créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Mes étoiles
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par herbv


par rohagus
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Le Lézard Noir

complétez cette fiche
Tome 1
ScénarioHigashimura Akiko
DessinHigashimura Akiko
Année2018
EditeurLe Lézard Noir
SérieLe Tigre des Neiges, tome 1
autres tomes1 | 2
Bullenote [détail]

 

1 avis

herbv
Dans le Japon de l’époque Sengoku (XVIe siècle, une période de guerres incessantes entre les provinces), le seigneur Tamekage Nagao a un souci : son fils aîné n’a aucun goût ni pour l’art de la guerre et ni pour les armes, préférant exceller au jeu du petit tambour. La compagnie de sa sœur lui sied davantage que celle des fiers guerriers. Pire, son troisième enfant, un nouveau-né censé être la réincarnation de Bishamonten, le dieu de la guerre, est aussi une fille. Que cela tienne ! Takegame en fera son héritier mâle et l’élèvera dans le but de consolider le pouvoir du fief.

Akiko Higamusha, l’auteure, adopte dans sa série Le Tigne des neiges (toujours en cours au Japon) la théorie qui voudrait que le célèbre chef de guerre Kenshin Uesugi ait été une femme et que ce point ait été occulté dans l’Histoire du Japon. En effet, cette vision est issue de l’ouvrage d’un Japonais par ailleurs connu pour son attitude complotiste. Pourtant, malgré le manque de fiabilité et de rigueur intellectuelle de l’individu, cette hypothèse fait flores dans certains milieux. Notre mangaka semble persuadée qu’elle est crédible ; et il faut reconnaître que certains faits rapportés peuvent être troublants, à condition qu’ils n’aient pas été inventés ou déformés avec le temps.

Il n’est pas nécessaire de prendre position pour apprécier cette série historique (la première de Higamusha, auteure prolifique par ailleurs). En effet, nous retrouvons tout le talent narratif et le graphisme de la créatrice de l’excellent Princess Jellyfish. L’alternance de récitatifs explique avec pédagogie la période Sengoku, rendue complexe par son ancienneté, par la profusion de personnages célèbres qui changeaient régulièrement de noms comme le voulait la tradition de l’époque. Et comme la lecture reste fluide tout du long des deux cents et quelques pages de ce premier tome, il serait dommage de s’en priver.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin