crer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Annexes de Bulledair
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par docteur c


par Coacho
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Soleil

compl�tez cette fiche
L'Etrangleur de Boston
Sc�narioChouraqui Elie
DessinFino Serge
CouleursCharalampidis Jim
Ann�e2009
EditeurSoleil
CollectionSerial-Killer
S�rieDossier tueurs en série, tome 3
autres tomes1 | 2 | 3 | 4 | 5
Bullenote [d�tail]

Chasseur de têtes, Brian Hunter travaille pour la M.N.W, un puissant cabinet d’intelco
(intelligence économique). Sur les traces d’inquiétants actionnaires, il a réveillé malgré
lui un spectre oublié de la Guerre Froide : The Head, une organisation secrète, pour laquelle auraient collaboreì des espions de tous bords. Afin de prouver son existence, ses investigations le conduisent de Miami à la chaleur étouffante de Cuba. Il y exhume un secret convoiteì par tous les services d’espionnage : comment
fonctionnait The Head ? Quel était le but de ce mystérieux réseau ?
Plus il obtient de réponses, plus l’étau se resserre sur lui. Car toute vériteì a un prix à payer... Le prix du sang.

 

1 avis

rohagus
L'Etrangleur de Boston était un véritable serial-killer comme on en voit dans les séries policières, le genre tellement psychologiquement dérangé et cause de tellement de morts qu'on peine à l'imaginer réel. C'est en effet aux alentours de 1962 qu'il a étranglé successivement une douzaine de femmes, non sans les avoir au préalable violées, léchées ou encore mordues parmi d'autres sévices sexuels et violents. Totalement impulsif, ce n'est que par un grand hasard que la police a fini par mettre la main dessus, et encore sans preuve permettant de le juger en bonne et due forme.

C'est le récit de cette enquête qu'Elie Chouraqui et Serge Fino mettent ici en scène.
Le dessin de cet album est de qualité. Réaliste et soigné, quoiqu'un peu froid et dépouillé, il est plaisant à lire et représente avec réussite le sérieux du récit.
La narration et la mise en page sont classiques mais très bien maîtrisées. C'est la première BD scénarisée par Elie Chouraqui, plus connu pour son rôle dans le cinéma, mais on sent une bonne technique du récit séquentiel de la part des deux auteurs.

De manière fluide et sans accroc, j'ai appris ainsi un pan de l'Histoire policière, le déroulement du début à la fin d'une enquête sur un meurtrier d'exception.
Ceci étant dit, j'ai tiqué à quelques reprises lors de ce récit. Le passage avec le voyant me parait assez aberrant de nos jours. J'ai l'impression qu'il y aurait lieu là de toute une enquête dans l'enquête : ce voyant avait-il été payé pour désigner un coupable idéal en faisant sa fausse révélation ?
De même, la double personnalité du tueur (qu'on confond à tort avec la schizophrénie) me rend sceptique.
A noter qu'il existe un film homonyme de Richard Fleischer avec Tony Curtis et Henry Fonda, sorti en 1968, qui reprend le même sujet et la même enquête. Ce dernier mettait l'accent sur l'interrogatoire final de l'Etrangleur et le trouble psychologique que cela engendrait pour le personnage joué par Tony Curtis se découvrant assassin à son insu.
Or, j'en viens à me demander si cette bande dessinée ne serait pas davantage une adaptation du récit du film que de celui de la véritable enquête. Les informations véridiques qui ressortent de l'enquête et des témoignages et études qui ont suivi montrent en effet quelques doutes sur le fait qu'Alberto De Salvo, arrêté et ayant avoué ces crimes, en soit réellement le coupable. L'ADN retrouvé sur les victimes, notamment, ne correspondait pas. Ces faits n'apparaissent pas dans la BD où le personnage est montré du début à la fin comme étant clairement le seul et unique coupable. Et dans ces conditions, l'hypothèse d'une véritable "double personnalité", théorie psychologique à laquelle j'avoue ne croire qu'à moitié, n'est pas une solution un peu facile pour expliquer les évènements.

Quoiqu'il en soit, il n'est pas question ici de refaire l'enquête. La bande dessinée, L'Etrangleur de Boston, en elle-même est de bon niveau, plaisante à lire et intéressante. Elle m'a en tout cas permis de découvrir toute une histoire policière véridique dont je ne connaissais rien.
Seul regret, cette bande dessinée se révèle certes instructive mais je doute la relire un jour donc n'en conseille pas particulièrement l'achat.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin