| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Annexes de Bulledair
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par rohagus


par Fufu
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Soleil

complétez cette fiche
Whistleblowers
ScénarioRoost Adèle | Boudjellal Farid
DessinLeïz Leïla
Année2012
EditeurSoleil
SérieThéophilia Werner, tome 1
Bullenote [détail]

Théophilia Werner, brillante scientifique, met ses talents au service de la Fondation WAS. Cette dernière a pour vocation de venir en aide aux lanceurs d’alertes et autres whistleblowers menacés à la suite de leurs révélations. Depuis l’accident écologique de l’Alcyone A, un cargo affrété par le puissant cartel de KA, Théophilia Werner est rattrapée par le passé de ses parents autrefois membres
d’une organisation terroriste. De l’ex-RDA à Paris, en passant par Puerto-Kanga, de bien curieux effluves s’échappent en effet des poubelles de l’histoire. En mettant son nez dans les déchets toxiques de l’Alcyone A, pour exaucer les dernières volontés du docteur Hawa, Théophilia Werner pourrait bien mettre sa vie en danger. À partir de maintenant si elle veut vivre elle doit être la plus forte, ne compter sur personne et se méfier de tous.

 

1 avis

rohagus
Cette bande dessinée m'est apparue comme un véritable désastre.
Alors, certes, il est possible que la suite redore son blason à mes yeux car ce qui apparaît au départ comme une banale histoire d'action/espionnage à l'américaine pourrait prendre un tournant très différent si l’on se fie à la dernière page de ce premier tome, mais pour le moment, ça ne va pas du tout.

D'abord, il faut bien voir que je n'aime pas les récits d'espionnage. Cela partait donc mal. Si l'on passe outre un cadre scénaristique un peu original à base d'ONG et d'environnement, celui-ci présente presque tous les clichés du genre, frôlant même souvent le ridicule. Il en présente aussi les nombreux défauts comme cette habitude qu'a tout le monde d'aligner et les sous-entendus à demi-mot et les paroles énigmatiques. Sans parler de ces acronymes et autres surnoms spécialisés utilisés de manière récurrente comme si c'était des évidences pour tous les lecteurs, à commencer par ces fameux whistleblowers dont il est question en permanence.

Ca aurait pu passer si l'histoire était divertissante, originale ou au moins bien montée. Mais outre les clichés, c'est surtout l'abondance d'énormes coïncidences et de pénibles facilités qui m'a doucement mais sûrement énervé au fur et à mesure de ma lecture.
J'avais d'ailleurs fait une liste des incohérences et autres bizarreries bancales, tant dans le scénario que parfois aussi dans leur représentation graphique, mais j'estime que cela ne vaut même pas la peine de les citer.
A cela s'ajoute justement un dessin que j'ai trouvé tout sauf agréable, avec quelques gros loupés sur les visages et les scènes d'action et une colorisation informatique qui masque trop souvent l'encrage.

Bref, je n'ai pas aimé cette lecture. Alors peut-être ne s'agissait-il que d'une introduction comme précédemment expliqué, avec dans l'idée que les incohérences et facilités n'y étaient pas bien graves puisque c'est la suite qui aura vraiment son importance. Mais si cette suite est du même acabit, je pense qu'on peut d'ors et déjà l'oublier.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin