| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
serie
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les derniers ajouts
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par Cellophane


par herbv
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Petrus Barbygère
Dessin : Sfar Joann
Scénario : Dubois Pierre

Petrus Barbygère, terminé


Volume 1 - 1996

Volume 2 - 1997

 

1 avis


Mr_Switch
« Petrus Barbygère », voila un titre qui sent bon le « Sfar » et pourtant il ne fait « que » le dessin cette fois. Ce few-shot qui est maintenant présenté comme one-shot est un ovni : il est à la fois original et assez classique. Le fil conducteur est en effet assez simple : un spécialiste des elfes part sauver le monde des fées et autres chimères des griffes d’un pirate sanglant. L’originalité, c’est toute l'imposante broderie que Dubois fait dessus. L’intrigue est finalement secondaire. C’est l’occasion pour Sfar de transcrire sur le papier un formidable bestiaire de monstres, fées, pirates, fantômes et autres morts-vivants. C’est un alibi pour Dubois pour mélanger un nombre incalculable de références parfois littéraires : De Shakespeare à Cyrano (dont Petrus prend un peu l’aspect) en passant par un Tolkien de rigueur. A ce propos, Sfar réalise l’exploit de dessiner un Gandalf qui soit reconnaissable par tous même sans avoir vu les films. Les références puisent aussi dans la mythologie, on rencontre Le Kraken et Mélusine, le Hollandais volant et Scarlett … l’infâme pirate, un cuisinier breton et une figure de proue divine, des yeux baladeurs et des juments d’ecumes…

Tout cela est lié par une bonne dose de jeux de mots potaches, parfois hilarants, et de situations loufoques. Cependant, l’atmosphère générale est noire, grâce au trait de Sfar d’une part. Le trait est moins net et la mise en couleurs est plus glauque que dans un « Grand Vampire ». D’autre part, Dubois pousse parfois les situations assez loin et il faut aimer la triperie nauséabonde !

Quand arrivent l’évocation à « l’île au trésor » et surtout à l’île du docteur Moreau, on a peur de la référence en trop … mais non … Cela s’intègre bien et donne même une conclusion, un sens à la mission de sauvetage.

Dubois mêle poésie et grivoiserie, Saint-Augustin et Rabelais, le roman picaresque et les légendes celtes. On sent la gouaillerie, on sent le goût des mots.
Cette fantaisie peut devenir rébarbative, c’est vrai. Les passages de « documentaires sur les elfes » peuvent ennuyer certains mais ces mêmes passages amplifient le fait que Petrus soit Elficologue, maître es chimères de tous poils !

« Petrus Barbygère » est donc maintenant vendu en intégrale. Ce format peut paraître indigeste pour certains lecteurs : les uns voudront le dévorer d’un coup, d’autres arriveront à le déguster en plusieurs fois. En effet, il n’y pas de rupture réelle entre les 2 tomes originaux qui constituent un gros pavé dense.

Un album à consulter … presque comme une encyclopédie … article par article ou plutôt ici bouchée par bouchée !
bordure
coin bordure coin