créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les derniers ajouts
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par rohagus


par petitboulet
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure MonoChat
Il est chez Jules -de -chez -Smith -en -face.
lanjingling
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Superhéros et autres comics pas indépendants :o)

Bandes Dessinées : auteurs, séries, et toutes ces sortes de choses... ]


retour forum

Pages : | precédent | suivant

lanjingling, 21.10.2017 à 3:30366781
En passant
« Strange grandit avec moi ». Sentimentalité et masculinité chez les lecteurs de bandes dessinées de super-héros

Le PBE, 16.10.2017 à 9:24366752
J'ai rendu le bouquin à la bibliothèque mais à l'occasion je vérifierai si toutes les notes sont du traducteur (je pense que oui).
Pour info le titre original est Superfolks.

lanjingling, 13.10.2017 à 2:34366716
Le PBE :
il y a aussi pas mal de references à tel joueur de base-ball, telle émission de radio ou tel sénateur inconnus pour la plupart (j'espère ne pas m'avancer) des lecteurs francophones.

J'ose m'avancer plus loin que toi encore, en pensant que la plupart de ces références (des années 70, si j'ai bien compris ?) sont quasi autant inaccessibles aux lecteurs Etats-uniens de 2017.
Des notes sont-elles déjà présentes dans la V.O., ou bien les auteurs ont-ils estimé qu'elles n'aidaient en rien le récit, et en ce cas (ce que je sous-entendais, peut-être à tort) elles témoigneraient de la cuistrerie de l'éditeur ? (200 notes, tout de même...)

Le PBE, 08.10.2017 à 18:58366678
lanjingling :

Euh? L'éditeur considère que les Etats-Unis sont une telle terre étrangère ?

Certaines notes sont inutiles si tu as un minimum de culture générale mais il y a aussi pas mal de references à tel joueur de base-ball, telle émission de radio ou tel sénateur inconnus pour la plupart (j'espère ne pas m'avancer) des lecteurs francophones.

lanjingling, 08.10.2017 à 17:11366677
Le PBE :
Un petit message hors-sujet pour conseiller la lecture du roman (vous savez les livres sans images)

Tu veux parler des RNG (romans non graphiques) ?
Le PBE :
David Brinkley [...] a la quarantaine fatiguée, des débuts de calvitie et d’embonpoint aidant.
Quand un flash info précise que l'incroyable vague de criminalité qui frappe la Grosse Pomme semble avoir été organisée dans un but précis, cela réveille les souvenirs de David.
Il y a dix ans David était le plus grand des super-héros. Aujourd'hui il va devoir remettre le masque (même s'il n'est pas sûr de toujours savoir voler)

Ca me dit quelque chose, effectivement :) mais 1977...c'était précurseur.
Le PBE :
Un thriller drôle, bourré de références aux comics de l'âge d'Or (et d'Argent) mais aussi à l'Amérique des 70's (politique, media, sports, si vous êtes paumés il y a 200 notes à la fin du bouquin)

Euh? L'éditeur considère que les Etats-Unis sont une telle terre étrangère ?

Le PBE, 08.10.2017 à 16:00366676
Un petit message hors-sujet pour conseiller la lecture du roman (vous savez les livres sans images) Supernormal, par Robert Mayer


David Brinkley est journaliste, il vit dans la banlieue pavillonnaire de New-York avec sa femme et ses deux-bientôt-trois enfants, il a la quarantaine fatiguée, des débuts de calvitie et d’embonpoint aidant.
Quand un flash info précise que l'incroyable vague de criminalité qui frappe la Grosse Pomme semble avoir été organisée dans un but précis, cela réveille les souvenirs de David.
Il y a dix ans David était le plus grand des super-héros. Aujourd'hui il va devoir remettre le masque (même s'il n'est pas sûr de toujours savoir voler)

Robert Mayer était journaliste, il publia ce premier roman en 1977 et c'est sa première traduction en français.
Si l'on en croit la préface de Grant Morrison et l'avant-propos de Kurt Busiek, ce roman fut fondateur pour nombre de scénaristes de comics qui voulaient sortir les super-héros des sentiers battus.

Un thriller drôle, bourré de références aux comics de l'âge d'Or (et d'Argent) mais aussi à l'Amérique des 70's (politique, media, sports, si vous êtes paumés il y a 200 notes à la fin du bouquin)

e m, 22.02.2017 à 19:48365070
Je poursuis ma lecture de spider-Man - Les Incontournables.
Et ça devient vraiment pénible tout ces mot en gras dans les bulles, parfois sans cohérence, souvent sans utilité. Ce n'est pas gênant quand il y en a un de temps à autre, mais quand il y en a - plusieurs - dans absolument toutes les bulles... C'est quoi leur problème ?
Ils sont si cons que ça les les lecteurs américains, qu'ils ont besoin qu'on leur mette sans arrêt plein de mots en évidence ??!!
Ou ce sont les éditeurs qui délirent ?!

Je pensais mettre 4 clones, mais finalement ce sera 0.
Parce que c'est vraiment très pénible.

e m, 18.02.2017 à 17:22365033
Spider-Man - Les incontournables #8 : Le secret de Peter Parker...

On apprend donc dans cet album que Peter Parker n'a pas été mordu par hasard par l'araignée.
40 longues années avant qu'on ne révèle au fan de S-M que tout était prévu dès les premiers scénar' de Stan Lee.
Ben dites donc, le secret était sacrément bien gardé chez Marvel !

Et on a droit en gros à :
- un personnage qui débarque de nul part et qui a exactement les mêmes pouvoirs que Spider-Man (!)
- une espèce de délire mystique à base de totems, d'ennemis de S-M, et d'animaux, pour expliquer que l'araignée ce n'est pas (trop) un hasard
- S-M qui se fait casser la tronche
- S-M qui s'enferme dans une centrale nucléaire pour s'injecter un produit radioactif (!)
- S-M qui fout sa dérouillée au méchant

Dans le genre n'importe quoi où on ne prend pas trop le lecteur pour un gros ****...


0 totem

Mr_Switch, 30.01.2017 à 13:21364813
Rions un peu.



Via The Ephemerist

Glotz, 13.01.2017 à 6:10364332
lldm :
me voilà super séduit, je vais enfin lire des aventures de super-héros

Et quand DC Comics annonce une variante de la couverture du Doom Patrol n°6 par Samplerman à paraître fin mars 2017 ?

Le PBE, 12.01.2017 à 21:35364320
lldm :

me voilà super séduit, je vais enfin lire des aventures de super-héros


Waw, en plus ça marche leur truc ! Je vais leur proposer quelqu'un s'ils ont un projet sur Captain America...

e m, 12.01.2017 à 21:34364319
Le PBE :
Tout le monde s'en fout mais puisque ce sujet remonte...

Ah non, moi ça m’intéresse.
Trondheim sur du Marvel ? Même rien que pour une couverture, qui l’eût cru ?!

lldm, 12.01.2017 à 17:27364309
Le PBE :
Tout le monde s'en fout mais puisque ce sujet remonte...

Pour séduire ceux qui habituellement ne lisent pas d'aventures de super-héros, Panini Comics fête ses 20 ans en ressortant des albums avec couvertures réalisés par des petits gars de chez nous.


me voilà super séduit, je vais enfin lire des aventures de super-héros

Le PBE, 12.01.2017 à 17:19364308
Tout le monde s'en fout mais puisque ce sujet remonte...

Pour séduire ceux qui habituellement ne lisent pas d'aventures de super-héros, Panini Comics fête ses 20 ans en ressortant des albums avec couvertures réalisés par des petits gars de chez nous. pour la première fournée on a le droit à Trondheim, Boulet, Bastien Vivès et Pénélope Bagieu.


e m, 12.01.2017 à 17:02364307
Alors, on ne lit plus de comics pas indépendants par ici ?

Moi je viens de lire :
Spider-Man - L'intégrale, tome 2 - Année 1964...
...et dont les histoires fêtent donc leur 53 ans cette année. (cela ne nous rajeunit pas tout ça !)
Et donc plein d'histoires assez courtes (je n'ai pas compté, mais dix pages max) où Spider-Man affronte déjà ses ennemis préférés, se fait sans cesse du souci pour sa tante, déprime parfois et se pose des questions existentielles sur son rôle de super héros. (rassurez-vous, pour les questions ça ne dure jamais bien longtemps. Les combats aussi d'ailleurs, ne durent jamais bien longtemps, il rétame toujours tous les méchants en quelques coups)
J'aime bien ces histoires avec leur côté vieillot et kitsch, et cette traduction aux dialogues désuets.
Je leur trouve un certain charme. Et contrairement à d'autres déclinaisons plus récentes de Spider-Man (Superior, par exemple) ça ne se prend pas au sérieux. Ce qui me plait aussi.
5 journaux


Dommage que les albums de cette collection Marvel Classic sont chers. J'aurais bien acheté Hulk ou autre Daredevil, mais à 30€ pièce...

e m, 12.05.2015 à 22:33358810
Batman : The Long Halloween...
Moyennement emballé par l'histoire. L'impression qu'elle n'est qu'un gros prétexte pour aligner tous les super-vilains préférés de Batman.
En gros la même chose que Spider-Man Blue, juste un peu plus développé.
Du coup je me demande : J.Loeb n'écrit-il que ce genre de scénario ou le héros ne fait que rencontrer tous les méchants d'un coup ?
Me reste encore Dark Victory, j'espère que ça ne va pas confirmer...

Heureusement, j'aime beaucoup le dessin de T.Sale, ça rattrape un peu le truc.

3 tétines de biberons

e m, 07.04.2015 à 21:53358419
Oui, c'est exactement à ces mangas là que je pensais 8-)
Je suis sûr que ça me plaira plus.

Herbv, 07.04.2015 à 21:32358418
Gokusen 4 et 5, par exemple ! :D

e m, 07.04.2015 à 20:42358416
On dirait que je vais acheter des mangas à la place de ces comics 8-)
Merci

Rohagus, 05.04.2015 à 17:49358393
e m :

Je pensais au départ aussi acheter Daredevil Yellow et Hulk Grey des mêmes auteurs, mais ce Spider-Man a bien calmé mon envie de dépenser de l'argent.
C'est aussi moyen que ce S-M ou ça vaut le coup ?
(sachant que je ne suis pas fan de DD)


Daredevil Yellow est un petit peu mieux que Spiderman Blue car il a le léger intérêt de replonger aux débuts de DD et d'être joliment esthétique. Mais l'histoire elle-même, même si un peu poignante sur la fin, n'est pas des plus marquantes et donc très dispensables.

Quant à Hulk Grey, comme toi, Spiderman Blue m'a démotivé et je n'ai pas cherché à le lire (sachant que je ne suis pas fan de Hulk).

e m, 05.04.2015 à 15:39358391
Spider-Man Blue...
Spider-Man affronte ses super-vilains préférés les uns après les autres. C'est tout. Et c'est sans intérêt.
A lire uniquement si vous appréciez les dessin de T.Sale.
3 super-vilains (parce que j'aime bien S-M (le perso) et les dessin de T.S.)


Je pensais au départ aussi acheter Daredevil Yellow et Hulk Grey des mêmes auteurs, mais ce Spider-Man a bien calmé mon envie de dépenser de l'argent.
C'est aussi moyen que ce S-M ou ça vaut le coup ?
(sachant que je ne suis pas fan de DD)

crepp, 27.01.2015 à 12:42357628
Cobalt 60 :
crepp :
couvertures variantes


Euh… et ça présente un intérêt ?


perso j'aime bien pas au point d'acheter un bouquin, juste de jouer à retrouver le film, mais je suis un joueur dans l'âme :o)

Cobalt 60, 27.01.2015 à 10:21357625
crepp :
couvertures variantes


Euh… et ça présente un intérêt ?

lanjingling, 27.01.2015 à 3:32357623
crepp :
couvertures variantes

Tout en sachant que c'était peu probable, j'avais automatiquement complété l'intitulé du lien par "en hommage à Charlie hebdo".
Ils ont décidé de prendre les devants, lassés de se retrouver épinglés dans "les couvertures qui font écho"? :)

crepp, 26.01.2015 à 21:50357617
je ne savais pas trop où mettre cela, mais ici c'est bien en fait:

couvertures variantes

Il y en a des très sympas.

e m, 17.11.2014 à 20:01356691
The Superior Spider-Man #1-5...
Dr Octopus prend possession du corps de Spider-Man (et celui de Peter Parker forcement).
Ça s'annonçait pas mal, l'idée me plaisait bien, maias finalement ça ne vaut guère mieux que le bien moyen Ultimate Spider-Man. On pourrait avoir un truc pas mal plutôt badass, mais j'ai l'impression qu'on se dirige tout droit vers un truc qui sent bon la guimauve avec un gentil Octopus/Spider-Man.
A voir ce que donne la suite, mais comme ça ne me donne pas envie de l'acheter...
2 Mocha Coca

Le PBE, 07.07.2014 à 23:38355702
Je vais essayer de ne pas répondre correctement à Thierry :

L'univers Marvel en général et les X-Men en particulier font partie de mes madeleines, découverts dans les Strange, Special Strange et autres revues Lug/Semic.
Par contre je me suis arrêté il y a 20 ans donc j'ai moult arcs / events / crossovers de retard. Quelques incursions récentes (une partie de Civil War ou les enièmes origines de Spider-Man en bleu ou Daredevil en jaune) ne m'ont pas convaincu mais il y a sûrement des trucs bien...
Je ne sais pas si la lecture des intégrales des années 70-80 comme celle-ci est supportable en 2014.

Je connais beaucoup moins bien DC. Pratiquement uniquement Batman avec Dark Knight Returns et Arkham Asylum (il y a longtemps) et (ces derniers mois) Long Halloween, Year One, Dark Victory, Joker.
Tiens je mets des vignettes vo par bullesnobisme:










Pour un aspect moins conventionnel des bonshommes en cape et latex, je proposerais
Où l'on apprend que ces super-héros qui nous sauvent la planète tous les quatre matins sont en fait la plupart du temps de vilains dépravés ou des abrutis qui ne soucient pas des victimes collatérales de leurs exploits. Les « Boys » sont là pour les remettre au pas et ça tombe bien ils adorent casser du masque. Plaisir un brin honteux, ce n'est pas du Grand Art mais les premiers tomes sont marrants.

Je viens de commencer Powers et j'aime bien. C'est d'abord du polar avec tous les codes qui vont avec sauf que les enquêtes impliquent ces super-héros qui - eux aussi - sauvent la planète tous les quatre matins.


Ici on s'éloigne du sujet mais comme je viens de finir cette série j'en touche deux mots. Ce spin-off de Fables est centré sur Jack, le Jack du haricot magique notamment. Il traîne son ego surdimensionné et sa soif de fortune et d'aventures [attention : double sens] aux quatre coins des Etats-Unis. Série potache et agréable (les derniers tomes sont tout de même un cran en dessous)

Thierry, 07.07.2014 à 9:27355677
j'oublias le killing joke, que j'ai évidemment lu, pas la paine de le conseiller :o)

Thierry, 07.07.2014 à 9:26355676
Bon, ben j'ai un peu envie de m'intéresser aux super-héros.
je sais qu'il y a à boire et à manger, que la continuité est le pire ennemi du néophyte et que l'arc untel est génial mais incompréhensible si tu n'as pas lu l'arc trucmuche qui est un peu nul...
mais bon, j'ai un peu envie
Batman, je crois que j'ai lu de quoi me faire une opinion avec Année 1, Long Halloween, Dark Victory, DK returns et DK strikes again
Daredevil, j'ai lu dernièrement le Born Again (j'avais le Yellow, mais je l'ai paumé)
Elektra, j''avais détesté le Elektra: Assassin de Sienkiewicz et Miller, mais je crois que j'ai été injuste (je vais retenter)
Parce que je voulais être en bonne compagnie, j'ai aussi commandé le MiracleMan du mystérieux auteur original (Alan Moore ne fera jamais rien comme les autres) et le 1602 de Gaiman et Kubert (paraît-il pas transcendant mais amusant)
X-Men, c'est ma grosse lacune. J'ai commandé un peu à pouf Weapon X et le Wolverine de Calremont et Miller (j'ai cru comprendre que Claremont était le grand artisan dela saga, mais que c'est un peu compliqué d'y entrer à cause de la continuité)
De là, y-a-t-il d'autres incontournables pour l'intéressé ?

chrisB, 03.02.2014 à 19:16354123
bon il y a du super héros, mais c'est de l'indé, de l'engagé !




Je m'attendais à un pastiche, une bouffonade, c'est beaucoup plus intelligent que ça, d'une inventivité bien troussée, un album à vraiment découvrir.

e m, 26.01.2014 à 21:43354038
Hit-girl...
Spin-off/suite de Kick-ass. Même impression que pour Kick-ass, ça se prend trop au sérieux, ça manque de fun. Un brin de second degré n'aurait pas fait de mal.
(le concept de la petite jeune qui zigouille allègrement tous les méchants me plait quand même pas mal)
3 têtes coupées

Mael, 26.01.2014 à 17:13354034
Moi qui ne suis pas un grand lecteur de comics me voilà plongé dedans ces derniers temps...

La série du moment, ma foi ça semble bien justifié. Le deuxième tome est tout aussi haletant, le scénario intelligent tout en s'assumant comme une BD d'action, avec un message de pacifisme rappelant les classiques de la SF... J'attends de voir la suite du scénar mais pour l'instant c'est très bien, beaucoup de suspens, et le dessin très épuré me plait beaucoup. J'aime l'idée d'une SF qui ne soit pas pompière, à ce titre le trait me rappelle certains côté de Gillon ou Poïvet qui effaçaient la profusion de détail pour aller à l'essentiel. Un parti(pris souligné par les couleurs en sobres aplats. 4 vaisseaux interstellaires.


J'avance dans Fables et je ne me lasse pas. Certaines histoire sont un peu plus faibles mais dans l'ensemble la cohérence de tout ça malgré la multitude de personnages et de mythes revisités force le respect. Tout continue à se complexifié dans la clarté, le récit principal se nourrie de toutes ces intrigues secondaires... En plus il y a de l'amour et de l'intrigue politique, je suis très emballé ! Entre 3 et 4 louveteaux selon les tomes.


Comme je l'ai dit ailleurs, et ça a fait une levée de bouclier, La Ligue des Gentlemen extraordinaires est une des plus grandes séries de Moore à mes yeux. Comme dans Fables j'adore l'idée de mêler tous les mythes, casse gueule mais si chouette quand c'est bien fait (je rajouterai la Brigade Chimérique à la liste de ceux qui y arrivent). C'est sans doute aussi que La Ligue est mon premier Moore, que j'aime bien le dessin de O'Neill... Bref j'étais bien content de retrouver les héros de la Ligue. Mon impression est en gros la même que celle de la plupart des lecteurs : un premier tome emballant, puis un certain n'importe quoi. Le kitsch est trop et n'est plus drôle, la complexité est en fait confusion. Bon bon. Je vais quand même regarder le "Dossier Noir" et le "Nemo", l'affection que j'ai pour la Ligue reste là mais je n'achèterai peut être pas les autres avant de les lire cette fois ! 4, 3, 2 sauts dans le temps (oui je ne descend pas autant que d'autre, ça reste ma Ligue chérie).


Coutrney Crumrin c'est terminé, et c'est bien triste. Une très belle série fantastique qui, un peu comme Bone, prouve que la fantasy française en BD est bien peu imaginative (avec l'exception de la Brigade Chimérique évoqué plus haut). Ce tome est une longue fuite/procès/combat, Courtney affronte son destin et le monde des sorciers, qui ne veut plus d'elle car la trouvant trop dangereuse. Aloysius y est troublant à souhait, le voile se levant sur son passé, et les pages se dévorent. Mais c'est fini, snif. 4 regards noirs pour cette belle conclusions (et 3 baguettes pour le hors-série sympathique centré sur la jeunesse d'Aloysius, dispensable en soit mais il est tellement plaisant de retrouver les personnages que l'on aime).

Charlie Brown, 24.01.2014 à 17:23354012
Docteur C :
J'ai jamais eu de passion pour San-Antonio non plus d'ailleurs.


Eh ben c'est bien dommage !
Parce que je sais pas ce qu'en aurait fait Frédéric Dard, mais le "gagnant des gagateux", je suis pas très client. :o)

(De mon côté, je ne pense pas qu'on puisse qualifier ça de grande passion, mais j'ai dévoré du San-Antonio en fin d'adolescence. Il a étoffé mon stock d'argot et m'a procuré pas mal de fous rires, ce qui est toujours bon à prendre. Et il m'arrive encore d'en lire avec grand plaisir... D'ailleurs, je me suis récemment procuré en occase les deux premiers tomes de l'intégrale dans la collection "Bouquins", car j'ai eu soudain la folle envie de les lire dans l'ordre chronologique. De temps en temps, ça peut pas faire de mal, comme dirait l'autre...)

Docteur C, 24.01.2014 à 2:06354004
Docteur C :
« Les super-héros sont une "catastrophe culturelle" » dit le Grand Prix Bulledair 2014 dans un entretien largement cité ici par le Guardian. Il y annonce aussi - encore une fois - son retrait de la vie publique hormis son travail d'auteur. Bon...

Bon enfin en lisant l'entretien que cite le Guardian, on voit quand même l'artificel de l'annonce journalistique. Pour ce qui est du discours sur les super-héros, il ne fait que mettre dans un contexte les déclarations qu'il avait déjà faites (au Guardian) au sujet des Avengers de Joss Whedon. Quant à l'annonce de son retrait de la vie publique, il la fait suite à un certain nombre d'assez ennuyeuses polémiques, avec Grant Morrison notamment à propos de la place du viol dans les comics scénarisés par Moore, et d'une toute aussi délirante - quoique ne venant pas de Morrison - accusation de racisme. Pas de quoi fouetter un chat...

Docteur C, 24.01.2014 à 0:50354003
« Les super-héros sont une "catastrophe culturelle" » dit le Grand Prix Bulledair 2014 dans un entretien largement cité ici par le Guardian. Il y annonce aussi - encore une fois - son retrait de la vie publique hormis son travail d'auteur. Bon...

Mael, 23.01.2014 à 17:49354000
Docteur C :
Personne n'essaie de prétendre que Geneviève Coulomb était une bonne traductrice - en tout cas pas moi. Je ne prétends pas non plus que la consigne de "faire jeune" pour une traduction soit très maligne pour ces intégrales. Je dis que le critique de ces traductions ne vaut guère mieux que les traductions qu'il prétend critiquer dans leur cadre éditorial, c'est à peu près tout.


ça je te crois sur parole.

Mais je suis à fond pour "Saperlipaupiette ! Je suis le gagnant des gagateux !"

Docteur C, 23.01.2014 à 17:46353999
Mael :

Faire de l'argot ? Super j'adore ça. Respecter une gouaille ? Formidable, c'est très rigolo. Mais Geneviève Coulomb invente des expressions de toutes pièces. "on ne va pas en pêter une pendule" n'existe pas, la vraie expression est plus vulgaire, elle balance "rachtèque" en traduction d'un mot qui n'a rien d'une contraction argotique en VO, les "peaux de sac'" ne correspond a rien même dans Frédéric Dard, sans parler du "semer du poivre" qui ne correspond à rien (je me souviens que dans le contexte cette phrase doublée des erreurs d'orthographe - j'en fais plein aussi mais je ne traduit pas de livres - et de syntaxes m'avait surpris).

Il me semble que Lee ne tente pas de réinventer la langue, de proposer une métalangue, on est pas dans Krazy Kat ou en effet il faut sans doute beaucoup beaucoup réfléchir pour rendre chaque effet (sans doute impossible). Si on veut garder l'effet argot 60' super, mais dans ce cas il n'y a aucune raison d'inventer des mots et expressions inexistantes, et ça pas besoin de parler anglais pour le voir.


Personne n'essaie de prétendre que Geneviève Coulomb était une bonne traductrice - en tout cas pas moi. Je ne prétends pas non plus que la consigne de "faire jeune" pour une traduction soit très maligne pour ces intégrales. Je dis que le critique de ces traductions ne vaut guère mieux que les traductions qu'il prétend critiquer dans leur cadre éditorial, c'est à peu près tout.

Pour toujours m'amuser avec cette même courte phrase, World's prize chump est un jeu de mot avec World's prize champion et chump (pour imbécile, ou débile, donc). Intraduisible. Donc pour moi rien n'interdirait quelque chose comme :
" Saperlipaupiette ! Je suis le gagnant des gagateux ! ".

Excelsior.

Mael, 23.01.2014 à 16:37353998
Cobalt 60 :
Graisser une typo dans le corps d'un texte est déconseillé dans les manuels de typographie. Et il n'y a aucune raison de "créer des repères visuels" puisque cela gênerait la lecture plus qu'autre chose.
Franc dit n'importe quoi en effet.


Il me semblait bien que je n'avais pas totalement dormi pendant mes cours de typo, me voici rassuré :-p

Au delà de ça il suffit de regarder la plupart des livres, ce "truc" n'est jamais utilisé. C'est ptetre même une blague mais j'aime le côté désinvolte du "je les met au hasard pour réveiller l’œil" ha ha.

Cobalt 60, 23.01.2014 à 15:29353997
Graisser une typo dans le corps d'un texte est déconseillé dans les manuels de typographie. Et il n'y a aucune raison de "créer des repères visuels" puisque cela gênerait la lecture plus qu'autre chose.
Franc dit n'importe quoi en effet.

Cobalt 60, 23.01.2014 à 15:23353996
Eh bien moi, je ne la regrette pas du tout la Coulomb. Et j'ai constaté son absence avec satisfaction sur les plus récentes intégrales Panini.
J'en achète depuis des années et j'ai pesté plus d'une fois contre les termes et tournures désuets souvent ridicules dont elle farcissait ses traductions. Au point que j'avais commencé à en tenir un répertoire.
Franchement, placer des mots de l'argot des Apaches dans des dialogues des années 60, ça craignait.
Et qu'est-ce qui lui passait par la tête pour faire parler le Prof Xavier comme ses jeunes X-Men : tous les dialogues sans aucun "ne" dans les négations ?
Son style n'amusait qu'elle même et a bien pourri le plaisir que je pouvais avoir à lire ses épisodes historiques.
La Coulomb a pris sa retraite ? Bon débarras qu'elle en profite bien et surtout qu'elle oublie le métier de traductrice.

Mael, 23.01.2014 à 15:08353995
"Nom de..." était pas ce qui me choquait le plus, je ne veux pas me faire le défenseur de la "bonne traduction" puisque je ne parle pas anglais mais tout de même, même avec mon faible niveau, j'ai déjà regardés du Stan Lee en anglais, et notamment des Spiderman. De la même manière j'ai eu des tas de cours de version, j'étais très mauvais, mais j'ai retenu certaines choses comme : 1/ on respecte les intentions de l'auteur au mieux, 2/ on invente pas, 3/ au pire on fait sobre. Et je n'ai pas du tout l'impression que ce soit le cas ici.

Faire de l'argot ? Super j'adore ça. Respecter une gouaille ? Formidable, c'est très rigolo. Mais Geneviève Coulomb invente des expressions de toutes pièces. "on ne va pas en pêter une pendule" n'existe pas, la vraie expression est plus vulgaire, elle balance "rachtèque" en traduction d'un mot qui n'a rien d'une contraction argotique en VO, les "peaux de sac'" ne correspond a rien même dans Frédéric Dard, sans parler du "semer du poivre" qui ne correspond à rien (je me souviens que dans le contexte cette phrase doublée des erreurs d'orthographe - j'en fais plein aussi mais je ne traduit pas de livres - et de syntaxes m'avait surpris).

Il me semble que Lee ne tente pas de réinventer la langue, de proposer une métalangue, on est pas dans Krazy Kat ou en effet il faut sans doute beaucoup beaucoup réfléchir pour rendre chaque effet (sans doute impossible). Si on veut garder l'effet argot 60' super, mais dans ce cas il n'y a aucune raison d'inventer des mots et expressions inexistantes, et ça pas besoin de parler anglais pour le voir.

Bon après j'en fais pas une affaire d'état, je me souviens avoir trouvé la lecture des intégrales laborieuses, je trouvais ça pertinent, je vais pas épiloguer des heures.

Appollo :
Quelqu'un peut-il m'expliquer pourquoi certains mots sont écrits en gras dans les comics ? C'est pour souligner leur importance ? Pour donner une intonation ?


Je crois qu'en effet c'est lié à l'intonation, qui souligne une certaine importance, et qu'il y a un certain consensus pour dire que ce n'est pas pertinent de les traduire. Même si ça a été fait parfois.

Il y a un sujet sur bdgest à ce propos et ils reproduisent une interview marrante de Régis Franc, qui usait de mots en gras :


(truc de typographe dont, au passage, je doute sincèrement de l'existence)

Appollo, 23.01.2014 à 12:15353993
Quelqu'un peut-il m'expliquer pourquoi certains mots sont écrits en gras dans les comics ? C'est pour souligner leur importance ? Pour donner une intonation ?
Sapristi, le roi des cons est pas mon prussien, mais j'y comprends que pouic.

Docteur C, 23.01.2014 à 12:04353992
Mael :
J'aurai aimé une comparaison avec les vignettes originale (pas pour moi qui n'y comprend rien mais tout de même) mais désolé, même si elle tente de faire de l'argot qui peut être sympathique et rappeler une époque c'est un argot insensé, qui n'a pas de réalité historique.

Cependant tu noteras que que dans le premier article il cite les phrases en anglais (sans l'image mais bon) donc que le comparatif est rigoureux. Et édifiant.

Il y a aussi d'énormes fautes de français et des choses qui ne veulent rien dire.

Enfin il me semble que l'argument de l'accessibilité aux jeunes était donné par l'éditeur, qui justifiait la nouvelle traduction par une actualisation (plus que par un respect de l'oeuvre originale que ne devaient pas forcément tenir les revues des 70' non plus).


Edifiant pas tant que ça. Prenons un exemple dans ce premier article qui s'essaie justement à ce que son rédacteur considérerait comme une "bonne traduction".

La VO dit : Holy smoke ! I must be the world's prize chump !

Geneviève Coulomb traduit : "Nom de… !! Le roi des cons est pas mon cousin !"

Et ce Gilles Penso de proposer sa propre traduction : "Bon sang ! Je suis le roi des idiots !"

Et là allons-y pour la leçon au donneur de leçon :

Holy smoke ! est plus référentiel biblique que "bon sang", ça fait plus vieilli, donc on pourrait y aller plus franchement par "sacrebleu" ou "sapristi", mais ça manque sacrément de jeunisme, donc on pourrait forcer le trait par Oulala, par exemple.

I must be the world's prize chump !, chump est moins soutenu qu'idiot (fool ou idiot), dont on peut aller jusqu'à débile, et j'ai envie de placer "bolosse". World's price c'est pas roi, mais champion du monde, ça renvoie à la compétition, et il fait complètement disparaître le "I must be".

Au final sa traduction est toute molle, dans un langage pauvre. Il ne fait que châtier le texte original et celui de Geneviève, qui elle essaie au moins de faire quelque chose, dans un rythme de travail très soutenu qui ne permet pas de s'arrêter sur chaque phrase.

Pour m'adresser à la jeunesse contemporaine, je proposerais, pour m'amuser : "Oulala ! J' suis carrément un bolosse de compétition ! " ou encore " Sapristi ! J'suis l'champion du monde des débiles ou quoi ! "

Mael, 22.01.2014 à 23:31353987
J'aurai aimé une comparaison avec les vignettes originale (pas pour moi qui n'y comprend rien mais tout de même) mais désolé, même si elle tente de faire de l'argot qui peut être sympathique et rappeler une époque c'est un argot insensé, qui n'a pas de réalité historique.

Cependant tu noteras que que dans le premier article il cite les phrases en anglais (sans l'image mais bon) donc que le comparatif est rigoureux. Et édifiant.

Il y a aussi d'énormes fautes de français et des choses qui ne veulent rien dire.

Enfin il me semble que l'argument de l'accessibilité aux jeunes était donné par l'éditeur, qui justifiait la nouvelle traduction par une actualisation (plus que par un respect de l'oeuvre originale que ne devaient pas forcément tenir les revues des 70' non plus).

Pierre, 22.01.2014 à 20:14353982
Mr_Switch :
Les exemples édifiants

Dommage qu'il ne montre pas la case en V.O.
Les registres de langage sont un problème récurrent. L'absence de *ne* dans des négations en agace plus d'un. Je le comprends. Même s'il ne faut pas tomber dans le défaut inverse.

*Glaglatez navarrais, maures et castillans* est surtout un curieux mélange entre référence littéraire à Corneille et registre familier.

*galopé... pour le Roi de Prusse* est un jeu de mot avec l'expression *travailler pour le Roi de Prusse*.

Bref on a affaire un second degré explicite. Reste à voir s'il avait sa place ici ou non...


Je n'apprécie pas du tout le ton employé par l'auteur de l'article ni son propos à vrai dire, on est dans la paresse intellectuelle flagrante: il construit sa critique comparative sur l'idée que la traduction n'est pas accessible à un public jeune. S'il avait bien fait son boulot, il serait allé rechercher les vignettes originales et aurait dû nous en proposer une version de son cru. Rendre Spiderman original accessible au jeune public par le biais de la traduction, drôle d'idée, non ? Les intégrales s'adressent à un public plus âgé en principe et soucieux de rattrapage culturel. En dépit du parti pris radical et des erreurs grossières relevées ici ou là, il y a au moins un effort de transposition intéressant d'une oeuvre américaine des sixities dans un pseudo langage équivalent en français des années 60. Sans rien connaître au sujet, il n'est pas difficile d'avancer que l'anglo-américain dans lequel est écrit ce Spiderman ne doit plus être tout à fait intelligible pour le "djeun" (pour reprendre l'expression utilisée dans l'article et elle-même éloignée de la réalité du parler jeune moderne) qui aurait la curiosité de se plonger dans ces vieilleries. Ce doit être à la fois du Stan Lee et marqué par l'époque (ou autrement dit un quadragénaire s'essayant à faire s'exprimer un jeune).

Docteur C, 22.01.2014 à 14:44353978
Smiley_Bone :

Bon je ne suis pas un grand fan de Stan Lee mais rendons à César ce qui est à César etc. Après il est vrai que la censure a dû enlever pas mal d'onomatopées qui parsemaient les cases de Ditko.


Non mais je me suis planté, c'est du Stan Lee oui, qui a une sorte de gouaille new-yorkaise un peu lourdingue malgré tout, Ditko n'étant que dessinateur. J'ai jamais eu de passion pour San-Antonio non plus d'ailleurs.

Smiley_Bone, 21.01.2014 à 20:19353970
Docteur C :
Mael :
Oui enfin, même en tenant au second degré propre à Spider-Man c'est quand même absolument n'importe quoi non ?

Toute traduction fait quelque chose au texte original, c'est un peu du détournement à ce niveau-là, en effet, mais la traduction dans Strange enlevait énormément aux particularismes du langage de Dikto, donc elle n'était pas beaucoup plus "juste".


Bon je ne suis pas un grand fan de Stan Lee mais rendons à César ce qui est à César etc. Après il est vrai que la censure a dû enlever pas mal d'onomatopées qui parsemaient les cases de Ditko.

Mael, 21.01.2014 à 18:13353966
Docteur C :

Mael :

Tiens, moi qui suis nul en anglais je ne vois pas le problème (mais je ne suis pas traducteur), tu m'expliques ?


Tu te contenteras de l'indice.


Oups, je viens de me souvenir de ma maman prof d'anglais écrivant la date du jour au tableau. Petite honte.

Docteur C, 21.01.2014 à 18:09353965
Mael :
Oui enfin, même en tenant au second degré propre à Spider-Man c'est quand même absolument n'importe quoi non ?

Toute traduction fait quelque chose au texte original, c'est un peu du détournement à ce niveau-là, en effet, mais la traduction dans Strange enlevait énormément aux particularismes du langage de Dikto, donc elle n'était pas beaucoup plus "juste".

Mael :

Tiens, moi qui suis nul en anglais je ne vois pas le problème (mais je ne suis pas traducteur), tu m'expliques ?


Tu te contenteras de l'indice.

Mr_Switch, 21.01.2014 à 17:47353963
Indice...

Mael, 21.01.2014 à 17:40353962
Oui enfin, même en tenant au second degré propre à Spider-Man c'est quand même absolument n'importe quoi non ?

Docteur C :
On peut néanmoins relever par ailleurs qu'elle avait été jusqu'à traduire 09/11 par 9 novembre, ce qui manifeste de toute façon un manque de connaissance de la langue et de la culture qu'elle tentait tant bien que mal de restituer.


Tiens, moi qui suis nul en anglais je ne vois pas le problème (mais je ne suis pas traducteur), tu m'expliques ?

Docteur C, 21.01.2014 à 17:36353961
La pauvre Geneviève Coulomb voulait retranscrire toute la gouaille qu'on trouve dans les Spider-man des années 60 en VO, effectivement dans une culture de théâtre et très influencée par San-Antonio. Le traducteur de Strange était beaucoup plus pusillanime quant à cette gouaille.

Après avoir lu ces critiques, découvrant en même temps internet et la médiocrité humaine de ses lecteurs, elle a cessé son activité de traductrice. On peut néanmoins relever par ailleurs qu'elle avait été jusqu'à traduire 09/11 par 9 novembre, ce qui manifeste de toute façon un manque de connaissance de la langue et de la culture qu'elle tentait tant bien que mal de restituer.

Mr_Switch, 21.01.2014 à 16:40353960
*Crotte* n'est pas assez vulgaire
*Ducon* l'est trop (?)
*galopé... pour le Roi de Prusse* est un registre trop soutenu
*Glaglatez navarrais, maures et castillans* est un mélange trop WTF
*Tatouille* est un régionalisme trop marqué
*Schmilblik* est vu comme trop ringard.

Mael, 21.01.2014 à 16:34353959
Fichtre entre les balises et les liens j'ai tout raté moi.

Spiderman est connu pour ses saillies et répliques humoristiques, mais enfin ici c'est quand même à la fois souvent plus vulgaire que l'original et parfois franchement incompréhensible.

Mr_Switch, 21.01.2014 à 16:16353958
Les exemples édifiants

Dommage qu'il ne montre pas la case en V.O.
Les registres de langage sont un problème récurrent. L'absence de *ne* dans des négations en agace plus d'un. Je le comprends. Même s'il ne faut pas tomber dans le défaut inverse.

*Glaglatez navarrais, maures et castillans* est surtout un curieux mélange entre référence littéraire à Corneille et registre familier.

*galopé... pour le Roi de Prusse* est un jeu de mot avec l'expression *travailler pour le Roi de Prusse*.

Bref on a affaire un second degré explicite. Reste à voir s'il avait sa place ici ou non...

Mael, 21.01.2014 à 15:53353955
Erreur de balise, il s'agit d'articles basés sur les 3 premiers tomes de cette intégrale :

Mael, 21.01.2014 à 15:46353953
Au hasard de pérégrinations je tombe sur un article évoquant de surréalistes traductions de Spiderman dans les intégrales Panini publiées au début du XXIe siècle.

[spiderman1 : inexistant]

Je me souvenais que ce n'était pas toujours naturel mais à la relecture des articles j'ai repris conscience du grand n'importe quoi, ça vaut le détour !

Un article plutôt clair.

Des exemples édifiants.

"Glaglatez navarrais, maures et castillans" tout de même !

Bon c'est rigolo mais un peu triste tout de même, sans doute que les textes originaux ne sont pas de la grande littérature mais tout de même, que les nouvelles traductions des années 2000 soient moins crédible que celles des années 80...


Anoeta, 27.08.2013 à 12:04352213
lanjingling :
Ca existe, le Viagra Wolverine ? On vit dans un monde merveilleux.


Puisque tu sembles intéressé, va faire un tour ici

lanjingling, 04.06.2013 à 3:33351363
Mael :
Anoeta :
De plus, je ne peux m'empêcher de vous livrer ce succulent dialogue lu dans X-Force :
Wolwerine : Tout a l'air normal.
Archangel: Tu t'attendais à un méchant russe avec un bandeau sur l’œil fumant comme un pompier tout en racontant son plan pour détruire ce maudit capiltalisme ?
Wolwerine : Ça me rend nostalgique des années 80.


ça me rappelle une merveilleuse réplique dans les X-Men des 70's, ils vont en Russie embaucher Colossus et quand ils lui expliquent qu'ils veulent l'aider à développer ses pouvoirs (alors qu'ils tire une charrue à la place de chevaux dans un champ) il répond : "Mais, mes pouvoir n'appartiennent pas à l’État ?".

Le truc amusant, c'est qu'officiellement la Chine est toujours communiste, les rues sont pleines d'affiches de propagande, dans les écoles ont enseigne que le capitalisme c'est comme le fascisme, que dans les pays capitalistes (l'Europe, les E.U.A.) les prolétaires souffrent et sont exploités sans vergogne, que le communisme est la seule voie morale et scientifique; et evidemment, tout appartient à l’État. Mais pour raisons commerciales, Hollywood (et les super-héros de comics aussi semble-t-il) sont dans le complet déni de réalité.

Mael, 03.06.2013 à 21:29351359
Anoeta :
De plus, je ne peux m'empêcher de vous livrer ce succulent dialogue lu dans X-Force :
Wolwerine : Tout a l'air normal.
Archangel: Tu t'attendais à un méchant russe avec un bandeau sur l’œil fumant comme un pompier tout en racontant son plan pour détruire ce maudit capiltalisme ?
Wolwerine : Ça me rend nostalgique des années 80.


ça me rappelle une merveilleuse réplique dans les X-Men des 70's, ils vont en Russie embaucher Colossus et quand ils lui expliquent qu'ils veulent l'aider à développer ses pouvoirs (alors qu'ils tire une charrue à la place de chevaux dans un champ) il répond : "Mais, mes pouvoir n'appartiennent pas à l’État ?".

Mr_Switch, 03.06.2013 à 21:07351358
Smiley_Bone :

Euh pas forcément, ça peut être le cas quand ce sont des crossovers intercompagnies etc.


Ahah, j'attendais que notre spécialiste dise ça avec des mots experts :). Merci. En écrivant univers, je pensais autant au sens comics du terme qu'au sens habituel. L'univers mythologique de Wonder Woman ne semble pas, de prime abord, vraiment en phase avec l'univers ''rationnel'' d'un Batman, par exemple. Et le Batman hors cross-over est généralement un peu différent du Batman de cross-over.

Un exemple pour illustrer que Smiley dit, avec le témoignage de Rohagus dans la chronique de ce bouquin.

Anoeta, 03.06.2013 à 20:22351357
Xavier :
Mr_Switch :
Dans les univers Marvel et DC, le temps est relativement figé. Ou plutôt ne s'écoule que par à-coups. Ou ne s'écoule que par le fait de la succession des cross-over.

Le temps est plutôt particulièrement compressé (sans compter les multiples remises à zéro). Il est généralement admis qu'il s'est passé environ 12 ans depuis les débuts de l'univers Marvel au début des années 60.


Le dernier reboot se passe clairement à notre époque.
X-men engage une boite de com qui gère son twitter et sa page facebook.
Deplus, je ne peux m'empêcher de vous livrer ce succulent dialogue lu dans X-Force :
Wolwerine : Tout a l'air normal.
Archangel: Tu t'attendais à un méchant russe avec un bandeau sur l’œil fumant comme un pompier tout en racontant son plan pour détruire ce maudit capiltalisme ?
Wolwerine : Ça me rend nostalgique des années 80.

lanjingling, 03.06.2013 à 14:17351355
Smiley_Bone :
lanjingling :
Question de néophyte (ou mieux, de béotien, puisqu'on est dans la mythologie :), cette notion d'"univers Marvel", de quand date-t-elle ? Qui et quand a eu l'idée ou ressenti la necessité d'unifier les différents personnages stanleeiens ?


Ben ce n'est pas forcément lié à Marvel, DC et Timely (l'ancêtre de Marvel) le faisait déjà à la fin des années 30 avec la Justice Society, déjà là il y avait le concept d'univers partagé, qui était là évidemment avant tout pour des raisons commerciales, c'est à dire pousser le lecteur qui trouvait un héros cool, à acheter une revue avec un autre héros cool. Faut se rappeler que depuis le début, le comic superhéroique se définit comme une industrie.

Et moi qui parlais de "ressenti de necessité d'unifier" en pensant à Balzac (qui était lui-même déjà assez commerçant) qui réutilisait ses personnages pour construire sa comédie humaine...Effectivement, Wikipedia m'apprends que c'est l'éditeur qui créa la JSA.
Smiley_Bone :
Dans les années 90, par contre on poussa l'argument marketing (qui était de profiter au maximum du complétisme du fanboy) à son paroxysme. C'est à dire que le crossover ne se déroulait plus juste dans une mini-maxi-série mais aussi dans les séries régulières, ce qui faisait que pour avoir toute l'histoire il fallait parfois acheter ou lire une trentaine de titres. Cette manière d'agir fut aussi une des causes des chutes des ventes des comics qui conduisit Marvel au bord de mettre la clé sous porte. Tant et si bien que pendant une bonne partie des années 2000, ce genre d'évenement n'exista plus. Ensuite il fut remis au goût du jour, mais pour ne pas effrayer le lecteur ou lui rappeler les mauvais souvenirs des nineties, on a sorti du chapeau marketing le concept du tie-in.

Tes informations sont édifiantes; je suis édifié (et j'apprends au passage le mot "complétisme").

chrisB, 03.06.2013 à 10:37351352
Excellente lecture, je suis rentré direct dans l'univers !! bien foutu, assez riche, vivement la suite !

Smiley_Bone, 03.06.2013 à 10:23351351
lanjingling :
Question de néophyte (ou mieux, de béotien, puisqu'on est dans la mythologie :), cette notion d'"univers Marvel", de quand date-t-elle ? Qui et quand a eu l'idée ou ressenti la necessité d'unifier les différents personnages stanleeiens ?


Ben ce n'est pas forcément lié à Marvel, DC et Timely (l'ancêtre de Marvel) le faisait déjà à la fin des années 30 avec la Justice Society, déjà là il y avait le concept d'univers partagé, qui était là évidemment avant tout pour des raisons commerciales, c'est à dire pousser le lecteur qui trouvait un héros cool, à acheter une revue avec un autre héros cool. Faut se rappeler que depuis le début, le comic superhéroique se définit comme une industrie.

Smiley_Bone, 03.06.2013 à 10:18351350
Mr_Switch :
Il n'y a pas de cross-over dans Donjon (enfin je ne pense pas).

Pour qu'il y ait cross-over, il faut rencontre de deux univers différents... et généralement peu compatibles de prime abord.


Euh pas forcément, ça peut être le cas quand ce sont des crossovers intercompagnies (les plus connus sont ceux de DC vs Marvel, comme Superman-Hulk etc), mais généralement ce sont souvent des histoires se passant dans le même univers. Simplement c'est une histoire qui commence dans une série et qui se conclut dans une autre, donc en deux parties ou plus. Les Tie-in en fait sont une idée marketing. A l'origine les grands crossovers qui voyaient souvent tous les héros combattent une terrifiante menace (je suis ironique là) étaient publiés en été, et généralement lors d'une mini/maxi-série, pour que le fanboy ait quelque chose à lire pendant les vacances. Et parfois l'intrigue débordait sur les séries régulières. Ce fut typiquement le cas avec Guerres Secrètes ou Spider-Man se voit affubler d'un nouveau costume, noir celui-là, qu'il aura aussi par la suite dans sa série régulière. Dans les années 90, par contre on poussa l'argument marketing (qui était de profiter au maximum du complétisme du fanboy) à son paroxysme. C'est à dire que le crossover ne se déroulait plus juste dans une mini-maxi-série mais aussi dans les séries régulières, ce qui faisait que pour avoir toute l'histoire il fallait parfois acheter ou lire une trentaine de titres. Cette manière d'agir fut aussi une des causes des chutes des ventes des comics qui conduisit Marvel au bord de mettre la clé sous porte. Tant et si bien que pendant une bonne partie des années 2000, ce genre d'évenement n'exista plus. Ensuite il fut remis au goût du jour, mais pour ne pas effrayer le lecteur ou lui rappeler les mauvais souvenirs des nineties, on a sorti du chapeau marketing le concept du tie-in. Concept devant satisfaire et le lecteur complétiste qui veut avoir tous les numéros de l'histoire, et le lecteur non-complétiste, qui lui est plutôt fâché de voir la série qu'il suit utilisé comme partie d'un crossover. Donc voilà le tie-in qui est un compromis, dans une série régulière, il y a un ou deux numéros où l'on fait allusion au crossover de la mort qui tue, mais sans que l'intrigue principale soit totalement phagocytée par ce dernier.

lanjingling, 02.06.2013 à 4:48351328
Question de néophyte (ou mieux, de béotien, puisqu'on est dans la mythologie :), cette notion d'"univers Marvel", de quand date-t-elle ? Qui et quand a eu l'idée ou ressenti la necessité d'unifier les différents personnages stanleeiens ?

Xavier, 01.06.2013 à 22:23351327
Mr_Switch :
Dans les univers Marvel et DC, le temps est relativement figé. Ou plutôt ne s'écoule que par à-coups. Ou ne s'écoule que par le fait de la succession des cross-over.

Le temps est plutôt particulièrement compressé (sans compter les multiples remises à zéro). Il est généralement admis qu'il s'est passé environ 12 ans depuis les débuts de l'univers Marvel au début des années 60.

Ensuite, il y a l'aspect particulier des super-héros, qui relèvent plus à mon sens de la tradition orale: c'est la même histoire, avec des passages obligés (l'origine, en particulier), une structure donnée et quelques personnages incontournables, mais chaque narrateur peut se l'approprier et la réactualiser à sa guise.
Dans cette optique, la question de la continuité est assez complexe: il s'agit plus d'une seule histoire qui s'épaissirait (sans vraiment progresser). Je ne sais pas si je suis très clair sur ce point...

lanjingling, 01.06.2013 à 17:07351322
Mr_Switch :
Il n'y a pas de cross-over dans Donjon (enfin je ne pense pas).

Pour qu'il y ait cross-over, il faut rencontre de deux univers différents... et généralement peu compatibles de prime abord.

par exemple.

Mr_Switch, 01.06.2013 à 16:13351321
Il n'y a pas de cross-over dans Donjon (enfin je ne pense pas).

Pour qu'il y ait cross-over, il faut rencontre de deux univers différents... et généralement peu compatibles de prime abord.

Pages : | precédent | suivant

retour forum

bordure
coin bordure coin