| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Bulles d'Or
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par rohagus


par monastorio
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Manga Player

complétez cette fiche
Tome 1
ScénarioMochizuki Minetaro
DessinMochizuki Minetaro
CouleursNoir et Blanc
Année1998
EditeurManga Player
SérieDrAgon heAd, tome 1
autres tomes1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10
Bullenote [détail]

 

1 avis

petitboulet
Une classe de Lycée rentre en train d'un voyage scolaire. Mais alors qu'il traverse un tunnel, un énorme tremblement de terre fait dérailler le train , et 3 élèves seulement survivent à l'accident. Rapidement, ils s'aperçoivent que le tunnel est bouché, et pour couronner le tout, des bribes d'informations à la radio parlent d'état d'urgence décrété dans le pays...

La grande force de ce premier tome réside dans son ambiance. Mochizuki parvient à rendre palpable l'obscurité qui entoure les 3 survivants, Teru, Ako et Nobuo. Il nous plonge dans le tunnel avec eux, nous fait ressentir cette peur ancestrale et universelle des hommes pour le noir. L'obscurité ici est un personnage à part entière, sans forme, mystérieux et impalpable, donc d'autant plus effrayant. Les trois rescapés n'ont pas que l'obscurité en tête: leurs camarades morts hantent leur esprit, celui de Nobuo surtout, l'amenant petit à petit au bord de la folie, à mesure que sa peur se teinte de fascination pour ces morts et ce noir insondable...

L'auteur sait parfaitement camper des personnages crédibles et réalistes. Son style graphique original ne fait pas dans l'esthétisme mais dans l'efficacité. Alors qu'habituellement dans un manga, toutes les émotions passent par les yeux, Mochizuki nous prend à contre-pied et dessine a ses personnages des regards vagues, vides et hallucinés, ce qui leur donne un côté énigmatique et inquiétant. C'est particulièrement visible chez Nobuo: pour montrer le basculement progressif du garçon vers la folie, Mochizuki multiplie les gros plans sur ses yeux, sur sa façon d'éviter les regards des autres et d'épier partout en permanence, sur ses mains tremblantes, sur sa bouche qui ronge nerveusement un ongle... A travers l'attitude de Nobuo, l'auteur crée une tension diffuse et continue.

Ce premier tome réussit totalement son pari: des personnages toujours sur le fil du rasoir, entre frayeur, rationalité et hystérie, une atmosphère de peur qui s'insinue en nous sournoisement... Dragon Head fascine et promet énormément.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

album

bordure
coin bordure coin