créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Annexes de Bulledair
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par Mael


par hoody
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

ďż˝ Futuropolis

compl�tez cette fiche
L'homme qui n'existait pas
Sc�narioBonin Cyril
DessinBonin Cyril
Ann�e2012
EditeurFuturopolis
S�rieOne-shot !
Bullenote [d�tail]

Pour Léonid Miller, informaticien célibataire, la vie semble souvent n'être qu'un rêve. Les personnages de fiction des comédies américaines qu'il dévore quotidiennement à la cinémathèque, lui apparaissent comme une présence bien plus dense et profonde que celle de la plupart des gens qu'il côtoie. Que la sienne en tout cas. Comme s'il traversait la vie sans que personne ne s’aperçoive
de son existence. Mais il découvre bientôt qu’on ne peut se détourner impunément de la réalité. C’est ainsi qu’il se retrouve, comme par magie, dépossédé de sa matérialité physique. Condamné comme un fantôme, à demeurer l’éternel spectateur qu’il était déjà. Alors qu’il s’est réfugié à la cinémathèque, il tombe sous le charme d’une jeune comédienne,Françoise Angelli, venue y présenter La garçonnière de Billy Wilder. Une femme qui n’existe que par ses rôles et qui pourrait être frappée par le même mal que lui… Léonid décide de lui venir en aide. Une fable contemporaine sur la solitude, la cinéphilie et l’univers du cinéma…

 

1 avis

topolino 7
L'homme qui n'existait pas commence par une couverture magnifique et Ă©nigmatique.
Les deux principaux personnages de Cyril Bonin dégagent sur celle-ci, et ensuite durant toute l'histoire, une grâce et une élégance rare.
Le scénario de départ n'est pas très original, une personne qui vit seule se coupe peu à peu du monde jusqu'à devenir transparent et disparaître...
Le héros va-t-il pouvoir continuer à garder son appartement, son travail, malgré son nouveau statut de fantôme?
L'originalité de l'histoire vient (comme dans la plupart des histoire de Bonin) de l'ambiance qu'il met en place.
Le rythme est lent, les deux héros sont aériens, ils errent tels des fantômes au milieu de personnages secondaires truculents (une personne âgée, un huissier, la proprio, un metteur en scène...).
Le thème du cinéma est omniprésent puisque le second personnage, féminin, s'interroge sur sa condition d'actrice... Bonin nous passe en boucle, dans des cinéma d'art et d'essais des extraits de chefs d'oeuvre du 7e art (en vo: Singin in the rain, North by northwest, The apartment...); pendant qu'une voisine s'émeut devant un soap opera à la télévision.
On peut lire cette histoire rapidement et passer à côté... la trouver vide et inutile... ou la savourer, lentement, en observant le jeu des acteurs, les regards, la position des mains, les couleurs (les dernières planches sont magnifiques).
On peut avoir l'envie également de revoir tous les films cités...
En tout cas à la fin de la lecture de cet album, on a envie de la reprendre depuis le début et de disparaître à nouveau entre ses pages.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin