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin