| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Mes étoiles
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par Cellophane


par ingweil
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Vents d'Ouest

complétez cette fiche
Livre 1
ScénarioKokor Alain
DessinKokor Alain
Année2006
EditeurVents d'Ouest
CollectionEquinoxe
SérieLes voyages du docteur Gulliver, tome 1
autres tomes1 | 2 | 3
Bullenote [détail]

On pensait bien connaître Gulliver, dont les voyages ont bercé les rêves d'évasion de nombreuses générations de lecteurs depuis trois siècles. Mais on ne savait encore pas tout, et Kokor nous propose aujourd'hui une relecture du célèbre roman, ou la fantaisie et la beauté rivalisent avec l'humour et l'aventure. Pourquoi le docteur part-il constamment en voyage ? Quelle est son attitude face aux Lilliputiens, aux Petits Boutiens et aux Grands Boutiens ? Et que sait-on de lui. Est-il marié ? A-t-il des enfants ? Est-il un bon médecin ? Et surtout, a-til le pied marin ? Jonathan Swift n'avait pas tout écrit...

 

2 avis

STom
Etant personnelement très intéressé par les albums de Kokor (autant pour les histoires, que pour le dessin à la fois personnel et très maîtrisé), je me suis décidé à l'achat de ce nouvel album, après avoir visionné les premières pages.

Un départ très "classique", où l'on découvre le personnage central : un certain "Docteur Gulliver", apprécié de ses proches et de ses patients, et notamment de sa femme l'attachante Clémence. On découvre aussi d'autres personnages, aux intentions plus sombres et secrètes...

Puis le docteur Gulliver est embarqué sur un navire, comme "remplaçant" d'un autre médecin qui s'est avéré "incompétent" par ses "employeurs". Comme Gulliver est réputé, et quelque peu aventureux, il décide de s'embarquer, mettant de côté temporairement ses projets de vie de couple.

On peut se dire que ca va continuer comme ça, pépère, mais dès la 22ème page ça part dans un nouveau registre et l'histoire s'emballe, avec l'apparition des Liliputiens (je n'en dirais pas plus pour préserver le récit). Mais le ton change complètement, et entre les planches 26 et 37, il y a des passages à se tordre de rire.

Ajoutez à cela un dessin de haute voltige que personnellement j'apprécie beaucoup : le travail sur les hachures est exceptionnel, de même que les contrastes entre noirs et blancs. Les couleurs sont souvent superbes.

Bref une lecture très recommandée, que j'ai préféré au précédent "Commun des Mortels", car on y trouve des moments plus drôles et une narration que j'ai trouvée plus claire. Sans oublier que l'album fait copieusement 64 pages, et que sa présentation est superbe.
rohagus
Sincèrement, c'est en m'attendant à mieux que j'ai acheté cette BD mais ça reste une bonne BD.

Les Voyages du Docteur Gulliver n'est pas une adaptation directe de l'oeuvre de Jonathan Swift, c'est une version enjolivée, parfois différente.
Une version où Gulliver est un docteur marié et amoureux mais où le manque d'argent pousse sa femme à vendre ses cheveux et son mari à prendre la mer comme chirurgien de bord.
Une version où les Lilliputiens sont bien des nains de six pouces de haut mais ils ne passent pas leur temps à faire la guerre comme dans l'oeuvre de Swift; ce sont au contraire les humains qui s'entretuent pour des motifs futiles comme le côté par lequel doivent être commencés les œufs à la coque.
Une version où un parrallèle très net est fait entre les Lilliputiens et les Indiens du Nouveau-Monde, vivant en harmonie et destinés à subir toute la force de l'invasion cruelle des Européens.
Un récit original et bien construit.

Quant au dessin de Kokor, il est fort plaisant tant son trait est souple et maîtrisé. Et même si je n'aime que moyennement son encrage je trouve ses planches très jolies.
Par contre, j'ai eu nettement plus de mal avec sa colorisation que je trouve... dommage. Je trouve en effet dommage que l'auteur ait fait le choix d'une teinte jaune-orange ou alors verdâtre pour presque chaque planche, le genre de colorisation qui donne la même couleur à tous les éléments d'une image sans soucis de réalisme. J'aurais nettement préféré un autre style de colorisation mais c'est sans doute une affaire de goût.

De même, je ne trouve pas le récit toujours très bien structuré. Certains passages disposent d'une narration assez confuse, des ellipses un peu trop grandes pour permettre au lecteur de se faire une bonne idée de ce qu'il s'est passé entretemps, des flash-backs presque oniriques dont je me suis demandé à plusieurs moments quels étaient leurs interêts.

En outre, ce qui s'entame comme un voyage humaniste très sympathique s'enfonce un peu dans la philosophie et la dénonciation un peu facile des noirceurs de l'humanité. Le contraste entre cette noirceur et le personnage parfait et bon de Gulliver me semble un peu artificiel. Je ne me suis en effet que peu attaché au personnage de Gulliver du fait de la "perfection" qu'il affiche, comme un petit saint au-dessus des foules violentes.

Mais ce sont là deux défauts, celui de la narration et celui de la thématique que prend le récit, qui ne m'ont pas empêché de trouver le récit plaisant et prenant. Une belle BD dont j'aurais aimé qu'elle me plaise encore davantage car elle ne manque vraiment pas d'originalité et de réussite dans son introduction. J'en conseille en tout cas la lecture.


PS : Ah si, il y a aussi un autre défaut : au moins 2 très grosses fautes d'orthographes dans les dialogues qui font vraiment tâche dans une édition de cette qualité.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin