créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Grands Prix
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par herbv


par Ben.d
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Batman - Dark Knight
Dessin et scénario : Miller Frank

Batman - Dark Knight, terminé


Volume 1 - 1989

Volume 2 - 1989

Volume 3 - 1989

Volume 4 - 1989
L'Intégrale, terminé


Volume 1 - 1999

 

1 avis


hoody
Certains disent que tous les chefs-d'oeuvres sont des "films de genre" (quel que soit l'art, en fait) parce que les rêgles assurent un appuis à l'envol de la création (hum hum...). Il y'a beaucoup de vrai la dedans.

A la fin des années 80 démarrent 2 chefs-d'oeuvres américains très dissemblables, 2 histoires de superhéros: Watchmen et Dark Knight. Watchmen vous pétrifie par un dessin (trop) parfait et un scénario dont la richesse dépasse tout autre mortel que Moore. DK, c'est l'autre chef-d'oeuvre.

Miller se jette à l'eau avec son seul talent: un coup de crayon, un sens du rythme et une voix-off hypnotique, assisté par l'encrage crade de Janson et les couleurs étranges de Varley. Et il déroule: Batman est vieux et cinglé, comme sa ville, comme son pays, comme la série dont il est le héros, comme l'ensemble du comic. DK est noir, brut et vous saisit, bouffi de rage et de faiblesse, de splendeur et de bêtise, de folie et de génie: d'humanité.

C'est du Miller, du grand Miller, parce que de première fraicheur. Il n'y avait rien de tel avant, il aura bcp d'imitations après (de Miller compris) mais jamais avec la même alchimie: passion de la voix-off, cinématographie et meme "télévisionisme", une oeuvre de la fin du XXème siècle. Miller goûte meme à la saveur étrange du cross-over avec brio, à la critique sociale (beaucoup et surtout) et culturelle. C'est outrageusement réac ou diaboliquement subversif, selon votre cerveau. Ce qui est sur c'est que vous allez vibrer. Vibrer avec des gars en costumes, des vieux codes et indécrotables personnages subtilement réutilisés et sublimés. Du neuf avec de vieux matériaux, en leur redonnant leure noblesse, de l'art quoi!

Il réveille en nous le Dark Knight qui sommeillait depuis toujours, comme la bête en Bruce Wayne. DK vous pousse à vous jeter sur un stylo pour faire pareil, c'est le diamant accessible. A première vue bien-sur.

Et quand vous aurez comme moi refermé l'intégrale, au terme d'une lecture marathon, poussés par la soif de génie sur feuilles jusqu'à une heure bien tardive, vous n'êtes pas prets d'effacer de votre esprit l'ombre de la chauve-souris.
bordure
coin bordure coin