crer | pseudo  mot de passe  |  
 
serie
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Mes étoiles
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques



par petitboulet
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Dark Avengers
Dessin : Deodato Mike Jr. / Basaldua Eric / Broussard Michael / Kirkham Tyler / Mitchell Sheldon / Silvestri Marc / Dodson Terry / Ross Luke / Horn Greg / Bachalo Chris / Pham Khoi / Sandoval Rafael / Leon John Paul / Oliver Ben / Fuso Antonio
Sc�nario : Bendis Brian Michael / Fraction Matt / Tieri Frank / Ellis Warren

Albums ind�pendants, en cours


Volume 1 - 2012

Volume 2 - 2013

Volume 3 - 2015

 

1 avis


Rohagus
Ce que je critique avec cette chronique assez négative, c'est un peu ce comics mais surtout son édition au format Marvel Deluxe chez Panini. Car d'une part le comics ne tient pas ses promesses et d'autre part il manque une part essentielle du récit dans ces albums Panini.

Il y a pourtant beaucoup d'idées intéressantes dans le concept des Dark Avengers.
L'action se situe après les épisodes Secret invasion durant lesquels des Skrulls infiltrés parmi les super-héros avaient déstabilisé le monde. Nick Fury et Tony Stark ayant perdu toute crédibilité lors de ces événements, Norman Osborn (ex-Bouffon Vert, ennemi juré de Spider-man) se fera passer par la ruse pour le sauveur de l'humanité et prendra la tête du HAMMER, censé remplacer le SHIELD. Ainsi devenu chef suprême de la sécurité du Monde civilisé (comprenez des USA), il va créer de toute pièce une nouvelle équipe d'Avengers secrètement composée de super-vilains déguisés en héros célèbres mais aussi de deux anciens Avengers abusés par la roublardise d'Osborn. En parallèle, il tentera aussi de créer une nouvelle équipe de X-Men à sa solde mais ce projet tombera rapidement à l'eau. Et tandis qu'il gèrera son équipe de Dark Avengers pour des projets qui l'arrangent bien, comme venir en aide à Fatalis ou éliminer des menaces contre lui-même et ses projets de domination, il va devoir aussi gérer le pouvoir beaucoup trop gigantesque et difficile à maîtriser de Sentry, super-héros schizophrène qu'il a intégré dans son équipe. Comme si le fait de maîtriser sa propre schizophrénie de Bouffon Vert ne lui suffisait pas.

Bref, il y a là les ingrédients de quelque chose de très intéressant.
Mais la réalisation n'est malheureusement pas à la hauteur.
D'abord il y a un graphisme sans saveur, même s'il diffère d'un dessinateur à l'autre, d'un chapitre à l'autre. Le plus souvent, c'est un style formaté ''comics de super-héros des années 2000'' avec son lot de filles sexy aux corps parfaits et interchangeables et de héros aux muscles saillants et aux tenues moulantes.
Il pêche également au niveau de la mise en page, avec un changement aléatoire de façon de lire les double pages, parfois de gauche à droite en sautant d'une planche à la suivante pour lire une bande avant de descendre à la bande du dessous et de recommencer, et parfois de manière classique avec une page à lire en entier avant de passer à la suivante. Les deux méthodes peuvent fonctionner, mais pas en changeant sans arrêt de l'une à l'autre, ce qui oblige le lecteur à tester les deux sens de lecture à chaque nouvelle double page pour savoir comment lire le récit.

Ensuite il y a une narration embrouillée, abusant de flash-back.
De manière récurrente, le récit est structuré sous la forme d'une présentation de la situation « actuelle » entrecoupée de mises en scène de ce qu'il s'est passé 3 jours plus tôt, 3 semaines plus tôt, 3 ans plus tôt, 3 heures plus tôt, et ainsi de suite. C'est une méthode narrative assez pénible à la longue.
Et puis il y a un rythme un peu trop rapide, avec des événements et des actions qui s'enchaînent sans permettre au lecteur de s'en imprégner pour de bon. On sent aussi qu'il manque certains récits parallèles sans doute publiés dans d'autres magazines et on croise beaucoup de personnages externes et de sous-intrigues dont on ne capte que la surface.
C'est un peu un reproche que je ferais à l'ensemble du récit des Dark Avengers : une sorte de superficialité qui fait qu'on reste trop souvent extérieur au récit et que l'ambiance peine à s'installer et les personnages à se rendre attachants.

Enfin il y a le contenu lui-même inséré par Panini Comics dans les deux albums Marvel Deluxe qu'ils ont publiés.
On a certes droit à l'intégrale des 16 épisodes de Dark Avengers et à des épisodes des X-Men en lien avec eux.
On a aussi droit à de petits épisodes de Dark Reign : Made Men, des histoires courtes théoriquement liées à Dark Avengers mais n'ont quasiment aucun lien avec l'intrigue de base et qui n'apportent rien d'autre que de la confusion à mes yeux.
Mais surtout il manque un très gros pavé qui permettrait de comprendre les 4 derniers épisodes des Dark Avengers : ce n'est qu'après coup que j'ai pu lire leur conflit avec Asgard, découvrir avec surprise que les véritables Vengeurs étaient intervenus à un moment donné et avaient tué des membres clés de l'équipe et pourquoi soudainement, d'un chapitre au suivant, les Dark Avengers sont annihilés et Norman Osborn emprisonné. Et toutes ces explications, tous ces moments cruciaux sont totalement absents des albums Panini Marvel Deluxe, ce qui fait qu'on n'y comprend quasiment rien et qu'on ne peut que deviner vaguement ce qu'il s'est passé.
Je n'aime vraiment pas les récits incomplets et, là, il lui manque vraiment un morceau essentiel donc je me sens très frustré et déçu.
bordure
coin bordure coin