créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Annexes de Bulledair
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par Cellophane


par Garulfo
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Dargaud

complétez cette fiche
Le Diable amoureux et autres films jamais tournés par Méliès
ScénarioVehlmann Fabien
DessinDuchazeau Frantz
Année2010
EditeurDargaud
CollectionLong Courrier
SérieOne-shot !
Bullenote [détail]

Georges Méliès fut véritablement l'inventeur du cinéma moderne, le premier à réaliser des effets spéciaux, une révolution pour l'époque ! Mais il est aussi un personnage hors norme qui fut prestidigitateur, réalisateur, décorateur, scénariste, acteur... Il fréquenta Prévert, Houdini, les frères Lumière et les surréalistes firent de lui l'une de leurs icônes. Sans doute trop en avance sur son temps, Méliès connut pourtant de gros problèmes financiers et finit sa vie en tenant une boutique de jouets ! Cet album lui rend hommage en racontant une suite d'histoires courtes dans lesquelles l'esprit et la magie de Méliès perdurent.

 

2 avis

wayne
En 1928, Georges Méliès raconte à Jacques Prévert comment il est venu au cinéma… A travers sept récits fantastiques qu’aurait pu réaliser Méliès, Vehlmann et Duchazeau brossent un vibrant hommage au maître du rêve filmé. Oniriques, fantasmagoriques, inquiétants et troublants, ces contes au dessin charbonneux, et à l’ambiance début du XXe siècle (où se mêlent moulins, guinguettes, colonialisme, dames et prestidigitateurs) à mi-chemin entre Jules Verne et Edgar Allan Poe, n’auraient sûrement pas déplu au cinéaste magicien…
NDZ
Les cinq conteurs de Bagdad m'avaient quelque peu déçu, malgré la qualité de certaines nouvelles et du trait. J'avais trouvé que les "trucs" de scénaristes, omniprésents et trop visibles, nuisaient à l'ensemble des ces mille et une nuits conduits par une dream team de conteurs.

Et là, même duo, et un résultat qui retourne mes pires craintes comme le ferait un magicien, pour faire apparaître des fleurs. Car ici, si les ficelles et les trucs sont aussi quelque peu visibles, ils peuvent faire partie intégrante du spectacle, à mi-chemin entre la piste aux étoiles moribondes et les Stars à venir. Les auteurs nous offrent en effet une ode au cinéma balbutiant, futur pourvoyeur omnipotent de magie et de poudre aux yeux.

Je le confesse, je ne connais Méliès que peu (mis à part quelques images picorées, dont évidemment l'obus dans l'oeil de la Lune), et donc je ne peux pas être déçu par un éventuel hommage-ratage... mais le nom du cinéaste n'est-il pas seulement une excuse pour aborder la naissance du septième art ? et celle du fantastique et de la future science-fiction, nourriture première des rêveries de Méliès ? Parce que dans ce livre, les fictions s'imbriquent joliment et de manière cohérente, elles se font écho de manière si naturelle que l'on se laisse porter sans résistance sous ce grand barnum qui réunit Tarzan et King-Kong, Jack l'éventreur et le l'assassin de la rue Morgue, tous ces récits faisant partie intégrante d'un même monde effrayant, fascinant, magique et terrible.

Un agréable moment de lecture donc, qui m'a tour à tour surpris, enchanté, désarçonné, passionné. Du bon recueil de nouvelles "de genre". Assurément un des meilleurs depuis... Des lendemains sans nuages?
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin