créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Pilote
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par Cellophane


par pierig
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Dargaud

complétez cette fiche
Sigmund Freud - Le temps de chien
ScénarioLarcenet Manu
DessinLarcenet Manu
Année2002
EditeurDargaud
CollectionPoisson Pilote
SérieUne aventure rocambolesque de..., tome 1
autres tomes1 | 2 | 3 | 4 | 5
Bullenote [détail]

Sigmund Freud en a marre des vieilles rombières viennoises et de leur vague problème d'ego. L'aventure l'appelle. C'est décidé, il part psychanalyser l'Ouest sauvage, les garçons vachers, et les tueurs mexicains. Enfin une œuvre à sa mesure, il va « les psychanalyser jusqu'à leur faire pleurer leur mère”. Seul problème, les cow boys n'ont pas de divan, et préfèrent le goudron et les plumes à l'évocation de leur enfance malheureuse.

Qu'à cela ne tienne, on n'arrête pas Sigmund aussi facilement, celui-ci a trouvé enfin un bon patient : un chien errant assez sympathique qui a choisi la vie sauvage.

 

7 avis

bdcool
Voici donc un épisode mal connu de l'histoire de ce grand spécialiste à la célèbre question " parlez-moi de votre mère. " Ce dernier se retrouve dans les grandes plaines du Texas, un western psychologique et hilarant, mis en scène par un Manu Larcenet qui est au mieux de sa forme ! Le dessin est en effet typique au style de l'auteur, mais dans cet album, il en dégage une force qui rend les personnages très attachants et les décors rêveur de la conquête de l'Ouest ! Le soucis du détail est présent sur toutes les planches et on ne peut qu'apprécier les merveilleuses couleurs teintées de rouges et d'oranges. Enfin, le scénario est plutôt bien réussi, le potache, le romanesque et l'aventure s'entrecroisent avec souplesse et intelligence pour nous faire passer un moment de pur plaisir ! On ne peut que souhaiter à Manu qu'il continue à nous enrichir la collection " Poisson Pilote " d'album comme " Le Temps de Chien ".
Bullejury 2002
Cet album a été sélectionné par le bullejury pour l’année 2002. Tous les membres du jury n’étaient pas forcément d’accord, mais ont jugé en majorité qu’il méritait sa place dans la liste.
"Larcenet est bon. On le savait deja. A la fois drôle et émouvant, graphiquement superbe... Larcenet est grand. Il s’impose plus que jamais comme un des nouveaux maitres de la BD d’humour, quelque part entre Goscinny et Gotlib et étale tout son talent, mêlant l’humour sous toutes ses formes (dialogues savoureux, situations cocasses, ton décalé) à la réflection et même l’émotion. Larcenet n’a jamais été aussi fort au niveau du dessin et des couleurs. Une réussite totale " (thierry)
"Je suis plus impressionné par la qualité de son travail avec "le temps de Chien". C'est finement raconté, mais surtout il y a différents styles d'humour dans cette album (pas évident à faire)." (crepp)

Album classé 2ème dans la catégorie "bulledécouvertes" et 3ème pour la catégorie "bullechampion".
Joky
Oui oui, après Le Combat Ordinaire, je suis tombé dans la marmite Larssssssenet et j'avoue tout: j'adore ça!
Comment ai-je pu passer à coté si longtemps? Enfin, le mal est en passe d'être réparé.
Graphiquement parlant, ayant commencé par Le Combat Ordinaire, je trouve les personnages encore trop carrés dans leurs proportions (surtout dans retour à la terre). Dans Le Combat Ordinaire, ils ont pris un peu de hauteur et font plus naturels. Le style, lui, reste inchangé. Le graphisme est aussi beaucoup moins détaillé que dans Le Combat Ordinaire par exemple. Dans "Sigmund Freud", il n'y a pratiquement jamais d'arrière plan. Mais cela reste succulent. Comment arrive-t-il à rendre ses personnages aussi expressifs avec ce style de dessin? Il parait que c'est quand "ça a l'air facile" que l'on voit que c'est bien fait.
Coté scénario: SIgmund Freud me fait mourir de rire. Les dialogues sont tout bonnement savoureux parce que vont droit au but !! Bing, ça cingle dans tous les sens. J'adore (encore)
oslonovitch
Avec sa mule et son acolyte Victor qui voyage à vélo, ce Sigmund Freud là est redoutable.
Derrière un dessin très tourné vers l’humour et qui fait la part belle aux expressions des visages, Manu Larcenet nous gratifie d’une version revisitée des pénitenciers de l’ouest.

S’appuyant sur une métaphore sur la liberté ainsi que sur le côté analytique de Sigmund Freud lui même, cet album est vraiment savoureux.
Certes il n’y a rien de révolutionnaire, les couleurs sont un peu ternes et mis à part quelques cactus à gauche à droite on ne sait pas si on est vraiment « aux Amériques ». Mais franchement on s’en fiche parce que si c’est justement ça qui motive son Sigmund Freud, Larcenet lui, dirige son histoire sans fausse note, en jouant un tempo très entraînant.

L’action est présente, le personnage de Spot est vraiment attachant et surtout les dialogues sont croustillants à souhait.
Pas de quoi se relever la nuit mais faut pas non plus bouder son plaisir !
NDZ
Le temps de chien est le livre qui me fait vraiment rire à chacune de mes relectures : c'est de la dynamite, un chef-d'oeuvre d'humour absurde et anthracite.

Un duo humain, composé de Sigmund Freud et de son domestique, Igor, débarquent aux USA et convoquent "La guérison des Dalton", l'errance de Don Quichotte et l'arrivée de Christophe Colomb (accostant sur un territoire aux névroses nombreuses et inexplorées) pour donner à ce concentré déjanté un goût savoureux et riche en réflexions sur la nature humaine, l'éthique, le travail ou la religion (qui deviendra celle du Dollar). Le "héros" canin, Spike, qui va se joindre rapidement à eux pour compléter cet épique trio, est à la recherche de son âme et est prêt à tout pour cela ; en définitive, c'est lui qui va imposer sa quête et conduire tout ce petit monde à une inéxorable fin.

Les dessins (et les couleurs, assurées par Manu Larcenet lui-même) sont magnifiques, la structure des planches est riche en trouvailles graphiques et la variété des techniques utilisées enrichit les scènes à "atmosphère" (nuit, soleil de plomb, rêves, etc). Le récit est on ne peut plus fluide, on se laisse rapidement emporter par une dynamique haletante et efficace (on veut ne relire qu'un passage et on se retrouve rapidement à relire l'album dans son intégralité). Plusieurs séquences sont tout simplement mémorables, comme l'ajout de champignons halucinogènes aux spécialités culinaires d'Igor qui conduiront Sigmund devant un jury impitoyable qui condamnera la psychanalyse ou bien le huis-clos final digne des plus grands westerns par la vive tension qui s'en dégage.

Ce livre n'est pas seulement un incontournable pour les fans de Larcenet, une pépite indispensable dans la montagne des BD d'humour, c'est tout simplement pour moi l'un des meilleurs albums qui allient un humour noir, absurde ou référentiel à des sujets comme la noirceur de l'âme humaine (violence banalisée, génocide, avidité, vengeance) ou le sens de la vie (aspirations, quête initiatique). L'une des plus belles réussites de Larcenet, à coup sûr.
Fufu
Les amateurs du style "Bill Baroud" (1ère version) et de "Dallas Cow Boy" vont être heureux. Larcenet nous offre en effet ici un mélange subtil entre l'absurde et l'engagement personnel.
Le titre à lui seul ("une aventure rocambolesque de Sigmund Freud") présage un humour assez décalé... mais pas seulement.
Nous voici donc avec l'encore célèbre Sigmund Freud parcourant avec son fidèle Igor les terres peu hospitalières du far west où les divans se font rares. Sa mission : faire parler de leur mère tout ce qui bouge. L'objectif de son valet : survivre.
Qu'on ne s'y trompe pas, il ne s'agit pas d'un album humoristique à part entière : ce qui pourrait paraître comme un simple absurdius delirium devient au fil des pages une histoire plus chargée en émotion. En effet, ces deux personnages qui font furieusement penser à Don Quichotte et Sancho Pança se battant contre les moulins de la barbarie des colons nord américains, croisent le chemin d'un chien errant (qui parle) victime de l'intolérance de la société en construction. Et en plus, le clébard est à la recherche d'une âme, ce qui ne facilite rien mais constitue aux yeux du psychanalyste un sujet passionnant.
Bref, un bon album aux dialogues extrêmement humoristiques et qui cache cependant une dénonciation sans équivoque de la construction de ce qui deviendra les USA, avec son cortège de règles iniques.
herbv
Attention, chef d'oeuvre. Je retouve le Larcenet que j'adore dans une comédie qui ne recule pas devant les sujets graves et qui les aborde de façon magistrale. Sous la forme d'une BD humouristique et percutante, très drole et aux dialogues magnifiquement ciselés, des sujets aussi graves que celui du racisme (ici sous la forme du rejet et de l'emprisonnement des personnes qui refusent de rester dans le rôle que la société leur a attribué), de l'embrigadement des consciences (y compris et surtout celles des victimes) grâce à la religion, de la pratique de la trahison découlant de l'adage qui veut que la fin justifie les moyens, de la motivation un peu inavouable qui se trouve derrière la recherche scientifique, de l'égoïsme, etc... sont abordés au fil des pages. Une BD à ne pas manquer, à lire et à relire sans modération.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin