créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Annexes de Bulledair
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par herbv


par Thierry
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Futuropolis

complétez cette fiche
Lucille
ScénarioDebeurme Ludovic
DessinDebeurme Ludovic
CouleursNoir et Blanc
Année2006
EditeurFuturopolis
SérieLucille, tome 1
autres tomes1 | 2
Bullenote [détail]

 

2 avis

Matt Murdock
Cet album est le récit de deux adolescents. Tout d'abord il y a Lucille, une jeune fille anorexique et solitaire, qui vit seule avec sa mère, et il y a Arthur, qui deviendra Vladimir à la mort de son père, marin pêcheur. On est dans le nord de la France, au bord de la mer, nos deux adolescents s’ennuie, et suite à une crise d’anorexie, Lucille doit faire un séjour à l’hôpital, de retour à la maison elle reste au lit à prendre des médicaments, Vladimir qui travaille comme livreur pour le pharmacien va alors la rencontrer. C'est le début d'une belle histoire entre eux deux, ils partent alors sur les routes jusqu'en Italie.

Récit de l'adolescence, de la douleur éprouvée à cette époque de la vie, de n'être rien pour les autres quand on est une fille et d'avoir à assumer très tôt le rôle d'un père absent lorsqu'on est un garçon. Je ne donnerais pas tous les détails de cet album de 500 pages, mais il est bourré de rebondissements, il y a certes la chronique d'une adolescence, mais il y a aussi de nombreux changements dans le récit, la construction est fluide, et on se laisse porter par la lecture, et on n'a pas envie de lâcher l'album tant qu'on ne l'a pas fini. Cette fluidité vient peut-être du fait que Debeurme a choisi de ne pas dessiner de case pour son récit, donnant ainsi à son récit un peu plus d’espace et un peu moins de froideur.

Les dessins de Debeurme sont superbes, simples, dans la droite lignée de ces travaux sur Cefalus, mais en carrément moins oniriques. Le tout est en ligne claire, avec quelques fines hachures, et un peu de froideur dans l'expressivité du trait. Et voilà, c’est la première claque de l'année, bien que ce Lucille soit un peu plus facile d’accès que les autres albums de Debeurme.
Coacho
Je ne vais pas prendre de gants ni m’égarer sur des chemins de traverse : cet album est absolument sublime, un très grand moment de lecture.
Sous ce volumineux pavé se cache un talent génial, celui de l’injustement méconnu Ludovic Debeurme, un auteur à la bibliographie exigeante (Céfalus, Ludologie…).
Dans ce livre, il va nous narrer la rencontre de deux adolescents qui, non contents d’avoir à traverser les difficultés inhérentes à leur âge, vont devoir de plus composer avec des vies difficiles, que ce soit au niveau matériel et financier, et plus encore au niveau des situations psychologiques auxquelles ils sont confrontés.
Près de 500 pages nous sont offertes et Ludovic Debeurme s’offre le temps de développer les personnalités de ses personnages, nous emmène dans le tourbillon de leur vie, et nous rend complètement complices de ce qui se déroule sous nos yeux captivés par tant de grâce, de réalisme, de force et d’émotion.
Evidemment, cet album est intimiste, mais jamais l’auteur ne se permet de se livrer à la complaisante facilité du pathos, et jamais nous ne ressentons la position de voyeurs. C’est la totale immersion dans cet environnement déchiré et chaotique qui nous prend aux tripes et nous implique admirablement dans le récit. J’ai rarement ressenti une telle émotion et le stade de l’empathie est complètement dépassé.
Tout en finesse, on se retrouve happé par le tourbillon désespéré et pourtant plein d’espoir de ce bouquin hors norme, dont les héros comme Lucille, jeune fille anorexique en rupture affective totale, et Vladimir, jeune marin battant et facétieux, sont des jeunes comme nous en croisons tous les jours, de ceux qui luttent pour trouver un peu de bonheur dans ce monde d’adulte un peu sombre…
C’est toujours juste, parfois contemplatif, parfois onirique, parfois fort et troublant, parfois plein d’une action échevelée, et jouant toujours avec les paroxysmes de chaque sentiment.
Le tout est servi par un dessin épuré, minimaliste, qui se contente d’aller à l’essentiel et met en valeur l’impression plus que la situation.
Une vraie montée d’adrénaline qu’il faut voir comme un cri d’espoir et qui est la grande réussite des Editions Futuropolis nouvelle mouture.
La grosse surprise vient du fait qu’après une lecture frénétique de 500 pages, on découvre qu’il s’agit de la fin du premier volume… La frustration est donc énorme de devoir quitter nos nouveaux enfants après les avoir accompagnés durant ce chemin…
Sublime, juste sublime…
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin