| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Annexes de Bulledair
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par Cellophane


par pikipu
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Dupuis

complétez cette fiche
Le tombeau des Champignac
ScénarioYann | Tarrin Fabrice
DessinTarrin Fabrice
CouleursNeidhardt Fred | Ozawa Neidhardt Yuko | Tarrin Fabrice
Année2007
EditeurDupuis
SérieUne aventure de Spirou et Fantasio par..., tome 3
autres tomes1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 1hs ...
Bullenote [détail]

Au Népal, à 4600 mètres d'altitude, une mystérieuse expédition tourne au cauchemar. M. Zanskar, son commanditaire, est désespéré : impossible d'escalader cette roche friable comme de la biscotte et, donc, d'explorer les nombreuses grottes qui y sont creusées. Seccotine, qui fait partie de l'équipe, propose de lui amener l'homme de la situation : le comte de Champignac !

À quelques milliers de kilomètres de là, à Champignac-en-Cambrousse, de nouvelles expériences du propriétaire des lieux sur un nouveau carburant révolutionnaire ont détruit la moitié du château. Alertés, Spirou et Fantasio se précipitent chez le Comte pour découvrir leur ami en excellente santé et tout excité par une découverte stupéfiante : une explosion a mis à jour une crypte dans laquelle vivait un véritable petit sphinx ! Apparemment, l'animal veillait sur la dépouille de Côme de Champignac, le génial ancêtre du Comte décédé en 1829.

Mais Seccotine débarque et, sachant se montrer particulièrement persuasive quand un scoop est en jeu, elle réussit à convaincre Spirou, Fantasio et le Comte de l'accompagner au Népal pour résoudre le mystère de "La princesse des glaces".

 

2 avis

rohagus
Légère déception à la lecture de cet album. J'en attendais sans doute trop. J'attendais beaucoup de Yann dont les scénarios mêlant classicisme revisité et humour caustique avaient su quasiment tous me séduire. J'attendais beaucoup de Tarrin dont l'excellent trait me donnait l'impression d'être le seul à pouvoir redonner l'âme graphique de Franquin à Spirou et Fantasio. Mais au final, je suis partagé.

Le dessin est bon, dynamique, très proche de l'aspect visuel des meilleurs Spirou, quelque part entre Franquin et Janry, entre classicisme appliqué et moderne échevelé. Je regrette cependant un peu ses décors souvent légèrement vides, son trait épais qui ressort un peu trop gros dans le grand format des albums de la série, ses couleurs dont les dégradés informatiques ne me plaisent pas. Les personnages sont bons mais les décors me laissent une certaine impression de vide. Je n'ai pas su être plongé dans un univers graphique se suffisant à lui-même pour donner le cadre à l'histoire, ce sont plutôt l'histoire et l'action qui portent le récit et utilisent le dessin comme outil. C'est difficile à exprimer.
Ce ne sont pas de réels reproches, plutôt des histoires de goût, mais je m'attendais à quelque chose d'aussi éclatant et appliqué que les planches de Franquin, et le résultat me parait juste bon, pas épatant.

Quant au scénario, lui aussi me laisse une impression mitigé. Il m'a plu car il rappelle les grandes heures de Franquin : on y retrouve une aventure façon "les prisonniers du bouddha", avec de nombreuses références à la période de Zorglub, de nombreux champignaciens, le chateau de Champignac, Seccotine, etc.
Mais le récit m'a paru assez confus. En fait, il y a deux intrigues qui se jouent en parrallèle : une autour du tombeau des Champignac, l'autre au Népal, et quand on y réfléchit, elles ne devraient strictement pas être liées logiquement et statistiquement parlant. Mais les auteurs choisissent tout de même de les rendre totalement complémentaires, ce qui parait trop artificiel quand on y réfléchit.
Et puis il y a cette créature surnaturelle, la Sphinge, qui franchement ne me plait pas. Elle n'ajoute rien d'utile au récit et introduit une franche part de fantastique qui aurait pu être évitée. J'aurais davantage apprécié le récit sans elle, je pense. Cela donne vraiment le sentiment que Yann aurait aimé intégrer le Marsupilami à son récit mais, ne pouvant pas, il a créé un substitut.
Malgré ces reproches, j'ai bien aimé ma lecture, c'est prenant et divertissant. Il y a moins d'humour que je l'espérais mais certains passages sont amusants.
La petite "histoire" entre Spirou et Seccotine est assez particulière. Elle brise un carcan autour du personnage assexué de Spirou mais elle le rend également assez bêta du coup, complètement dominé par un Seccotine au tempérament d'allumeuse assez étonnant pour le personnage. J'apprécie moyennement même si je salue l'audace d'avoir intégré une telle chose dans ce récit. "Mais saperlipopette, saura-t-on jamais ce qu'il s'est vraiment passé dans la grotte ?!"

Avis mi-figue mi-raisin donc mais probablement dû au fait que j'attendais beaucoup de ce duo Yann/Tarrin. Le résultat est bon, c'est une bonne BD et une bonne lecture, qui redonne avec plaisir vie au monde de Spirou et Fantasio, mais ce n'est pas l'excellent cru que j'espérais.
harve
Les puristes l’attendaient depuis un bon moment, déjà. Il est enfin là ! LE Spirou de Tarrin, un des dessinateurs les plus fidèles au style de Franquin.
Que dire à part que l’attente valait la peine d’être vécue. Cet album est tout bonnement époustouflant. D’une part par le dessin bien sûr : Tarrin ne déçoit pas et offre aux lecteurs de Spirou un des plus beaux albums de ces dernières années, sans vouloir offenser les méritants dessinateurs précédents. Le style Franquin est bien là, sans pour autant n’être qu’une pâle copie sans âme. Il y a du moderne dans le trait. Quant à l’idée de situer l’intrigue après QRN sur Bretzelburg, en occultant le reste de l’œuvre, il accentue évidemment la ressemblance avec Franquin, de par l’époque du récit.
Le scénario de Yann, assisté de Tarrin, accompagne parfaitement le style graphique et élève cet album au rang de sublime plutôt qu’excellent. Imaginez en effet un périple à l’étranger, digne de la grande époque, avec cette fois un mystère passionnant à résoudre dans les terres de glace de l’Inde. Imaginez également une découverte étrange dans la crypte du château après une explosion due à une expérience malencontreuse, mettant à nu un petit sphinx veillant sur la dépouille de Côme de Champignac, mort au 19ème siècle. Imaginez enfin que les deux sont liés.
Ajoutez à cela de belles couleurs, une Seccotine des grands jours, des héros en forme et un humour percutant, et vous avez l’album de l’année !
Le tombeau des Champignac, ou comment couronner le Top 5 de Noël de votre serviteur. Un album INDISPENSABLE pour les amateurs du genre.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin