créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Grands Prix
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par Herbv


par Da Rocha
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Dupuis

complétez cette fiche
Cicatrices
ScénarioRunberg Sylvain
DessinPellé Serge
Année2006
EditeurDupuis
CollectionRepérage
SérieOrbital, tome 1
autres tomes1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 1hs
Bullenote [détail]

Caleb et Mézoké forment un binôme exemplaire : c'est la première fois dans l'histoire de la galaxie que leurs peuples respectifs accèdent à cet honneur. Les Sandjarr, le peuple de Mézoké, s'étaient tenus à l'écart des instances politiques intermondiales jusqu'à ce que les guerres humano-sandjarr éclatent.
Les humains avaient été écartés jusqu'à présent des plus hautes instances. Leur binôme revêt donc une importance symbolique.

À peine sortis de leurs séances d'entraînement, les voilà embarqués pour leur première mission. Ils partent pour Senestam où un groupe de parias humains tentent d'exploiter illégalement une mine détenue par les Jävlodes.

 

2 avis

momalito
Prenez un peu de George Lucas (celui des débuts, bien sûr), ajoutez du Matrix pour faire plus récent, saupoudrez de quelques fondations asimoviennes. ça, c'est pour ce que pourraient être les inspirations.

Pour le scénar, vous mélangez un drame familial et fondateur (les premières cicatrices), des relations sociales inter-planétaires forcément un peu tendues à cause des conflits passés (d'autres cicatrices), un peu de biologie cellulaire façon Alien (qui risquent d'en laisser d'autres)... Vous cristallisez le tout dans un couple de héros que tout sépare (l'imperfection humaine face à la froideur E.T.), avec une menace de chaos civilisationnel à régler rapido façon Bruce Willis. Sylvain Runberg le fait excellemment.
Enfin, confiez le dessin et la palette graphique à Serge Pellé, qui sait mélanger ambiances feutrées et neo-villes techno, inventer monstres futuristes et civilisations multiples le tout avec un trait précis, agréable mais qui sait aussi rendre les parties troubles et les mystères de l'histoire (très belles scènes sous la pluie par exemple) sur un éventail coloriel limité mais adéquat et très savamment usité : du gris au marron, en passant par l'ocre.

Ce sont les ingrédients et les mélanges de base qui font de ce premier tome un début réussi et ce, pas seulement parce qu'on a hâte de lire le second. Le récit est maîtrisé avec de belles découpes de scénar (aller-retours entre 2 actions, astucieux coupages) qui permettent de garder de l'intensité sur cette première partie qui se veut tout de même très pédagogique afin de nous donner tous les tenants des grandes manoeuvres à venir.

Un très bon 1er tome donc, sci-fi façon US, avec un dessin subtil et détaillé où les fondations sont posées. Attendons de voir comment le duo Pellé-Runberg rentre véritablement dans l'action !
Coacho
Qu’est-ce que c’est que ce fouillis là-dedans ?
On se rend compte de la richesse de l’album rien qu’en le feuilletant.
On sent aussi que ça va être un peu sombre un peu glauque, un peu désespéré…
Les magnifiques couleurs de Serge Pellé y sont d’ailleurs pour beaucoup. Le dessin est poisseux, voire désespéré, et accompagnent des dessins qui ne sont pas sans rappeler ceux de Bilal, on pourrait avoir un héritage plus honteux !
Alors l’histoire, qu’est-ce que ça donne ?
Et bien Sylvain Runberg, que nous avons parfois la chance de croiser sur les forums, évite tout un tas d’écueils de la SF telle que nous la livre massivement Delcourt ou les Humanos.
Malgré la variété des races, les univers, lieux, les langues, les antécédents, tout reste lisible, compréhensible, et ce talentueux scénariste arrive à nous faire assimiler aisément son univers. Ce n’est pas simple et ça mérite d’être souligné.
Quelques maladresses peut-être parfois, et des fautes d’orthographe (si, mais là, au moment où je rédige, je n’ai plus la page en tête !), mais rien qui puisse entacher la lecture de cet album très mature.
C’est dans la mixité des antagonismes que se trouve peut-être la paix de demain… C’est un peu le fond de cette histoire qui prône la tolérance et le dialogue.
Et puis si Sylvain Runberg dédie cet album à Jean-Florian (que j’imagine être Tello, l’auteur tragiquement disparu des 2 premiers tomes de Marshall aux Humanos), c’est bien que la culture SF de ces 2 auteurs est une passion déraisonnée et ça augure de très bons prochains albums pour Orbital. A lire d’urgence !
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin