créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les derniers ajouts
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par rohagus


par man
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Dargaud

complétez cette fiche
Miami
ScénarioNury Fabien
DessinBrüno
Année2018
EditeurDargaud
SérieTyler Cross, tome 3
autres tomes1 | 2 | 3
Bullenote [détail]

Nous avions quitté un Tyler Cross fatigué mais libre après son évasion du centre pénitentiaire d'Angola. Nous le retrouvons fringuant et en chemisette à fleurs sous le soleil de Floride. Entraîné malgré lui par son avocat véreux, Tyler s'immerge dans le monde poisseux de la promotion immobilière. Et se concentre sur un objectif alléchant : un braquage de 700 000 dollars. Dans cette nouvelle affaire criminelle, Tyler Cross rencontre une alliée surprenante en la personne de Shirley Axelrod, apparemment normale, mais qui apprend vite. Très vite.

 

1 avis

herbv
Tyler Cross avait réussi à s’évader de la terrible prison Angola dans le deuxième tome. Poursuivi par la police, traqué par la mafia qu’il a soulagée de 17 kilos de drogue dans le premier opus de la série, la vie ne peut pas être de tout repos pour un tel braqueur, tueur, et arnaqueur, n’est-ce pas ? C’est donc sans surprise pour le lecteur ( et pour le « héros »), qu’il doit fuir à nouveau, après s’être débarrassé définitivement des trois bras-cassés censés le capturer pour l’amener chez le parrain du coin. Que la fille avec qui il vivait n’ait pas survécu est un détail qui n’émeut pas plus que cela notre peu sympathique gangster. Non, ce qui le contrarie, c’est que quelqu’un l’a balancé, et il sait qui est ce « quelqu’un ». Il est donc temps d’aller faire un tour dans cette ville pourrie de Miami...

Avec Miami, le scénariste, Fabien Nury, semble revenir aux fondamentaux du premier tome (Black Rock) : braquage et belles pépées (à la durée de vie assez courte, le plus souvent). Pourtant, à y bien regarder, il s’agit plus d’une continuité du tome précédent, surtout sur le plan formel : la diminution du nombre de cases par page et la prédominance des cases faisant une bande de largeur sont accentuées, rendant le rythme de lecture encore plus nerveux qu’auparavant et amplifiant un peu plus l’impression de cinéma (scope, bien entendu) sur papier qu’on ne peut éviter de ressentir. Sur le plan du contenu, la noirceur de l’âme humaine est encore plus exploitée, ainsi que la lâcheté des hommes. Le présent récit développe aussi un nihilisme que l’on avait certes pressenti dans les deux premiers volumes, mais qui devient prégnant ici.

Quant au graphisme, il est meilleur que jamais. Le dessinateur, Brüno, a réussi à épurer son trait, tout en lui donnant plus d’épaisseur, ce qui en renforce l’impact. Les hachures, déjà en diminution dans Angola, ont disparues. À la place, l'artiste place de nombreux aplats noirs permettant de jouer sur la lumière et surtout sur les ombres. On pourra regretter toutefois une géométrisation un peu excessive des visages, les mentons devenant trop aigus ou, à l’inverse trop ronds. Cependant, les expressions sont réussies et sont mises en valeur par des plans très travaillés, où l’on sent que chaque case a été pensée et étudiée pour apporter le plus d’efficacité. N’oublions pas la colorisation, sans fioriture, qui participe grandement à l’ambiance qui se dégage de ce polar vraiment noir.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin