créer | pseudo  mot de passe  |  
 
serie
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Annexes de Bulledair
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques



par giuseppe
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Spirale
Dessin et sc�nario : Ito Junji

Spirale, terminďż˝


Volume 1 - 2002

Volume 2 - 2002

Volume 3 - 2002

 

4 avis


thierry
La soiree d’Halloween. Pourquoi pas un petit film d’horreur pour se mettre dans l’ambiance ? Manque de chance, on m’a fauche ma cassette de “Spice World”. Je plonge dans ma pile de BD en retard et en sors sur les 2 volumes de “Spirale”. Un manga d’horreur: c’est le moment parfait pour tenter l’experience !
Kirie et Suichi sont nes et ont grandi a Kurouzu, une petite ville sans histoires. Sans histoires ? Le pere de Suichi developpe une obsession pour les spirales. Il les collectionne, ne vit plus que pour elles. Pour Suichi, il est clair que son pere sombre lentement dans la folie. Et ce n’est que le commencement. Il est persuade que la ville tout entiere est pervertie par la spirale.
En un mot comme en 100, “Spirale” est une reussite ! Junji Ito reussit a faire naitre un climat angoissant qui confine parfois a l’hysterie. Tantot subtils (le destin de la mere de Suichi), tantot carrement gore (l’hopital), les recits qui composent Spirale ne manquent pas non plus d’humour. La postface signee Ito est elle-meme un bel exemple d’autoderision. Je pensais que l’horreur ne pouvait pas se decliner en BD, j’avais tort !

Colombine
La principale réussite de ce manga est bien l'ambiance. Vous raconter les différentes saynètes serait desservir ce manga, mais il y a des scènes, des images qui une fois le livre refermé ne vous quittent plus. Personnellement, quand je traverse une rue de manière décidée, je ne peux m'empêcher de repenser à une des cases. Je n'aimais déjà pas les escargots mais là leur vue me donne des frissons.

Une spirale, déjà fascinante par elle-même, devient, après la lecture de ce manga, envoûtante, inquiétante.

CoeurDePat
"Spirale" est tout simplement extraordinaire. Le fond de l'histoire, fantastique à un point rarement atteint dans les productions récentes en BD de ma connaissance, est très original, ingénieux, et de surcroît bien exploité. Les spirales se répandent et infestent une ville, telles une étrange épidémie aux conséquences horribles.
Dès le tout début le ton est donné : climat fermé comme pour un huis-clos, atmosphère lourde et inquiétante sans cependant être oppressante, graphisme extrêmement fouillé, réaliste... Tout est réuni pour une réussite. C'est dans la première histoire qu'on découvre l'ampleur de ce qui nous attend : une horreur ! Le fantastique laisse en effet la place à de l'horreur dans toute son ampleur, voire même à du gore (sans cependant tomber dans le kitsch, tant on est pris dans l'histoire). Le dessin est alors parfois insoutenable, se faisant encore plus réaliste, et représentant des corps d'une laideur sans nom, torturés, disloqués, déformés comme on n'en a jamais vu. A noter que l'idée de chaque histoire est souvent basée sur des effets graphiques particuliers, comme on ne peut en voir que sur une illustration : en film, ils ne passeraient pas, ou alors à grand renfort d'effets spéciaux.
Je ferai cependant un reproche aux deux premiers tomes (le dernier n'étant pas encore sorti) : la cohérence globale de l'histoire est faible. On a en effet une unité de lieu (la ville où se déroulent les évènements), un thême commun (l'étrange/fantastique/horreur/spirale), mais chaque histoire est très indépendante des autres, et on ne peut s'empêcher de se demander pourquoi les personnages ne fuient pas la ville, pourquoi ils ne demandent pas de l'aide, pourquoi ils ne se basent pas plus sur leurs expériences antérieures... En fait, il faut voir ces "épisodes" comme autant d'histoires possibles ou parallèles, un peu comme pour un feuilleton. Je trouve cela un peu dommage, car au bout du deuxième tome l'impression qui apparaît est celle d'accumulation : on multiplie les histoires pour le plaisir de les lire, et non pour faire progresser le récit. C'est pour cette raison que je ne mets que 4/5 à "Spirale". Ceci dit, ces histoires restent excellentes et on ne s'ennuie pas un moment !
Ce genre de manga est apparemment assez répandu au Japon. En France en revanche, il est pour l'instant unique ou presque. Alors si vous n'êtes pas trop sensible, lisez-le. Vraiment. C'est horrible, parfois insupportable, et c'est encore pire quand vous éteignez la lumière pour vous coucher.
Mais c'est vraiment un chef d'oeuvre.

victor
Mon avis sur Spirale est mitigé.
D'un coté il y a un énorme talent et une très grande inventivité dans l'art de dessiner les moments d'horreur et tout ces machins véritablement dégoutants.
Mais par ailleurs ce qui fait l'intéret de ce genre, le suspens, est ici quasi inexsistant ou alors très mal orchestré. Le comportement de l'héroine en est révélateur. Alors qu'autour d'elle se déroulent les pires horreurs et alors que n'importe qui serait devenu fou ou se serait enfuit elle continue son petit train-train quotidien toute jolie toute lisse obéissant gentiment à papa et maman.

Cette incohérence (un récit à la fois cul cul la praline et terriblement dégoutant) loin de créer un mélange intéressant fait perdre de la crédibilité au récit.

Mais bon peut ĂŞtre ne suis je tout simplement pas la cible.
bordure
coin bordure coin