créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Le Jukebox des Tops
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par rohagus


par herbv
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Flammarion

complétez cette fiche
Mon père saigne l'histoire
ScénarioSpiegelman Art
DessinSpiegelman Art
CouleursNoir et Blanc
Année1987
EditeurFlammarion
SérieMaus, tome 1
autres tomes1 | 2
Bullenote [détail]

Maus est l'histoire d'une souris. Une souris dont le chat a décidé d'avoir la peau. La souris est le juif, le chat le nazi. Nous sommes à la fin des années 30. Le destin de Maus est de fuir, de fuir quasi sans espoir l'obsession du chat qui lui donne la chasse, et qui lui trace du même coup le chemin de la chambre à gaz.
Mais Maus est aussi le récit d'une autre traque, celle d'un père par son fils, Art Spiegelman lui-même, pour lui arracher l'histoire de sa vie de juif entre 1939 et 1945, et en nourrir sa propre mémoire, se conformant ainsi à l'obligation de se souvenir.
« Zaktor » ! : « Souviens-toi » en hébreux...

 

2 avis

hoody
Tout simplement la meilleure fiction (pas du tout en fait, mais avec le dessin et le traitement je la considère comme telle par rapport par ex à l'oeuvre de lanzman) sur le sujet. Le dessin tres rebutant au début devient vite indispensable, c'est tres attachant et finalemnt tres accessible.
CoeurDePat
Ayant lu la version en deux tomes, je dois avouer avoir eu beaucoup de mal avec le premier. Je n'ai d'ailleurs réussi à le finir qu'en quatre ou cinq fois.

Les planches sont en effet non seulement nombreuses mais aussi denses, ne favorisant pas la fluidité de la lecture. Bon, aucun problème au vu du sujet et du genre, mais voilà.

Ce qui m'a le plus rebuté, c'est le mode de narration. Non seulement Art Spiegelman parle de l'histoire de ses parents, de leurs conditions de vie juste avant la guerre, et pendant, avec évidemment les camps de concentration, mais il montre aussi son père au présent, ses relations avec lui, et en plus son passé à lui lorsqu'il était enfant.

Dis comme ça, ça me semble très intéressant, permettant de faire découvrir une multitude de choses, de raconter ces histoires d'une manière agréablement fouillée, complexe et complète. En pratique j'ai surtout beaucoup décroché... L'utilisation de la narration dans la narration (montrer le père qui raconte son histoire) est assez lourde, d'autant plus que les interruptions sont nombreuses, et que les mêmes préoccupations reviennent sans cesse (la radinerie, les plaintes perpétuelles, etc.).

Tout ça m'a plutôt gâché la lecture... à mon avis l'histoire -- suffisamment complexe et fournie en elle-même -- aurait pu gagner à être traitée un peu plus simplement.

En plus -- et là je n'ai pas d'explication, rien que mon impression -- le sujet "la vie avant la guerre" m'a laissé assez indifférent, avec cette montée des humiliations nazies, ce cache-cache perpétuel, cette recherche de nourriture...
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin