| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Mes étoiles
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par rohagus


par Mallon
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Delcourt

complétez cette fiche
Chrysalide
ScénarioGibelin Christophe
DessinSpringer Benoît
Année1999
EditeurDelcourt
CollectionTerre de Légende
SérieTerres d'ombre, tome 3
autres tomes1 | 2 | 3
Bullenote [détail]

Trois jours après la bataille de Suy tramahl, Miecq se réveille dans un marais, guérit de ses blessures. La sorcière Abishag s'est emparée de son corps qu'elle contrôle la nuit pour rejoindre le sarcophage maléfique enfouit dans une mine promis par son ancien allié Zynski. Elle est en fait manipulée par une force plus puissante, le maître, qui cherche à rétablir son règne sur le monde. Parvenue sur les lieux, elle est absorbée par ce Dieu, permettant sa libération. Son règne sera de courte durée ; un allié inespéré de Zinski le renvoyant dans les abîmes. Lïda retrouve Miecq dans la mine où ils périssent .

 

1 avis

gdie79
Ah quelle misère je m'inflige de critiquer cet album! Il devait brillamment clôturer une série qui me tenait tant à coeur. J'en suis certain maintenant, je l'ai trop attendu. Oui, je lui ai donné trop d'importance à cet album! La sur-excitation que je portais avant sa première lecture a gâché mon plaisir. Je ne m'y ferais plus prendre! Cependant, je ne suis pas seul responsable du mésuccès de ce dernier tome des Terres d'ombre de Springer et Gibelin.

Pourtant, le scénario tenait bien la route. Gibelin n'en était pas à ses débuts et l'histoire de Miecq le voleur et Lidä la grenouille à su me tenir en haleine, du moins jusqu'à la fin du tome 2, splendide, effroyable, et terriblement frustrante.
Mais c'est ce jeune Springer qui m'a boulversé. Son trait, comparable à celui de Lauffray, est minutieux; c'est sûr, Springer travaille dans le détail. Il a une capacité hors norme à dessiner le mouvement. Que cela soit dans les traits de ses personnages ou dans ses scènes d'action, on est pris, littéralement scotchés sur des cases dessinées avec tant de brio. L'anxiété est un fil rouge des Terres d'ombre. Springer a su l'exploiter grâce à des passages où le suspense et l'horreur se mélangent sans concession. Grâce à une façon si directe de mettre les événements en scène, il ne cesse de nous tenir en haleine. Les transformations d'Abishag, cette sorcière dont la méchanceté et la cruauté ont été si bien étudiées, en sont la preuve même. Ah! Quelle représentation magistrale du mal Springer nous fait-il part dans cette série!
Et puis, il y a encore cette voix inconnue qui accompagne Miecq tout au long de son aventure. Narratrice des 2 premiers tomes, elle est mystère et nous colle encore plus dans l'histoire. Elle se dévoile dans "Chrisalydes"... Et c'est la fin des haricots.

Car le problème de ce troisième tome est qu'il ne suit plus le rythme intrépide des deux précédents. C'est en sorte une autre histoire, avec de nouveaux personnages, de nouvelles données donc de nouveaux mystères. Pour le lecteur, c'est le choc! L'action n'est plus là! La magie a disparu! Et c'est le cas de le dire, voir même de le crier! Où sont passées les atmosphères si noires et terrifiantes des véritables Terres d'ombre? "Chrisalydes" n'est en fait pas un mauvais album, mais nous ne sommes plus glâcés d'effroi comme nous aurions dû l'être, ou comme nous avions été conditionné à l'être.
De plus, la fin, quoique merveilleusement mise en scène, semble totalement désaccordée à l'histoire d'origine.

Rien à dire, après mille relectures, toujours dans l'espoir de m'être trompé dans mes décisions, la déception reste et stagne. Dommage... Vraiment dommage!
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

album

intégrale
bordure
coin bordure coin