| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
sujet
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Bulles d'Or
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par rohagus


par Coacho
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure MonoChat
10524
e m
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Verdict panoramique de vos dernières lectures...

Bandes Dessinées : auteurs, séries, et toutes ces sortes de choses... ]


retour forum

Pages : | précédent | suivant

wandrille, 25.05.2024 à 10:44378729
Pas mauvais mais franchement chiant. Très très très bavard. Du quasi monologue posé sur des plans large (il n'y a aucun découpage, on est juste dans du gauffrier trois bandes avec juste une case panoramique par bande).
Bref, aucun rythme.

Le dessin n'est pas mal, les couleurs sont belles (enfin la gamme colorée). Tout ça est honnête et, si on est passionné de Wim Wenders et de cinéma, on trouvera peut être son bonheur.

En revanche, si on aime la bd, on passe son chemin et on va plutôt lire le très chouette livre de Caroline Lavergne, talentueuse autrice Quebecoise qui suit un tournage à petit budget dans une ville canadienne du bout du monde.

LE FILM DE SARAH

Une chouette découverte du dernier angoulême.

e m, 14.05.2024 à 22:26378722
Mmmh... Martin Handford le créateur de Charly est anglais. Je suis sûr qu'il a copié Tom-Tom !
Les anglais sont toujours jaloux de la grande classe française :))

C'est trop loin les années 90, je n'ai pas grand souvenir de la mode de cette époque, mais je veux bien croire qu'on pouvait facilement trouver ce genre de pull à rayures.




Mr_Switch, 13.05.2024 à 10:59378720
Coïncidence, évidemment. Charlie est d'ailleurs 10 ans plus jeune que Tom-Tom.
Un pull assez intemporel (il est crédible : on pouvait facilement en avoir un dans les années 1980, 1990 et même après), mais qui ne fait néanmoins pas très 1970. Les autrices étaient en avance sur leur temps...

e m, 12.05.2024 à 12:53378719
Tom-Tom et Nana...
Relu quelques un des premiers tomes.
Ces histoires farfelues, ces personnages marrants et attachants, les bêtises des enfants, et surtout ce dessin avec son côté un peu maladroit qui confère énormément de charme à ces petites histoires.
Série que je lisais autrefois dans J'aime Lire, et que j'adorais. Et longtemps plus tard, je m'aperçois que ça me plaît toujours autant !

5 pull à rayures rouges et blanches

---
Tiens, Où est Charlie et Tom-Tom ont le même pull à rayures. Coïncidence...?

e m, 07.04.2024 à 22:35378698
Modeste et Pompon...
Je découvre cette série créée par Franquin, il y a très longtemps.
Des gags en une planche, jamais hilarants, mais souvent amusants. Le cadre des années 50 (60 ?) confère beaucoup de charme à cet album, je pense que c'est ce qui m'a principalement plu.
Et Pompon est toute mimi avec ses deux pompons.
4 inventions


Les Légendaires #1...
Enfant, ça m'aurait éventuellement plu. Quelques années plus tard, je n'y trouve pas une seule chose qui me plaise. Dessin typé manga mais façon franco-belge, humour qui ne m'amuse pas du tout, histoire qui ne m'intéresse pas... Ce n'est pas foncièrement mauvais, juste sur ça n'est pas pour moi. Je m'arrête à ce premier tome.
1 épée magique


crepp, 02.04.2024 à 17:30378696


Depuis sa sortie cet album me tentait, et c'est après avoir vu le "Oppenheimer" de Nolan que l'envie de le lire est revenue. J'ai profité de cette édition sortie pour Noel pour m'y plonger, et j'ai eu raison.
Pour être franc, le début m'a fait un peu peur sur son coté didactique, mais très vite, les auteurs ont réussi le challenge d'en faire plus qu'un album pédagogique. Quelle excellente idée de faire l'uranium un personnage. Graphiquement c'est efficace dans les personnages comme dans la description de différents sites.
Un gros pavé pas du tout rébarbatif, intéressant. Bref lecture enrichissante

4 explosions

Pierre, 19.03.2024 à 16:51378685
crepp :




Plus classique en tout point que son précédent album, il n'empêche que cette relation père/fils m'a plus convaincu que "les rigoles" scénaristiquement parlant, car niveau dessin, les rigoles étaient vraiment épatant. Et sinon quelle couverture !!
4 étoiles


Merci pour ce retour, j'hésitais à le lire (pas sûr de vouloir l'acheter, l'âge avançant, j'essaie de ne pas trop alourdir ma bibliothèque).

crepp, 19.03.2024 à 13:46378682




Plus classique en tout point que son précédent album, il n'empêche que cette relation père/fils m'a plus convaincu que "les rigoles" scénaristiquement parlant, car niveau dessin, les rigoles étaient vraiment épatant. Et sinon quelle couverture !!
4 étoiles

e m, 04.03.2024 à 23:14378658
Relecture de quelques Spirou & Fantasio.
Un peu dans le désordres, pour comparer les différentes époques et auteurs.

Y a-t-il un sorcier à Champignac...
Un de mes préférés, plus je le relis, plus il me plaît. Paru il y a soixante ans (!) on a un petit aperçu d'une époque totalement révolue, ça se passe à la campagne, et ça donne beaucoup de charme à cet album.
Je n'avais jamais remarqué lors des précédentes lectures, qu'il n'y a aucun répit, tout tout s'enchaîne très rapidement, on ne s'ennuie jamais.
Et le comte qui participe à des épreuves sportives en étant complètement dopé... Ahaha sacré Pacôme !
5 lapins

Spirou et les héritiers...
Pareil que le précédent (même si j'y trouve moins de charme).
Le côté naïf est aussi amusant. Fantasio qui postule pour un poste de pilote automobile et qui est immédiatement engagé (!)
Spirou et Fantasio qui partent à la chasse pour rapporter un animal d'Amérique et le faire enfermer dans un zoo, on pourra trouver ça surprenant aujourd'hui.
À noter la première apparition du méchant cousin Zantafio.

La mauvaise tête...
Le ressort de l'intrigue basé sur le coup du masque à l'effigie de Fantasio est complètement improbable, il y a des facilités (comment le commissaire peut-il arriver à la ville de l'étape delà course en même temps que Spirou ?!) mais on dira que pour l'époque ça passe encore.
Et puis dans cet album il y a l'hilaritante course de vélo. Et rien que pour cette scène ça vaut le coup.
4 vélos

Luna Fatale...
Tome et Janry ont tout compris à Spirou.
Humour, aventure, dessin, couleurs... J'adore leurs albums, qui sont parmi les tout meilleurs. Le gros point faible de leurs albums, c'est la pagination. 46 planches c'est vraiment trop court.

Luna Fatale était mon préféré, mais à la relecture je m'aperçois qu'il est un peu bancal : les Italiens sont-ils amoureux de la chinoise, alors que l'originale c'est la fille de leur chef. Comment est-ce possible qu'aucun ne s'en soit rendu compte ...?
Et toute première scène, pourquoi le mec s'évanouit-il alors que le rideau n'est pas encore baissé....?
4 lunettes

Kodo le tyran...
Je ne suis pas vraiment fan des albums de Fournier. L'humour ne m'amuse pas, et il y a un petit truc dans le dessin qui ne me plaît pas vraiment. Sans trop savoir quoi.
Donc un album sans plus, que je ne relirai probablement pas avant très longtemps.
3 pigeons

Mr_Switch, 20.01.2024 à 21:08378542
En voilà un bouquin étrange. Ce n'est pas bon, hein. Mais, il y a un truc. On a envie d'être magnanime (sans jeu de mot). Pourquoi ? Parce qu'il y a une vraie volonté d'expliquer le foot. L'origine, la pratique, les compétitions, les joueurs célèbres, etc.
Ça y est, je sais : on ne sent pas de cynisme.

lanjingling, 06.01.2024 à 7:45378296
e m :
Delaf aurait écrit ses gags à l'aide d'une IA ?

Je ne sais pas, mais sa méthode de travail est celle d'une IA; séquençage, désossage et classement par thèmes et forme des échantillons, puis réarrangement.

e m, 01.01.2024 à 17:51378174
lanjingling :
Je ne connais personne qui l'ait lu et pas apprécié (à la différence du Gaston de Delaf...)

Je ne connais personne qui l'ait lu, mais moi je vais bientôt le relire ^^
Izneo c'est bien pour découvrir des BD, mais je préfère quand même un vrai livre papier.
(D'autant plus que le lecteur Izneo est toujours aussi peu ergonomique)

lanjingling :
Excellent témoignage des limites actuelles de l'utilisation de l'IA dans la création. (Parce qu'il faut bien reconnaitre que c'est à ça que se résume la méthode de séquençage de l'auteur).

Delaf aurait écrit ses gags à l'aide d'une IA ?

e m, 01.01.2024 à 17:51378173
lanjingling :
Je ne connais personne qui l'ait lu et pas apprécié (à la différence du Gaston de Delaf...)

Je ne connais personne qui l'ait lu, mais moi je vais bientôt le relire ^^
Izneo c'est bien pour découvrir des BD, mais je préfère quand même un vrai livre papier.
(D'autant plus que le lecteur Izneo est toujours aussi peu ergonomique)

lanjingling :
Excellent témoignage des limites actuelles de l'utilisation de l'IA dans la création. (Parce qu'il faut bien reconnaitre que c'est à ça que se résume la méthode de séquençage de l'auteur).

Delaf aurait écrit ses gags à l'aide d'une IA ?

Mael, 01.01.2024 à 12:24378171
lanjingling :
Herbv :
Comme le Gaston de Franqui


Fran qui?


Vincent.

lanjingling, 01.01.2024 à 8:47378170
e m :
je viens de lire, et ensuite m'empresser d'acheter ceci, dans sa fort jolie édition Canal BD :

Furieuse...
Et j'ai adoré !

Je ne connais personne qui l'ait lu et pas apprécié (à la différence du Gaston de Delaf...)

Herbv :
Comme le Gaston de Franqui


Fran qui?

Herbv :
En tout cas, j'approuve ton achat [du Delaf] car seules les ventes feront (un peu) taire les fanatiques de Saint Franquin...


Je ne suis pas sûr que les admirateurs de Franquin soient sensibles à l'argument des ventes massives qui témoigneraient de la qualité d'une œuvre...

Excellent témoignage des limites actuelles de l'utilisation de l'IA dans la création. (Parce qu'il faut bien reconnaitre que c'est à ça que se résume la méthode de séquençage de l'auteur).

Herbv, 31.12.2023 à 16:19378167
e m :
Concernant les gags, je ne les ai pas trouvés très drôles, certains font sourire, mais ce n'est jamais hilarant.

Comme le Gaston de Franqui, donc, qui n'a jamais été rigolo pour moi. Ennuyeux à lire, parfois un peu amusant. Seul le dessin était au dessus de la moyenne :)

En tout cas, j'approuve ton achat car seules les ventes feront (un peu) taire les fanatiques de Saint Franquin...

e m, 31.12.2023 à 16:08378166
Mael :
Fichtre, que cette couv est moche.

Rassure-toi, ce n'est pas la pire... !
Curieuse série où se côtoient superbes et laides couvertures

----

lanjingling :

Vu qu'il s'est déjà vendu à plusieurs centaines de milliers d'exemplaires, tu as gaché ton temps et ton argent, que tu aurais mieux employés à acheter un bouquin ou un auteur peu connu que tu apprécies pour le soutenir.


Ahaha mais c'est que je l'avais acheté dès parution :D
J'espère que Delaf ne lit pas le forum des amis d'en face, parce que se faire dézinguer comme ça, pendant des mois, alors que l'album n'était même pas disponible... Force à lui !

Ça m'aura permis de relire quelques anciens albums, parce que j'avais tout de même envie de comparer. Et ça fonctionne toujours aussi bien !
Avec même des gags qui m'amusent même plus aujourd'hui qu'autrefois.


>> tu aurais mieux employés à acheter un bouquin ou un auteur peu connu que tu apprécies pour le soutenir

Et bien justement, je viens de lire, et ensuite m'empresser d'acheter ceci, dans sa fort jolie édition Canal BD :

Furieuse...
Et j'ai adoré !
Je l'avais plusieurs fois feuilleté en librairie, mais le design du personnage principal me rebutait systématiquement. Je ne comprends pas vraiment que le dessinateur ne lui ai pas fait de nez. D'autant plus que tous les autres personnage en sont dotés. Bizarre...
Mais on s'y habitue en quelques pages, l'histoire faisant qu'on oublie vite ce détail. Histoire rondement menée, par ailleurs, à travers une intéressante relecture de la légende d'Arthur et Merlin. Le dessin est très sympa, certains personnages ont des tronches et design pas possibles (magnifiques Claude et Conte !). L'atmosphère assez glauque et très réussi, et n'empêche pas beaucoup d'humour, assez subtil, mais bien marrant, tout au long de l'album. À cela on ajoute de très jolies planches, et des rebondissements (que je n'avais bien évident pas vu venir)... Et on obtient mon coup de cœur de cette année !

5 épées !

Mael, 31.12.2023 à 12:03378161
e m :
Thorgal #40...
Les auteurs, repreneurs de la serie, inventent une suite au tout premier cycle que constitue les deux premiers albums. Pourquoi pas.
Mais moi je n'aime pas cette idée. À l'époque de ma première lecture ça m'avait intrigué cette histoire de vaisseau spatial, dans qu'on en sache vraiment plus. Ça laissait la place à l'imagination... Et patatra, voilà qu'on vient tout casser en expliquant tout en détail. Pas content !


Fichtre, que cette couv est moche.

lanjingling, 31.12.2023 à 9:02378159
e m :

Acheté surtout pour permettre à cet album de devenir un beau succès commercial

Vu qu'il s'est déjà vendu à plusieurs centaines de milliers d'exemplaires, tu as gaché ton temps et ton argent, que tu aurais mieux employés à acheter un bouquin ou un auteur peu connu que tu apprécies pour le soutenir.

e m :
et faire enrager encore plus les fanatiques adorateurs de Saint Franquin qui honnissent Dupuis et Delaf ^^

Pareil, tu n'avais pas besoin de l'acheter pour ça, il te suffisait de dire que tu l'avais lu et aimé. Perdre des sous pour ça...:)

e m :
Concernant les gags, je ne les ai pas trouvés très drôles, certains font sourire, mais ce n'est jamais hilarant. Ceux qui terminent sur un jeu de mot sont assez poussifs.


Bien fait! Tu es puni pour avoir acheté cet album pour de mauvaises raisons plutôt que des bonnes (tu aimes ce que fait Delaf, tu aimes Gaston...) :)

e m, 30.12.2023 à 18:35378157
Hans #1 à 3...
Ça faisait longtemps que j'avais envie d'essayer, probablement parce que j'aime bien les couvertures de Rosinski, qui m'avaient toujours intriguées. C'est donc de la bonne vieille BD s-f des années 80, naïve et pleine de facilité. Ça m'a assez vite ennuyé, pas sûr d'avoir encore de lire la suite.

2 ou 1 mutants


Gaston #22... Par Delaf, d'après Franquin...
Bon. J'avais validé un long message, mais il n'a jamais été posté... Ça valait bien la peine de d'embêter, tiens.
Je reprends rapidement...
Acheté surtout pour permettre à cet album de devenir un beau succès commercial et faire enrager encore plus les fanatiques adorateurs de Saint Franquin qui honnissent Dupuis et Delaf ^^
Personnellement, Franquin je m'en fiche pas mal, et ça ne m'horripile pas que Gaston soit repris.
Concernant le dessin, Delaf fait du Franquin, et c'est même meilleur que l'affreux Gatson des fonds de tiroirs qui constituaient le tome 15 de la série originelle. (Il me semble que ça a été renumeroté par la suite...?)
Concernant les gags, je ne les ai pas trouvés très drôles, certains font sourire, mais ce n'est jamais hilarant. Ceux qui terminent sur un jeu de mot sont assez poussifs. À se demander si Delaf ne serait pas parti de la chute pour construire son gag.
J'ai trouvé ça d'ailleurs si étonnant tous ces jeux de mots que je m'en suis allée relire quelques anciens albums. Et, surprise, Franquin aussi faisait des jeux de mots !
Je ne l'avais jamais remarqué, c'était donc plus finement mené.
Mais il s'agit d'un premier album, avec toute la pression qu'on peut imaginer. Delaf s'en sort honorablement.

3 mouettes


Thorgal #40...
Les auteurs, repreneurs de la serie, inventent une suite au tout premier cycle que constitue les deux premiers albums. Pourquoi pas.
Mais moi je n'aime pas cette idée. À l'époque de ma première lecture ça m'avait intrigué cette histoire de vaisseau spatial, dans qu'on en sache vraiment plus. Ça laissait la place à l'imagination... Et patatra, voilà qu'on vient tout casser en expliquant tout en détail. Pas content !

1 motoneige
(Parce que Thorgal, le Viking, sait faire du motoneige ! Ahaha)

NDZ, 14.12.2023 à 9:15378098
Anoeta :
PS : t'as de la place sur la première place de ton classement


Pssst, oui mais je dois lire le Neaud et je le sens très très bien. Bon, ok, je suis un peu influençable et j'ai regardé la copie de mes petits camarades... mais j'ai confiance.

Anoeta, 13.12.2023 à 21:58378097
NDZ :
Derrière son aspect Barton Fink-like, on a une vrai originalité du récit, des personnages pas (trop) stéréotypés, la lecture est fluide et le pavé vite consommé. Signe que l'on ne s'ennuie pas. Une de mes belles lectures de l'année.


Je ne voyais pas de quoi tu voulais parler et je me suis rendu compte que je confondais Barton Fink et Miller's crossing. Ma vision du premier remontant à près de 20 ans, tu me donnes envie de me le refaire.

PS : t'as de la place sur la première place de ton classement

Anoeta, 13.12.2023 à 21:51378096
NDZ :
Il y a des hauts et il y a des bas dans ce Monica. Des séquences sont magiques, magnifiques. Certains passages sont con-convenus, bancals. Clowes au milieu de sa forme.


Le problème c'est qu j'ai l'impression d'avoir un condensé de ce qu'a fait Clowes jusqu'à maintenant mais en moins bien.

Pour le côté hommage aux différentes BD, je lui préfère Ice Haven.
Pour les persos barrés et l'obsession complotiste, on est des coudées en dessous de "Comme un gant de velour pris ans la fonte" (sans parler du dessin).
Et si l'on considère les histoires indépendamment les unes des autres, et bien Caricature me semble bien plus convaincant.

Quand on lit le final on se dit que Clowes est un peu en roue libre quand même.

NDZ, 13.12.2023 à 14:15378092
Il y a des hauts et il y a des bas dans ce Monica. Des séquences sont magiques, magnifiques. Certains passages sont con-convenus, bancals. Clowes au milieu de sa forme.



Dédale descend un poil de son piédestal, là où les deux premiers suintaient la misère affective et la frustration sexuelle et artistique, où la fascination puérile et malsaine pour la SF/horreur de série A, B ou Z ajoutait une dimension poisseuse (et marquait le prolongement logique de la trilogie TOXIC), on termine la série sur un teenage movie tartiné des fantasmes d'un puceau autour de l'homosexualité féminine... dommage, il y a de chouettes passages et Burns a toujours des bonnes antennes pour sentir les young adults. Habituellement.

Derrière son aspect Barton Fink-like, on a une vrai originalité du récit, des personnages pas (trop) stéréotypés, la lecture est fluide et le pavé vite consommé. Signe que l'on ne s'ennuie pas. Une de mes belles lectures de l'année.


Derrière son aspect Las Vegas Parano-like (non, là c'est juste pour rire, c'est pas trop le style... quoique), on a un chouette livre qui désarçonne à chaque double planche, qui nous perd puis nous remet en selle. Très perturbant, limite décousu, tout en étant passionant. Une réussite.


En lisant cela, vous comprendrez pourquoi mes "valeurs sûres" que je voyais déjà haut dans les bulledors à l'annonce de la publication de leurs livres ne sont pas dans ma short-list des bulled'ors... et comment les deux derniers, petits outsiders, eux, s'y retrouvent.

NDZ, 13.12.2023 à 13:54378091
Alors je vous étonne avec ces lectures pointues... las, lorsque je finis ma journée de lectures professionnelles, je prends tout ce qui traîne, tout. Ce que les enfants laissent traîner, en l'occurence. Je m'adresse donc aux parents de jeunes enfants et aux libraires/bibliothécaires plutôt qu'aux lecteurs pointus, pertinents, érudits et exigeants que vous êtes.

Le Manoir, ma fille était ultra-fan des romans, par une des références de littérature jeunesse, qui plus est, une voisine, quasi. Hum, ce spin-off censé (?) donner l'envie de se mettre aux romans n'est pas très bien fichu. Conclusion, faites lire les romans à vos (nos) enfants.

Enquête au collège, c'est une adaptation, là aussi on devine l'envie de faire marche-pied vers la série de romans (excellents). Hé bien, ça n'est pas très bien fichu. Seul point fort, la "mise en son" via les onomatopées, qui met une ambiance et a faire rire mon petit dernier aux éclats sur une des séquences. Une. Ça ne pèse pas lourd. Conclusion, faites lire les romans à vos (nos) enfants.

crepp, 11.12.2023 à 21:19378087




«?Personne ne sait à quoi a ressemblé la dernière journée de cet homme qui s’appelait Howard Phillips Lovecraft. Personne ne sait, sauf moi. Car moi, j’y étais. J’y étais et je vais tout vous raconter.?»

Vous allez me dire encore un truc sur Lovecraft ? Oui c'est vrai, mais un truc vraiment chouette alors.
Déjà il faut se souvenir que je ne suis pas un fan de l'écrivain, s'il est venu à moi c'est à cause d'amis, ce saupoudrage de ses univers dans les discussions avec eux, les parties de jeux de plateaux et bien sur de JDR, c'est grâce/à cause d'eux.
Les deux auteurs ont décidé de nous raconter Lovecraft en sa dernière journée de vie, c'est la sur son lit d'hôpital, en combattant contre le cancer, qu'arrive un homme "Randolph Carter" que tous les lecteurs de Lovecraft reconnaitront. Et c'est par l'intermédiaire de ce "double" que le lecteur va parcourir la psyché de l'écrivain. La construction est surprenante et haletante, quant au trait de Jakub Rebelka, il nous emporte tout simplement, le seul pour le moment en BD à mes yeux qui a réussit cela sur Lovecraft avant lui, fut Alberto Breccia (c'est dire le compliment).
Il y a un plaisir de voir Lovecraft échanger avec des personnes connues, qui l'ont influencé, et que lui même va influencer. Il faut être franc tout de même c'est énormément référencé, mais sans perdre à aucun moment un néophyte.
Vous ajoutez à cela un beau travail des éditions 404, qui offrent un bel écrin à cette vision.
Vous obtenez quelque chose d'hallucinant.
4 Azathoth

lanjingling, 11.11.2023 à 0:07377924
Un peu repetitif, et ca part un peu dans tous les sens, mais les personnages et situations sont truculents, l'histoire est foutraque a souhaits, et je suis gre a l'auteur d'avoir aborde de front dans la presse enfantine de lafin des annees 70 tant la corruption politique que celle des medias et du sport avec un humour henaurme. Il aurait eu pleinement sa place dans le Fluide glacial de la grande epoque si celui-ci avait publie des histoires (a suivre), mais dans Spirou, cela a eu plus d'impact. Et graphiquement il y a un aspect Wasterlain en plus pesant (il fait le lien entre ce dernier et le premier Fournier) mais cela va bien avec ce dont il traite.

NDZ, 20.09.2023 à 16:04377816
Dans ma liste également, typiquement ce qui me fait rire. Et Gosselin, c'est incontournable.

chrisB, 20.09.2023 à 14:21377814
Mael :
Thomas Gosselin est un des auteurs les plus intéressants de ces dernières années. Errata est un petit livre discret, qui risque de passer inaperçu.

Comme toujours il utilise son trait assez classique, usant d'outils formels très reconnus de la BD (bulles, cases, apparence de récit...) mais il le détourne en passant énormément par le fragment, le déplacement, le jeu avec le lecteur.

Ce petit opuscule vraiment pas cher (6€ pour 40 pages) fonctionne sur ce principe, un concept assez simple et déployé, et s'est avéré très réjouissant.

Il s'appelle donc Errata et c'est un recueil de faux errata, ces corrections apportées, souvent sur une feuille volante, à des ouvrages. Ici de nombreuses cases éparses, parfois des errata d'erratum, qui vont corriger un dialogue, un dessin, intercaler une case entre deux... sans que l'on ait la bande dessinée d'origine (qui n'existe sans doute pas).

Petit jeu supplémentaire, en page 13 une feuille volante se veut l'erratum de la page 13 de ce livre-même, accentuant le flou (c'est d'ailleurs la seule page où la mention « erratum » est inscrite).

Bien sûr c'est d'abord conceptuel, mais ça se lit réellement bien et ça tient la route sur la durée (ce qui parfois être le problème avec du conceptuel), 41 images donc sur 40 pages, et des erreurs qui construisent de nouveaux récits.



Acheté et lu suite à ta reco, c'est effectivement très bien !

Mael, 13.09.2023 à 14:22377794
Un vrai coup de coeur, EMG continue le fragmentaire, avec une narration de plus en plus tranchées et l'axe graphique logiciel d'archi déjà utilisé dans deux beaux livres. J'ai été perdu au début mais le récit se recroise, retombe sur ses pattes, interroge beaucoup de chose. Je suis vraiment enthousiaste même s'il faut que je me pose pour écrire plus précisément dessus !

crepp, 07.09.2023 à 10:23377782




Oui c'est un album indépendant, mais on retrouve quand même des personnages tirés du "Dieu vagabond", donc pour un lien plus fort entre les personnages, mieux vaut lire le précèdent avant.
Sans atteindre la force du premier opus, ce fils de Pan plonge tout de même dans une belle quête, même si certains des nouveaux personnages sont moins intéressants. J'ai beaucoup pensé à Gaiman et à son "American Gods" dans cet album de Fabrizio Dori.
Un plaisir d'être dans cet univers.
4 étoiles

Mr_Switch, 06.09.2023 à 22:16377778
Objectif Pub, version 2022. Un bouquin au titre mal choisi. Ce n'est ni la suite, ni vraiment la version revue, ni la version augmentée du premier Objectif Pub de 1986. Et en se réclamant de ce premier ouvrage, ce nouvel opus place la barre haute. Un peu trop haute.
Pour qui découvrirait le thème par cet ouvrage, celui-ci peut paraître généreux. Pour ceux qui comme moi l'ont déjà bien exploré, l'enthousiasme est moins généralisé.
C'est un beau format à l'italienne ? A notre époque, sans doute. Mais il est franchement plus petit que le premier du nom. De fait, bien des extraits ou planches, le plus souvent à la française, sont illisibles. Le format à l'italienne ne donne pas l'impression d'être nécessaire, du moins n'est-il pas exploité, du moins parait-il être une contrainte.
Alain Lachartre le regrette en fin de livre, mais en 2022, point de Tintin ou d'Astérix, point d'Uderzo, point de Moebius. Et le lecteur le regrette aussi.
Tout est négatif, alors ? Mais non ! Découvrir les gags d'O'Galop avec le Bibendum, c'est bien. Découvrir une curiosité comme ce gag-pub de Solé dans les années 1970, dessiné avec son trait habituel pour les magazines à destination des hommes, mais avec une ligne plus claire pour ceux à destination des femmes. Il y a l'ange Saint-Marc dont je serais curieux de lire une des aventures en entier. Et il y a quelques auteurs modernes (avouons que Marion Fayolle est convaincante)

Mael, 05.09.2023 à 8:02377775
Thomas Gosselin est un des auteurs les plus intéressants de ces dernières années. Errata est un petit livre discret, qui risque de passer inaperçu.

Comme toujours il utilise son trait assez classique, usant d'outils formels très reconnus de la BD (bulles, cases, apparence de récit...) mais il le détourne en passant énormément par le fragment, le déplacement, le jeu avec le lecteur.

Ce petit opuscule vraiment pas cher (6€ pour 40 pages) fonctionne sur ce principe, un concept assez simple et déployé, et s'est avéré très réjouissant.

Il s'appelle donc Errata et c'est un recueil de faux errata, ces corrections apportées, souvent sur une feuille volante, à des ouvrages. Ici de nombreuses cases éparses, parfois des errata d'erratum, qui vont corriger un dialogue, un dessin, intercaler une case entre deux... sans que l'on ait la bande dessinée d'origine (qui n'existe sans doute pas).

Petit jeu supplémentaire, en page 13 une feuille volante se veut l'erratum de la page 13 de ce livre-même, accentuant le flou (c'est d'ailleurs la seule page où la mention « erratum » est inscrite).

Bien sûr c'est d'abord conceptuel, mais ça se lit réellement bien et ça tient la route sur la durée (ce qui parfois être le problème avec du conceptuel), 41 images donc sur 40 pages, et des erreurs qui construisent de nouveaux récits.

e m, 03.09.2023 à 9:07377763
Aussi lu plusieurs tomes de Marshal Bass...
(Ça ne crée pas le lien vers le forum avec la petite vignette quand je clique depuis la fiche de la série)

Un petit moment que cette série me faisait de l'oeil, je profite d'une envie récente de lire du western pour m'y mettre.
Une série qui ne m'intéressait pas auparavant, la faute au dessin de Kordey que je trouvais moche, voire même repoussant. (Une machine ce Kordey, qui arrive sorirt plusieurs albums par an !). Ceci probablement aidé par des couleurs criardes qui ne me plaisaient pas non plus.
Finalement j'avais tort. Ça ne devait pas être tout beau et rose à l'époque, et ce dessin rend parfaitement l'atmosphère lourde et poisseuse. Et j'oserais même dire qu'il me plaît bien maintenant le dessin de Kordey. Comme quoi...
Les scénarios sont intéressants, chaque fois différents, c'est pas manichéen du tout, les personnages, y compris le principal, ont tous un côté bien pourri.
J'oubliai de préciser qu'il s'agit d'une livre adaptation de la vie du premier marshal noir des USA.
Et les couvertures sont très jolies, notamment celle du tome 4.

4 balles...

e m, 03.09.2023 à 0:38377762
L'animateur...
Par le dessinateur du Donjon Monsters Les Poupouts papillonneurs mais dans un style de dessin plutôt différent.
Histoire assez touchante où l'auteur raconte la fin de vie de son père. On apprend au passage des petits trucs sur l'animation et sur la vie en Argentine d'il y a quelques années (ça ne fait pas rêver)
Album qui semble être passé inaperçu, c'est dommage. D'autant plus pour l'auteur qui est éminemment sympathique.
4 pubs...



Conan le Cimmérien #2 + #5...
Pas vraiment convaincu par ces deux albums. Les scénarios sont trop légers et me laissent une bizarre impression que rien ne se passe alors qu'il s'y déroule moult péripéties. Peut-être parce que tout s'enchaîne trop rapidement...?
Je n'ai jamais lu les nouvelles dont ces albums sont issus, j'ignore donc si cette impression est due au matériau de base.
Je lirai probablement les autres albums de la série si l'occasion se présente, mais ça ne me donne pas envie de les acheter.
Côté dessin, une préférence pour le #2 parce que j'aime bien le style de P.Allary.
3 épées...



Ekhö (quelques tomes)....
Je m'aperçois au passage que j'avais déjà lu les deux premiers, et n'en avais gardé aucun souvenir. Ça confirme mon impression lors de cette lecture, vite lu vite oublié, mais moment de lecture plutôt sympa. Ça ne cherche pas à se prendre au sérieux, c'est fun, et c'est très bien comme ça pour se détendre de temps en temps. Et j'aime beaucoup les couleurs et le dessin.
3 tasses de thé...



Pierre, 21.08.2023 à 12:12377743




Fan de Jimi Hendrix à l'adolescence et jusqu'au début de l'âge adulte, j'avoue ne jamais m'être beaucoup intéressé à sa biographie, et moins encore à sa vie antérieure à 1966, les débuts de son succès immense. La lecture de ce biopic répare cette lacune.

C'est très informatif et synthétique; présentée ainsi, cette vie est d'une tristesse infinie, du mélo pour de vrai (avec son lot de misère, violences familiales, alcoolisme, racisme, errance, incompréhension ...). Cependant, si l'amateur de musique peut y trouver son compte, le lecteur de bande dessinée passionné par Mezzo ne peut que rester circonspect devant le résultat graphique et la mise en page de cette biographie. En dépit de quelques tentatives de visions allégoriques ou fantasmatiques, c'est très froid, pas de vibration, on n'y entend aucune note de musique, on n'y décèle pas non plus la passion du jeune guitariste qui devait l'avoir transcendé dans cette vie de misère et qui semble constamment bringuebalé par les évènement chaotiques de sa vie, sans en être l'acteur. Ce refus de la psychologie est sans doute un parti pris des auteurs (à la JP Manchette), et il en résulte une absence d'empathie pour le sujet qui est pour moi un échec compte tenu de l'objet du livre même. Il y a quelques années j'avais feuilleté Love in vain et avait renoncé à le lire, sans doute car je pressentais les mêmes travers. Il faudrait certainement à Mezzo retrouver un Pirus pour mettre en valeur son talent graphique sur des imaginaires forts, plutôt que de se perdre dans ces illustrations désincarnées et ennuyeuses.

Mael, 20.08.2023 à 19:51377738
Mael :
"Le 12 août achète un livre québécois" proclame donc le milieu culturel québécois.

Il s'avère qu'à un jour près je me suis plié à la consigne, franchement par obligation et non par intérêt pour les bouquins, des plagiats d'Astérix fait pour plaire au public québécois, mal dessiné, mais un peu recopié, collé aux passage à l'actu du pays : ainsi de l'expo universelle de 67 dans le T2.



Bon il y a un T3, je ne l'ai pas trouvé, et est-ce bien obligé ?


Et bien c'est nul dis donc.

NDZ, 08.07.2023 à 23:43377658
beuzno :
chrisB :
Le PBE, Beuzno, coup de coeur et 4* sur cet album ?? j'ai du louper un truc, je l'ai trouvé quelconque :(


Quelconque? c'est peut-être dû au classicisme du sujet : un enfant rêveur devient tortionnaire.
Pour ma part, j'ai trouvé le traitement intelligent et original et j'aime bien ce dessin griffé un peu agressif.
C'est un auteur rare que j'apprécie (voir la traversée des harengs)
J'avoue que j'ai un peu surnoté pour adoucir la sévérité de Gantois.


C'est l'heure de la VAR ;)

Moi j'ai bien été embarqué et secoué par ce récit. Devenu criminel de guerre et tortionnaire, le héros conserve un semblant de santé mentale car il puise la force de perpétrer l'horreur dans le "talisman" confié par un vieux de la vieille. Certes, le récit est très linéaire et limite superficiel tant ça va vite (parfois-souvent une case/illustration par page), mais, comme dit par beuzno, le traitement graphique, ce trait qui fait gesticuler des pantins colorés d'un vert uniforme, a une certaine puissance évocatrice et un charme malsain efficace. L'enrobage (prologue et postface Shéhérazade) n'est là que pour ajouter du décalage et pour déstabiliser encore plus... Je dirais, dans les livres à lire de ces six premiers mois.

Mael, 03.06.2023 à 7:32377564
Léo Louis-Honoré, cofondateur des éditions Les Machines, est un des meilleurs auteurs humoristiques de sa génération. Il nous avait déjà séduits avec Lisa de la NASA, et voici qu’il revient cette fois avec un album jeunesse parfaitement réussi. Il n’est pas surprenant de voir Louis-Honoré dans ce registre, c’est un pilier de la revue Biscoto, auquel il participe sans discontinuer depuis le n° 31 (octobre 2015, et il y était apparu ponctuellement avant). Défenseur d’un humour de situation qui rebondit tous azimuts, il propose ici un recueil de plusieurs histoires parues dans le journal, agrémentées de récits inédits et d’une trame principale faisant le lien entre toutes.

Nous y suivons deux sœurs qui veulent partir en vacances avec leurs mamans mais, pas de chance, elles sont particulièrement occupées cet été-là. Ces dernières proposent alors à leurs filles, moyennement motivées, de partir faire un grand tour de la famille. Et de la famille, il y en a, et aux quatre coins du monde : après être allé voir papi Bouteille en Écosse, elles iront embrasser différents parents en Russie, en Égypte, en Alaska… du désert glacé aux mers de sable, en finissant au milieu de l’océan. Si cette famille fragmentée est déjà bien atypique, ce n’est pas la seule chose étrange. Entre les étonnants animaux semblant doués de raison et les aliens, les deux sœurs s’interrogent, mais continuent leur aventure à toute berzingue!

Si certains récits fonctionnent mieux que d’autres, on est admiratif de la manière dont le lien créé entre eux n’a rien d’artificiel: tout retombe de manière étonnante à la fin, jusqu’à un épisode bonus qu’on aurait pu penser créé pour ça (et pourtant publié de manière autonome dans le journal). Très drôles, les rebondissements apportent leur lot de rires, mais amènent aussi de véritables questionnements. L’enfant qui lira cela s’amusera tout en tentant de trouver la réponse à ces mystères… on lui souhaite bonne chance, car ça n’a rien d’évident !

Pour ne rien gâter, le trait de l’auteur est parfaitement adapté, mêlant une certaine tradition de la rondeur et des aplats de couleurs à un univers nettement plus contemporain. Une rupture subtile, un peu à la manière dont des modèles familiaux différents sont exposés, sans doctrine mais comme une évidence, tout simplement parce qu’ils existent. Une autre raison de noter ce livre comme un indispensable.

beuzno, 01.06.2023 à 22:17377560
chrisB :
Le PBE, Beuzno, coup de coeur et 4* sur cet album ?? j'ai du louper un truc, je l'ai trouvé quelconque :(


Quelconque? c'est peut-être dû au classicisme du sujet : un enfant rêveur devient tortionnaire.
Pour ma part, j'ai trouvé le traitement intelligent et original et j'aime bien ce dessin griffé un peu agressif.
C'est un auteur rare que j'apprécie (voir la traversée des harengs)
J'avoue que j'ai un peu surnoté pour adoucir la sévérité de Gantois.

Pierre, 31.05.2023 à 21:06377559
chrisB :
Le temps file et je vois que je poste sur twitter mes lectures et pas ici (juste le notes pour le suivi), c'est moche :(


Snif !

chrisB, 31.05.2023 à 11:22377556
Le temps file et je vois que je poste sur twitter mes lectures et pas ici (juste le notes pour le suivi), c'est moche :(

NDZ, 30.05.2023 à 17:31377555
Ah, il est sur ma table de chevet... je te dirait aussi du coup ;)

chrisB, 30.05.2023 à 10:53377554
Le PBE, Beuzno, coup de coeur et 4* sur cet album ?? j'ai du louper un truc, je l'ai trouvé quelconque :(

Herbv, 30.05.2023 à 10:51377553
En parallèle à ma bullechronique consacrée à Contrition j'ai développé mon avis dans un billet WordPress (c'est dire si la BD m'a plu). D'ailleurs, cela faisait longtemps que je n'avais pas fait un billet WordPress sur une BD.

Allister Baudin, 23.05.2023 à 2:01377541
Anoeta :
Allister Baudin :
Les amateurs des torsions à la Moscoso, les fous de la représentation du geste, ainsi que les écervelés fans de motos et autres avions devraient y trouver une matière inspirante.


Tout comme Pierre, feuilleté mais reposé dans son bac chez mon libraire. Les graphismes m'ont attiré mais trop de rose plus ou moins fluo à mon goût.


Oui, les couleurs sont marquées par le travail en riso d'origine, qui ne réussit pas toujours bien son passage à l'offset (au-delà de l'agacement que peut provoquer la riso, qui est déjà ultra-datée aujourd'hui, mais qui dans le cas de Westvind était utilisée de façon plutôt pertinente). C'est de toutes les façons un livre fascinant pour l'énergie qu'il communique, et on peut ne pas y être sensible du tout.

Anoeta, 22.05.2023 à 17:50377540
Allister Baudin :
Le meilleur livre de Lale Westvind sort enfin en France, sous une couverture moins réussie que celle de l'édition originale parue il y a trois ans (et que celle de l'édition espagnole, qui est d'ailleurs trouvable pour moins cher que l'édition française)... Bref, dans tous les cas, une bande dessinée à découvrir absolument, mieux vaut tard que jamais. Les amateurs des torsions à la Moscoso, les fous de la représentation du geste, ainsi que les écervelés fans de motos et autres avions devraient y trouver une matière inspirante.


Tout comme Pierre, feuilleté mais reposé dans son bac chez mon libraire. Les graphismes m'ont attiré mais trop de rose plus ou moins fluo à mon goût.

Mael, 18.05.2023 à 11:33377536
On n'attrape pas les coudes avec du vinaigre.

Aba Sourdi, 17.05.2023 à 16:42377534
Carrément, l'autre, chez Cornélius ! Y'en a qui se mouchent pas du coude, comme on dit.

Mael, 17.05.2023 à 11:42377533
Il sort officiellement demain mais mon libraire l'avais déjà, en tous cas c'est très bien. Un peu trop court évidemment, on en veut tjs plus. J'y reviens plus en détail bientôt.

Herbv, 16.05.2023 à 20:46377532
J"avais même oublié de bullenoter le piège à gogo :)

Car bien entendu, j'ai acheté ce mince volume pour avoir quelques zoulis dessins (pour les histoires, heu...)

crepp, 16.05.2023 à 18:09377531
Mr_Switch :
J'ai l'impression que le soufflé est retombé concernant les Légendes de la Garde. Ce tome est un peu sorti sans que plus grand monde ne l'attende. Et même des amateurs de la première heure risquent de passer à côté.


Il faut dire que le dernier album "complet", donc "la hache noire", remonte à 10 ans.
Bon son projet d'animé (avorté) lui a pris du temps faut dire.

Mr_Switch, 16.05.2023 à 16:26377530
J'ai l'impression que le soufflé est retombé concernant les Légendes de la Garde. Ce tome est un peu sorti sans que plus grand monde ne l'attende. Et même des amateurs de la première heure risquent de passer à côté.

crepp, 16.05.2023 à 16:20377529




De retour chez Petersen, avec ce très (trop) court album. 3 petites histoires, 3 petits contes à raconter au coin du feu.
Un plaisir et une frustration, cela donne 3 étoiles

crepp, 16.05.2023 à 16:17377528




"La loi restrictive de Floride interdit à tout individu condamné pour délit sexuel de vivre à moins de 1000 pieds d'un endroit où étudient ou jouent des enfants. C'est ce qui fait de Contrition Village un terrible ghetto de pédocriminels, violeurs et harceleurs. Et forcément, quand une mort bizarre par immolation frappe l'un des résidents, l'enquête ne peut prendre qu'un tour de plus en plus noir à mesure qu'elle s'enfonce dans les ténèbres d'une Amérique hantée par le péché."

Ce résumé sur l'album plante le décor de ce polar sombre, car avant tout Contrition est une enquête d'une jeune journaliste sur un meurtre étrange dans un milieu sordide. Ces deux auteurs espagnols ont pondu un album prenant, glaçant, très intelligent dans sa construction, et surtout très politique. Refermé depuis ce midi, il me fait tourner et retourner mon cerveau sur le bien, le mal, la rédemption.
A découvrir.
4 étoiles

Allister Baudin, 16.05.2023 à 13:03377527
Pierre :

Je l’ai feuilleté samedi, ça m’a plutôt impressionné mais je ne voulais m’encombrer ce jour-là et j’ai remis l’achat à plus tard. Je ne connaissais pas du tout avant de découvrir la promotion de l’album sur les réseaux sociaux : il reste d’autres choses à publier en France ?


Lale a publié de nombreux zines et comics, plusieurs ont été réunis dans Grand Electric Thought Power Mother, 340 pages à paraitre à la fin de l'année chez 2DCloud et déjà en précommande sur leur site. Mais pour moi Grip est son meilleur livre, avec Hax, paru chez Breakdownpress et indisponible pour l'instant.

Pierre, 16.05.2023 à 8:02377526
Allister Baudin :
Le meilleur livre de Lale Westvind sort enfin en France, sous une couverture moins réussie que celle de l'édition originale parue il y a trois ans (et que celle de l'édition espagnole, qui est d'ailleurs trouvable pour moins cher que l'édition française)... Bref, dans tous les cas, une bande dessinée à découvrir absolument, mieux vaut tard que jamais. Les amateurs des torsions à la Moscoso, les fous de la représentation du geste, ainsi que les écervelés fans de motos et autres avions devraient y trouver une matière inspirante.


Je l’ai feuilleté samedi, ça m’a plutôt impressionné mais je ne voulais m’encombrer ce jour-là et j’ai remis l’achat à plus tard. Je ne connaissais pas du tout avant de découvrir la promotion de l’album sur les réseaux sociaux : il reste d’autres choses à publier en France ?

Allister Baudin, 15.05.2023 à 15:11377525
Le meilleur livre de Lale Westvind sort enfin en France, sous une couverture moins réussie que celle de l'édition originale parue il y a trois ans (et que celle de l'édition espagnole, qui est d'ailleurs trouvable pour moins cher que l'édition française)... Bref, dans tous les cas, une bande dessinée à découvrir absolument, mieux vaut tard que jamais. Les amateurs des torsions à la Moscoso, les fous de la représentation du geste, ainsi que les écervelés fans de motos et autres avions devraient y trouver une matière inspirante.

Mael, 10.04.2023 à 21:48377473
C'est vraiment génial à mon avis, en tous cas les débuts, on s'en lasse un peu 35 ans après même si ça reste désarçonnants. Mais les premiers wow.

Pierre, 10.04.2023 à 20:44377471
Merci pour vos précisions, mais je m'aperçois m’être mal exprimé : par "niveau" j'entendais le niveau qualitatif de l’œuvre car, si sa singularité dans l'histoire de la bd ne paraît pas à démontrer, qu'en est-il de son intérêt artistique ? Après avoir parcouru l'article de Maël j'ai l'impression qu'on est plutôt aux confins d'une sorte d'art naïf ou d'art brut assez loin d'une pratique consciente et maîtrisée, et pour le coup, ça m'intéresse moins ...

Mael, 10.04.2023 à 8:53377469
lSylvie Rancourt a son compte etsy, mais frais de port du QC, et ce sont les plus récents souvent, il y a l'intégrale 1980 autoéditée, je ne sais pas si elle comprends les six épisodes imprimées ou les 6+7e inédite comme ego comme x.

30$CAD ça fait environ 20€, donc même avec le port ça peut être plus intéressant que l'édition Ego comme X qu'on trouve à 69€ (comme par hasard) ici où là.

Mr_Switch, 09.04.2023 à 22:03377468
Bin le Melody original a été réédité par ego comme X. Inutile de te dire que maintenant, c'est de l'occasion. Et à part tomber sur un bon coup, ça peut être vendu cher.

(Mais sérieusement, toi, ne pas connaitre Melody... Sérieux ? Non, je ne peux le croire)

Pierre, 09.04.2023 à 21:55377467
lanjingling :
Aba Sourdi :
Enfin je me suis dit que la différence de cette génération réside en ceci qu'elle y va frontalement, tandis que MÊME Julie Doucet préférait l'onirisme voire parfois la plus grande pudeur possible dans la narration.

Là j'ai l'impression qu'on a mélangé "esprit blog BD", esprit punk et pensée féministe pro-sexe ultra-vaillante et diffusée, et qu'une meuf peut enfin parler dans une BD de ça, à la première personne. En 2023.


Il y avait eu ça, en 2006, qui avait fait beaucoup parler
,
et bien avant, déjà au Québec


Je n'avais jamais entendu parler de Sylvie Rancourt, merci à vous deux ! Ça se trouve encore et si oui, c'est de quel niveau ?

lanjingling, 09.04.2023 à 11:40377464
Je suis tombé sur cette interview de 1985 (le journaliste, n'arrêtant pas d'interrompre Sylvie Rancourt, est une vraie tête à claques).
https://www.youtube.com/watch?v=hrdkk_KlaPU

Mael, 08.04.2023 à 23:22377463
lanjingling :
Il y avait eu ça, en 2006, qui avait fait beaucoup parler
,
et bien avant, déjà au Québec


Je ne sais plus si j'en ai parlé ici, mais j'ai consacré un article récent pour la revue Voix plurielles à propos de la carrière de Sylvie Rancourt après les années 2000.

Il s'appelle Sylvie Rancourt, après Montréal et est en accès libre (je ne sais pas si c'est accessible en Chine)..

lanjingling, 07.04.2023 à 22:40377460
Aba Sourdi :
Enfin je me suis dit que la différence de cette génération réside en ceci qu'elle y va frontalement, tandis que MÊME Julie Doucet préférait l'onirisme voire parfois la plus grande pudeur possible dans la narration.

Là j'ai l'impression qu'on a mélangé "esprit blog BD", esprit punk et pensée féministe pro-sexe ultra-vaillante et diffusée, et qu'une meuf peut enfin parler dans une BD de ça, à la première personne. En 2023.


Il y avait eu ça, en 2006, qui avait fait beaucoup parler
,
et bien avant, déjà au Québec

NDZ, 26.03.2023 à 12:18377441
Auteur tchèque qui a déjà fait ça avant...

Mael, 25.03.2023 à 22:13377439
Mael :
Pas encore de couv pour le nouveau Mahler, avec un texte de l'écrivain .


L'idée était d'aller copier/coller le nom, que j'avais oublié. Bon.Jaroslav Rudis.

Mael, 25.03.2023 à 22:12377438
C'est vrai que j'en ai entendu bcp de bien du Héloïse Marseille, il faut que je m'y penche !




On en a beaucoup entendu parler, comme j'avais un intérêt limité pour le sujet je ne m'y suis pas penché de suite, c'est graphiquement très réussi, avec de belles planches pas juste pour le "beau dessin", elles portent bien ce qui se raconte. Bon après le sujet ne me fascine toujours pas mais c'est une vie assurément intrigante, je comprends que le livre ai pas mal été remarqué, pas sur d'avoir très envie de lire les livres de Nin par contre. 3 étoiles.



Je relus les Jules, je n'avais jamais lu ce tome je crois, qui n'est pas paru dans Okapi. Il est assez décevant par rapport aux autres, un peu bas du front dans sa critique de la religion, bon ça se lit bien quand même mais j'avais l'impression de relire des choses des anciens albums (la question génétique, etc.) sans que ça ne soit vraiment passionnant. Sur la question métaphysique, le tome suivant est plus réussi. 2 croix.


Je sais que je n'aurai pas du mais j'ai tellement aimé la série télé, découverte comme mille ans après, mais c'est vraiment assez terrible. Au début j'y allais encore, malgré tout content de recroiser du monde, mais c'est vraiment assez parresseux et n'importe quoi : on reprend de vieux méchant, on y colle un nouveau double maléfique (mais pas que d'Angel) avec un duel avec Spike (retour à la saison 3), même Oz revient (avec un gag drôle quand il parle de son enfant et que des gens pensent qu'ils parlent de son chien)... Le plus gênant reste assurément le couple Dawn/Xander... la fin de la magie à la fin de la saison est une idée intéressante qui doit pouvoir bien partir, la série TV d'Harmony un truc très marrant aussi. J'ai les BDs gratos en fichier web, je continuerai ptètre mais bon... bward. Entre un et deux pieux.


J'ai vraiment adoré découvrir cette autrice l'an dernier. J'avais en fait déjà lu "Sous l'eau l'obscurité" et ses BD autobios, mais Le Club des chats et tout ce qui croise cette série jamais, et comme on est ici sur une oeuvre jeunesse on est plutôt dans ce créneau, et celui des Aventures de Hong Kiltong, adaption d'une légende coréenne déjà parue chez Misma. Celle ci se lit très bien, avec l'histoire de cette jeune femme élevée en homme qui devient général, prend femme et vis diverses aventures magiques. C'est à la fois drôle et fin, comme souvent avec ses BDs, un peu fourtraque, comme souvent avec les légendes anciennes. C'est un titres de sOndines, la nouvelle collection jeunesse de Dupuis. Sans être aussi enthousiaste que sur le Club, j'ai bien aimé. 4 onomatopés.


Pas encore de couv pour le nouveau Mahler, avec un texte de l'écrivain . On se demande un peu pourquoi au début car c'est principalement un récit de pochards traversant la nuit de fermeture de bar en fermatures de bars, une chose qu'avait déjà très bien raconté Mahler tout seul avec Lone Racer ou l'Art selon madame Goldgruber. Bon ici ça parle un peu amour, un peu philosophie d'ivrogne, mais aussi poids de l'histoire et trauma. Pas vraiment indispensable mais d'assez belles formules, comme les pages sur le désir d'être un bison. 3 bières.

Aba Sourdi, 06.03.2023 à 16:49377385
En secret, caché derrière des narrations séquentielles toutes plus audacieuses les unes que les autres, j'ai aussi ramené ce livre d'Angoulême, qui me faisait de l'œil depuis quelques temps dans mes échoppes locales.
Le dessin est passe-partout, mais si on doit trouver un exemple de "BD féministe contemporaine à message" pas honteuse et qui aurait très bien pu trouver sa place dans n'importe quelle grande revue subversive de l'époque où la presse BD "adulte" existait et où se côtoyaient tant de styles et de tonalités, je mets celle-ci en premier sur la pile.
Et puis même, au niveau simplement "historique", de l'histoire de la discipline, je regardais récemment une vidéo de Bretécher reconnaissant qu'elle n'y allait pas aussi frontalement côté sexe que ses camarades masculins, qu'elle ne "faisait pas du porno". C'est l'éléphant dans la pièce, comme je l'ai déjà dit ici : notre discipline, quand elle est devenue adulte, s'est avant tout donné comme but de s'exciter entre mecs.
Il y eut d'autres grandes figures, certes, on va me citer les 80's, Clavel, Claveloux (faut croire qu'il fallait avoir forcément un nom commençant par "Clav"), mais là encore, c'est incomparable, niveau contenu, avec les affirmations états-uniennes que l'on a appelé "pro-sexe" à cause du contexte polémique des "sex-wars" (entre pro et anti-porno, entre autres et pour résumer).

J'ai l'impression qu'il n'y a qu'aujourd'hui, que depuis quelques MOIS, je dirais même, qu'on trouve en librairie des BD qui vont affirmer une émancipation sexuelle que notre bonne vieille "BD adulte à papa" avait passé son temps à faire ventriloquer à ses personnages féminins (l'exemple le plus évident étant bien entendu Wolinski, dont toute l'œuvre est à la fois 'male-gaze' à fond et ne cessant de répéter que les femmes aiment autant le sexe que les mecs et y pensent donc tout autant, à savoir tout le temps).
Il n'y a pas qu'en BD où il n'y a eu longtemps que de la ventriloquie, je repense au sublime monologue de Veronika à la fin de "La maman et la putain" (et d'ailleurs, même débat que pour Wolinski : film phallocrate ou féministe ? etc.), "Il n'y a pas d'pute, il n'y a pas d'pute, j'suis peut-être bien une pute mais y'a pas d'pute, etc.".
J'y ai repensé lors d'un passage de cette BD (autobio, au cas où vous ne l'auriez pas encore saisi) :
"Eloïse, tu as le droit d'être horny ! Tu as le droit de vouloir du gros sexe sale ! Tu es un être sexuel ! Dis-le !
– Je suis un être sex...
– PLUS FORT !
– JE SUIS UN ÊTRE SEXUEL ! JE VEUX ME FAIRE FOURRER ! JE SUIS UNE SALOPE !".

Et pis ça parle de relation au porn, aux individualités réelles qui ont un pénis, etc. Enfin je me suis dit que la différence de cette génération réside en ceci qu'elle y va frontalement, tandis que MÊME Julie Doucet préférait l'onirisme voire parfois la plus grande pudeur possible dans la narration.

Là j'ai l'impression qu'on a mélangé "esprit blog BD", esprit punk et pensée féministe pro-sexe ultra-vaillante et diffusée, et qu'une meuf peut enfin parler dans une BD de ça, à la première personne. En 2023.
(Sûrement d'autres exemples avant, je me souviens d'un collectif nordique où j'avais lu une fois un truc très surprenant, mais reconnaissons que jusqu'à présent cela restait dans les marges ou bien était traité dans un registre "trashy underground" un peu pénible, enfin chacun ses goûts. Ici, c'est beaucoup plus fonctionnel graphiquement, mais j'aime bien cette bichromie sans prétention et ces personnages ni trop beaux ni trop moches. Et puis voilà, ça existe. Je suis pour qu'on salue des choses parce qu'elles existent.)

Pages : | précédent | suivant

retour forum

bordure
coin bordure coin