| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Mes étoiles
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par rohagus


par vacom
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Futuropolis

complétez cette fiche
Tome 1
ScénarioBrunschwig Luc
DessinHirn Laurent
CouleursHirn Laurent
Année2005
EditeurFuturopolis
SérieLe sourire du clown, tome 1
autres tomes1 | 2 | 3
Bullenote [détail]

 

3 avis

[iarl]
Après m'être longtemps focalisé sur les manga, je me décide à replonger et à apprécier le rythme plus posé que m'a toujours procuré la BD franco-belge, en m'offrant pour les fêtes un album qui semblait plein de promesses.
Promesses tenues, puisque Le Sourire du Clown est une excellente introduction à ce cycle de trois albums. L'histoire débute par un traumatisme, celui d'un gamin qui voit sa mère abattre sous ses yeux un clown, sur un simple malentendu. Ce petit grain de sable se transformera dix ans après en une tempête qui balaiera la cité des Hauts-Vents.
Début d'histoire prenant, dessin et couleurs superbes, narration exemplaire, tout y est. Tout juste une bête coquille, vite corrigée mentalement, et un léger trouble lors d'une transition temporelle, mais rien qui rende la narration incompréhensible. Un régal.
Le duo Hirn et Brunschwig ayant déjà sévi sur Le pouvoir des Innocents, je sais dès lors quelle sera ma prochaine série franco-belge à entamer.
C'est du bon, mangez-en, à déguster sans modération.
bourle
Groko et Clock sont des clowns, cela fait aujourd’hui 3 semaines qu’ils se sont installés dans la cité des Hauts Vents. Djin, jeune gamin du quartier s’est éprit de Groko et passe tout son temps avec lui. Suite à un malentendu, Groko se fait froidement assassiné par la mère de Djin, choqué émotionnellement ce dernier perdra la voix et plus aucune émotion ne pourra se lire sur son visage.

Brunschwig m’avait déjà agréablement surpris avec le pouvoir des innocents ou l’esprit de Warren, mais il tape très fort ce coup ci. Le scénario est splendide, j’ai retenu des larmes tout au long de la lecture de ce tome si réaliste et si dur. L’amitié que portait Djin à Groko était stupéfiante et Brunschwig nous le fait bien ressentir. En plus, d’être beau, de faire réfléchir et d’être surtout poignant, l’intrigue est continuelle. Il y a dynamisme constant, c’est magnifique. Je ne serais dire ce qui m’a fait aimé ce livre, l’ensemble sans doute : le scénario vous retournent les tripes, les dialogues sont remarquable, la réaction des différents protagonistes est très bien imaginé… Je n’en attendais pas moins de cet auteur.
Hirn que je connais grâce à ces prestations précédentes m’a totalement conquit avec ses dessins. En plus que les visages soient dessinés de manière admirable avec nombre de traits et de superbes couleurs, le talent de Hirn se voit grâce aux expressions qu’il donne aux visages des différents protagonistes ; on sait ce qu’ils pensent et ce qu’ils ressentent, je pense par exemple à Clock qui est dessiné de façon remarquable. Les figures sont intéressante, mais en plus le dessinateur laisse planer une ambiance plus ou moins chaotique, l’atmosphère qu’il donne aide beaucoup au dynamisme de ce premier tome.

Il m’est difficile d’expliquer ce que j’ai ressenti en lisant cette BD, scénario comme dessin sont admirables, c’est émouvant, j’ai été subjugué.
olivier2046
L'ouvrage est très attirant de prime abord.
Et en le feuilletant, on se dit : "Mazette, le scénario m'attire et le dessin semble à la hauteur !"

Mais après lecture, ce fut pour moi une véritable déception.
Non que ce soit mauvais : c'est simplement plat.

Le dessin est souvent réussi (même s'il est fréquent de trouver au fil des pages de nombreuses perspectives approximatives et des personnages mal campés, aux attitudes naïves) et cela reste de bon niveau.
Le problème, c'est la mise en scène, très plate.
On a souvent l'impression que le dessinateur s'applique à dessiner tous les éléments contenus dans le scénario sans jamais y introduire de souffle, le liberté, de personnalité.
Bref : les dessins n'offrent aucun plaisir, aucune surprise à la lecture.
Les cadrages sont ternes, les compositions sans vie, l'enchainement des cases est routinier.

Le scénario est du même acabit.
Intrigant au début, il devient très rapidement poussif.
Aucune tonalité ne se dégage vraiment. On ne ressent rien.
L'auteur a pourtant l'ambition d'offrir un récit à suspens dont la linéarité serait brisée. C'est louable.
Mais si on fait abstraction de la structure globale de l'histoire, les séquences en elles-mêmes sont toutes attendues, maladroites, parfois moralisantes ou caricaturales.

Au final, on obtient un ouvrage plaisant à feuilleter mais désagréable à la lecture.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin